Les tulipes ajoutent de la couleur à l’aménagement bien avant que la plupart des plantes de jardins soient même réveillées!

2018 : l’année de la tulipe

Oui, c’est l’année de la tulipe, ainsi nommée par la National Gardening Association. Et comme les bulbes de tulipe qui arrivent massivement sur le marché ces semaines-ci, c’est le moment idéal pour vanter ses mérites!

Qu’est-ce qu’une tulipe?

La tulipe est une plante vivace à bulbe originaire surtout de l’Asie centrale, où elle vit en montagne dans un climat aux étés torrides et secs et aux hivers froids et neigeux. Elle est de la famille des Liliacées et appartient au genre Tulipa, qui contient environ 75 espèces différentes, mesurant de 7 à 70 cm de hauteur. Le nom vient du turc tülbend (turban), vraisemblablement parce que les fleurs ressemblent à des turbans colorés. 

C’est une plante très simple. Normalement, il y a une seule tige portant une fleur unique composée de trois pétales et de trois sépales. Les feuilles entières, habituellement épaisses et vert glauque, sont peu nombreuses et forment une rosette. Sous le sol, il y a un bulbe semblable à un oignon. Au moment de l’achat du bulbe, il contient déjà l’embryon de la fleur qui s’épanouira au printemps.

Popularisées depuis 1000 ans, les tulipes furent d’abord cultivées par les Perses, puis les Turcs Ottoman, puis les Néerlandais. D’ailleurs, en Hollande, l’engouement pour la tulipe fut tel qu’il provoqua un marché spéculatif monstre durant une période appelée la tulipomanie, au milieu du XVIIe siècle, qui entraîna le pays au complet presque à la ruine quand le marché s’écrasa subitement en 1637. 

Au moment de l’achat du bulbe, il contient déjà l’embryon de la fleur qui s’épanouira au printemps.

Culture de la tulipe

La tulipe exige absolument un hiver froid pour fleurir. On la plante à l’automne, quand la température du sol baisse à 13 °C ou moins, au plein soleil dans un sol bien drainé. Sous notre climat, plantez les bulbes à 20 à 30 cm de profondeur, sauf dans les sols glaiseux, où une profondeur de 15 cm est préférable. Il est plus facile de faire de trous de plantation larges et d’y placer 10 à 15 bulbes espacés de 15 cm que les trous individuels. Comblez le trou de terre et arrosez bien. 

C’est la combinaison d’humidité et de fraîcheur qui stimule le bulbe à pousser, ce qu’il fait pendant l’automne et l’hiver… oui, les tulipes poussent sous la neige! Ainsi, au printemps, elles sont fin prêtes à fleurir.

Après la floraison, qui dure environ deux semaines, coupez la capsule de graines à l’extrémité de la tige, mais autrement, laissez le feuillage jaunir avant de l’enlever… ou permettez-le de se décomposer sur place.

Le bulbe restera en dormance tout l’été puis, avec un peu de chance, repoussera encore sous la neige en vue de la floraison au printemps de l’an prochain. 

Comment choisir

Il y a plus de 3000 cultivars de tulipe — des hâtives, des mi-saison et des tardives, même des variétés doubles ou à fleurs multiples — qui sont disponibles dans toutes les couleurs sauf le bleu. Les plus populaires sont les tulipes Triomphe, mais ce sont aussi les tulipes les moins persistantes, peu portées à faire plus qu’une seule belle floraison. Les tulipes Darwin hybrides et botaniques sont les plus pérennes et reviennent fidèlement d’année en année. Demandez à votre marchand de vous les pointer. 

Et les écureuils?

Les écureuils sont les pires ennemis des tulipes dans notre région, car ils aiment bien déterrer les bulbes et s’en empiffrer, mais on peut les contrarier en couvrant le sol de broche à poule ou en appliquant de la farine de sang ou du fumier de poule après la plantation. Aussi, une plantation à 20 cm de profondeur les met hors de la portée des écureuils. Surtout, n’appliquez pas de poudre d’os! Ce produit attire les écureuils!

Profitez de l’année de la tulipe pour en planter en grand nombre!

***

RÉPONSES À VOS QUESTIONS

Courges et concombres qui ne produisent pas

Q C’est la première fois que nous faisons un potager. Nous avons utilisé de la terre à jardin enrichie de compost. Tous mes plants ont bien grandi et produit beaucoup de feuillage et de fleurs, mais peu de fruits, notamment les zucchinis et les concombres. Ce n’est pas un problème de pollinisation, car les insectes pollinisateurs sont nombreux dans le secteur. Les zucchinis ont produit beaucoup de fleurs mâles, mais très peu de fleurs femelles. De plus, certains zucchinis ont pourri à l’extrémité alors qu’ils n’avaient que 3 ou 4 cm de long. Serait-ce un manque d’engrais? Si oui, lequel faudrait-il appliquer? — Lucie et Réal

Ce n’est probablement pas un problème de manque d’engrais, mais plutôt un effet négatif de la canicule de l’été dernier. Sous les conditions de chaleur intense et de forte humidité, les cucurbitacées (plantes de la famille des concombres et des courges) ont tendance à produire beaucoup de fleurs mâles et très peu de fleurs femelles, ce qui nuit beaucoup à la récolte, bien sûr. Aussi, même si les insectes sont présents pour polliniser les fleurs, le pollen colle moins bien. Ainsi, la pollinisation n’est pas efficace et le fruit reste alors petit et malformé ou, comme vous avez remarqué, semble commencer à se développer pour arrêter et s’assécher à partir de l’extrémité. 

Il est fort possible que nous n’ayons plus jamais à vivre un été aussi chaud que le dernier, mais si oui, essayez de réduire l’effet de la chaleur en paillant le sol, ce qui garde souvent les racines un bon 7 °C plus frais que l’air, en arrosant régulièrement de façon à rafraîchir encore davantage et à ombrager un peu lors des journées réellement très chaudes. Aussi, il est sage d’assurer vous-même la pollinisation en transportant le pollen des fleurs mâles aux fleurs femelles avec un pinceau : plus on applique du pollen, plus la pollinisation risque d’être réussie!

Plante grimpante à identifier

Q J’aimerais connaître le nom de cette plante. Elle est apparue soudainement sur ma clôture à quelques endroits. Est-ce que ses fruits sont comestibles? — Damien Savard

La morelle douce-amère

C’est la morelle douce-amère (Solanum dulcamara), une plante vivace grimpante de la famille des Solanacées, donc une proche parente de la tomate et de la pomme de terre. Originaire de l’Eurasie, elle a été introduite accidentellement au Nouveau Monde et s’étend de plus en plus dans la région de Québec. Les petites fleurs violettes étoilées sont assez jolies (et ressemblent à des fleurs de poivron, son cousin), mais les petits fruits ovoïdes, vert luisant devenant rouge vif à maturité, le sont encore davantage. 

Malheureusement, les fruits sont toxiques pour les humains, surtout les fruits verts. Les oiseaux peuvent toutefois manger les fruits mûrs avec impunité et ce sont eux qui assurent le transport des graines, qu’ils avalent tout rond et déposent çà et là dans leurs fientes. Le nom «douce-amère» vient du fait que, si l’on mâche les feuilles (ce qui n’est pas recommandé, vu leur toxicité!), le goût est d’abord sucré avant de devenir très amer. Il y a des cas d’intoxication avec cette plante, notamment chez les animaux de compagnie, et sa culture est donc déconseillée.

Des questions svp!

Vous pouvez nous joindre par courriel à courrierjardinier
paresseux@yahoo.com

Par courrier à 

Le jardinier paresseux
Le Soleil
C.P. 1547, succ. Terminus
Québec (Québec)  G1K 7J6

***

CALENDRIER HORTICOLE

Récolte et conservation des légumes

La Société d’horticulture et d’écologie de Portneuf invite la population à sa prochaine conférence qui aura lieu le dimanche 16 septembre à 13h30 au Centre communautaire de Rivière-à-Pierre sis au 830, rue Principale, Rivière-à-Pierre. Lili Michaud parlera de la récolte et de la conservation des légumes. Coût : 5$. Gratuit pour les membres et les résidents de Rivière-à-Pierre. Info: (418) 285-2981.

Préparer son terrain pour l’hiver

La Corporation Charny Revit offre une conférence sur la préparation de son terrain pour l’hiver avec Larry Hodgson. Elle aura lieu le lundi 17 septembre à 19h au Centre Paul-Bouillé, 3332, avenue des Églises, Charny. Coût: 5$. 

Info : www.charnyrevit.com.

Bulbes à floraison printanière

La Société d’horticulture La Chaudière fleurie vous invite à la conférence Bulbes à floraison printanière présentée par Caroline Giroux. Elle se tiendra le lundi 17 septembre à 19h au Centre culturel Marie-Fitzbach situé au 250, 18e Rue, Saint-Georges. Coût: 5$/non membres. Info: info@chaudierefleurie.org.

Oncidiums et genres apparentés

Les Orchidophiles de Québec vous proposent une conférence sur les orchidées Oncidium et les genres apparentés avec Pandelis Vlahopoulos. Elle aura lieu le mardi 18 septembre à 19h30 au Montmartre, sis au 1669, ch. Saint-Louis. Coût: 5 $/non membres. 

Info : www.orchidophilesdequebec.ca

Plantes grimpantes

La Société d’horticulture et d’écologie de Kamouraska-l’Islet offre une conférence intitulée Les plantes grimpantes : jardinage à la verticale donné par Larry Hodgson. Elle aura lieu le mercredi 19 septembre à 19h30 à l’ITA La Pocatière, 401, rue Poiré, La Pocatière. Info: (418) 498-3130.

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.

***

Entretien horticole à faire cette semaine

› Si possible, laissez les cactus à l’extérieur, au soleil, mais à l’abri de la pluie, jusqu’à la fin octobre. Cela peut aider à stimuler la floraison.

› Coupez au sol les cannes de framboisier remontant quand elles ont fini de produire.

› Pour protéger les bulbes de tulipe fraîchement plantés des écureuils, couvrez le sol d’un morceau de grillage à poules.

› Faites tremper les bulbes d’anémone grecque et d’éranthe, deux petits bulbes maintenant en vente en magasin, dans l’eau pendant
quelques heures avant de les planter.