Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Maison

Des trucs d'expertes pour s'entraîner à la maison [PHOTOS]

Votre gym a fermé ses portes. À la maison, vous n’avez ni haltères ni exerciseur elliptique. Pourtant, l’actuel «congé forcé» est une occasion en or de se mettre — ou de se remettre — en forme. Car malgré tous les bouleversements, il est important de prendre soin de sa santé en restant actif. Voici donc quelques conseils d’expertes pour s’entraîner à la maison.

SE FAIRE UN COIN GYM?
Faut-il consacrer une pièce à l’entraînement? Pas du tout. C’est même impensable dans bien des cas. Toutefois, choisir un coin «bien en vue» — une partie du sous-sol, devant la télé du salon, dans le bureau ou la pièce de rangement — est une bonne idée. «Réserver un coin de son domicile aidera à créer l’habitude, puisque vous ne pourrez pas passer à côté de votre entraînement», dit Maryline Provost, kinésiologue et entraîneuse privée.
Comment faire? «Déplacez quelques meubles pour rendre l’espace sécuritaire. Déposez un tapis ou une serviette pour protéger les genoux, au besoin, et c’est parti!» ajoute Marie-Ève Rochette, kinésiologue et partenaire du Groupe Dorso.

+
ÉTIREZ-VOUS
En plus d’améliorer la flexibilité en général et de détendre le corps, les étirements réduisent les risques de blessures liées à l’exercice. On serait fou de s’en priver. Voici quelques étirements suggérés par Marie-Hélène Guévin, kinésiologue et entraîneuse privée chez FitFunZone. On fait chacun à deux ou trois reprises, en gardant la pose entre 20 et 30 secondes.

• Faites des mouvements circulaires vers l’avant puis vers l’arrière avec les épaules, le cou, les poignets, le bassin, les chevilles.

• Levez le coude droit au-dessus de la tête, la main droite reposant entre les omoplates. Avec la main gauche, tirez le coude vers la gauche pour pratiquer une légère tension dans le triceps. Répétez de l’autre côté.

• Étirez les bras le plus haut possible.

• Appuyez votre bras gauche sur un mur, puis tournez votre tronc tranquillement vers la droite pour étirer les pectoraux. Répétez de l’autre côté.

• Couchez-vous à plat ventre sur le sol, puis redressez le haut du corps, en prenant appui sur les avant-bras ou les mains, selon votre niveau (comme pour «faire le sphinx», dit Mme Guévin).

• Debout, pliez la jambe droite jusqu’à ce que le talon touche votre fesse. Gardez la pose en retenant la cheville avec votre main pour étirer le devant de la cuisse. Répétez de l’autre côté.

• Debout, appuyez les orteils d’un pied sur le mur, en gardant le talon au sol. Poussez la jambe vers l’avant pour étirer le mollet. Répétez de l’autre côté.

• Assis sur le sol, les jambes devant vous, tirez sur le bout du pied tout en gardant les jambes droites pour en étirer l’arrière.

• Assis sur une chaise, placez la cheville droite sur le genou gauche en gardant la jambe le plus à l’horizontale possible, sans douleur. Répétez de l’autre côté.

Maison

Télétravail: du boulot sur le balcon

Dans notre dossier sur l’aménagement d’un bureau à la maison, Le Mag vous demandait de partager des photos de vos nouveaux espaces de télétravail. La soumission d’Annie-Claude Lachance risque de faire des envieux…

En effet, cette adjointe administrative s’est installé un petit comptoir-bar pour abattre du boulot depuis son balcon dans Limoilou! «En cet après-midi doux et ensoleillé, je vous présente mon nouveau bureau de travail… sur le balcon! Pour du télétravail debout, au grand air, la face au soleil. Café chaud et réconfortant requis», nous a-t-elle écrit.

À LIRE AUSSI :
7 trucs de pros pour aménager un bureau à la maison
Lèche-vitrine: déco, boulot, dodo…

Cette idée lui est venue après avoir vu un produit similaire développé par l’entreprise montréalaise Demain Dimanche. «Je l’ai envoyé à mon chum, lui disant que “c’est donc ben une géniale idée, je vais m’en commander un! ” Il m’a répondu : “pff, je vais t’en fabriquer un! ” Il m’apportait mon bar quelques jours plus tard!» raconte Mme Lachance.

+
APPEL À TOUS
Qui dit mieux? À quoi ressemble votre bureau de télétravail? Envoyez-nous les photos de votre nouvel espace de travail à lemag@lesoleil.com. Nous en publierons une sélection.

Maison

Cynthia Dulude: triptyque du bien-être

La youtubeuse Cynthia Dulude n’aurait pas pu prévoir un meilleur moment pour la sortie de son deuxième livre, Bien chez moi : maison - corps - tête.

Alors que les Québécois sont plus chez eux que jamais à cause des mesures sanitaires qui prévalent actuellement, ils trouveront dans cet ouvrage des conseils pour se sentir bien dans leur environnement et avec eux-mêmes. 

Maison, corps et tête sont les trois volets sur lesquels se penche l’auteure dans son guide de 174 pages vers le bien-être personnel. Bien connue pour ses tutoriels de maquillage, la youtubeuse partage aussi ses astuces de décoration, de ménage et de style dans son nouveau livre. Cynthia Dulude semble inspirée par le dicton : «un esprit sain dans un corps sain»; et dans un environnement sainement aménagé, pourrait-on ajouter. 

La parution du livre est prévue le 14 avril.

Maison

Le bidet en renfort!

La perspective de manquer de papier de toilette à l’heure de la COVID-19 a ramené le bidet dans la mire des Québécois. Utilisé particulièrement en Europe, le bidet se présente maintenant comme une solution pertinente pour ceux qui ont peur d’une pénurie de papier hygiénique.

Si le bidet était déjà dans la lunette des personnes ayant entrepris un virage zéro-déchet, la menace de la COVID-19 achève de convaincre les indécis. «On l’a depuis hier soir et c’est comme la vedette de la maison», constate Catherine Aubé qui partage sa toilette avec ses deux enfants de 4 et 6 ans, en plus de son chum et des deux enfants de celui-ci. «Les enfants sont super contents», affirme-t-elle. Même son plus jeune enfant de quatre ans n’a aucun problème à l’utiliser.

Maison

7 trucs de pros pour aménager un bureau à la maison [PHOTOS]

Vous faites votre devoir de citoyen responsable et délaissez le boulot pour travailler de la maison, le temps que passe la tempête virale. Excellente idée! Mais les manques d’espace, d’équipement adéquat et de décoration peuvent finir par miner votre productivité et votre envie de vous atteler à la tâche. Installer un bureau confortable et efficace à la maison — qu’il soit temporaire ou permanent — peut être moins simple qu’il n’y paraît. Voici donc quelques trucs de designers et d’organisatrices pour être plus fonctionnel chez soi.

1) Bien choisir l’endroit

Où installer son bureau? Là est la question. «L’essentiel est de ne pas contaminer les espaces de vie dans le reste de la maison. S’installer sur un coin de table dans la cuisine crée des ancrages mentaux qui rappellent toujours le stress du travail, indique Huguette Lépine, organisatrice professionnelle chez Espaces organisés. Réservez un endroit où on pourra fermer une porte ou placer un paravent pour faire disparaître le bureau. Il faut établir une barrière entre l’intimité et la vie professionnelle, car c’est important pour l’hygiène mentale.»

Maison

Lèche-vitrine: déco, boulot, dodo… [21 PHOTOS] 

Vous avez lu et prévoyez suivre à la lettre les conseils et astuces de designers et d’organisatrices (lire pages précédentes) pour aménager un bureau à la maison, loin des virus de vos collègues. Très bien. Maintenant, il ne reste qu’à ajouter du style! Le Mag ne vous laissera pas tomber. Voici quelques idées d’items utiles et jolis pour vous préparer au boulot «isolé» en beauté. Cela dit, pour les prochaines semaines, mieux vaut commander en ligne…

Carnet d’adresses

• EQ3 : eq3.com
• IKEA : ikea.com
• LUSINE : lusinequebec.com
• Simons : simons.ca
• Structube : structube.com
• Zone : zonemaison.com
• Bureau en gros : bureauengros.com
• Multi Luminaire : multiluminaire.ca

Maison

Projet City Lofts à Expo Habitat: passez donc aux salons!

Parmi les 300 kiosques de la récente Expo Habitat apparaissaient, au détour d’un chemin, quatre salons aux styles originaux bien campés. À l’arrière-plan, des toiles géantes montraient le décor de lofts «virtuels» situés dans quatre grandes villes du monde. Un sympathique et ambitieux projet de déco mené par des élèves du Centre de formation professionnelle Marie-Rollet, à Québec.

Cette initiative baptisée «City Lofts» a permis à 16 jeunes de concevoir un décor en vue d’un véritable événement d’envergure. Une manière d’offrir une sorte d’avant-goût du métier qui les attend peut-être.

«Cette année, l’espace présentait des lofts urbains aménagés pour des artistes [des personnages fictifs] aux personnalités bien identifiées. Pourquoi des artistes? Simplement pour rappeler aux visiteurs qu’historiquement, ce sont eux qui ont les premiers occupé ces lieux si particuliers dans nos villes», explique Raymond Racicot, designer et enseignant au département de décoration intérieure et présentation visuelle du CFP Marie-Rollet.

«Nous avons choisi de les situer dans des villes emblématiques de la culture : Londres, New York, Paris et Québec. Ces grands lofts furent aménagés de façon virtuelle. Nous présentions sur place une section réelle de chacun des projets, la pièce retenue étant l’espace salon. De grands meubles de rangement ont ainsi été conçus par nos élèves, que des partenaires ont accepté de réaliser en vrai pour être présentés sur place», ajoute-t-il

Le public a eu l’occasion de voter pour son coup de cœur parmi les quatre décors proposés. Plus de 13 000 des quelque 46 000 visiteurs d’Expo Habitat l’auraient fait. C’est le loft de New York qui a remporté la palme, un décor développé par ses concepteurs Éloïse Delalleau, Jeanne Langlois, Anabelle Pitre-Messier et Alyson Vallières-Morin.

Voici donc les quatre projets de ces élèves, expliqués dans leurs propres mots.

*****

Maison

Lèche-vitrine: quand minou fait le décor 

Depuis des temps immémoriaux, les ô-si-adorables images de chats pululent dans tous les recoins de l’Internet, se reproduisent à une vitesse folle sur Facebook et continuent de faire pleuvoir les «p’tits cœurs» sur Instagram. Pourquoi en serait-il autrement dans l’univers du design? Voici donc une coquette recension d’articles inspirés du deuxième meilleur ami de l’homme (et même une souris!) qui feront ronronner de plaisir.

Carnet d’adresses

• ADzif: adzif.ca 
• Anthropologie: anthropologie.com
• Bouclair: bouclair.com
• Linen Chest: linenchest.com
• L’Inventaire: boutiquelinventaire.com
• LUSINE: lusinequebec.com
• Simons: simons.ca

Maison

Tapis tuftés et meubles revisités chez Roche Bobois

La thématique Vie Urbaine de Roche Bobois Paris présente ses nouvelles créations aux riches tons de joyaux et aux formes abstraites qui donnent une élégance moderne aux espaces intérieurs.

Parmi ces nouveautés, les tapis en laine tuftés à la main sont à l’honneur. Le tuftage est une technique artisanale provenant de l’Orient qu’on utilise aujourd’hui conjointement avec des outils et procédés de fabrication plus modernes. Le tapis tufté est réputé pour être plus moelleux que son homologue, le tapis noué. Leur épaisseur permet de sculpter du relief à la surface du tapis. Ils sont également appréciés pour leur effet isolant et insonorisant. 

Et puisque la mode est cyclique, Roche Bobois ramène le canapé dessiné par Hans Hopfer dans les années 1970. Avec un nouvel habillage en tissu extensible, le canapé trois places Informel conserve la facture de l’époque qui l’a vu naître.

Maison

Une favela verte près de São Paulo

SÃO PAULO — «Ici, il y a du thym, du basilic, du curcuma, trois sortes de menthe, de la lavande et bientôt on aura des fraises», dit fièrement Lia de Souza en dressant un improbable inventaire botanique: nous sommes dans une favela proche de São Paulo.

Dans le grand potager, la Brésilienne de 57 ans donne ses instructions au garçon qui apporte une brouette de cette terre rouge sur laquelle tout pousse : papayers, bananiers et même bougainvillées fuchsia et hortensias roses.

«Nous avons aussi toutes sortes de plantes médicinales», se réjouit Lia. Sur la parcelle de culture écologique, elle montre aussi la serre pleine de semis et, plus loin, le compost.

Dans la favela verte de Vila Nova Esperança, dont Lia est élue leader depuis 10 ans, rien ne se perd, tout se récupère.

Ici règne l’éthique de la permaculture : à une heure du centre de la mégapole congestionnée de São Paulo, la favela, qui domine la luxuriante Mata («forêt») atlantica, se veut respectueuse de l’environnement, des hommes, autosuffisante et fondée sur le partage.

Maison

Calendrier horticole du 14 mars 2020 [MIS À JOUR]

*MISE À JOUR (19 mars 2020) : Des changements ont été apportées à ce calendrier puisque plusieurs activités et conférences ont été annulées ou reportées en raison de la COVID-19. Nous tenons à rappeler que le gouvernement recommande de s'isoler (particulièrement les gens de plus de 70 ans) et d'éviter les regroupements ainsi que les sorties non essentielles.

Le bouturage pour les boîtes à fleurs (REPORTÉE AU 31 MAI)
Le dimanche 15 mars 2020 (10h), la Société éducative Roger-Van den Hende présentera la conférence «Le bouturage pour accroître les plantes en vue de la confection des boîtes à fleurs» donnée par Jean Brisson. On y étudiera les boîtes à fleurs, le jar­dinage en pots, les espèces appropriées, les techniques, le choix des pots et la fertilisation. Présentation à la jardinerie Floralies Jouvence (2020, avenue Jules-Verne, à Québec). Prix : gratuit pour les membres, 2 $ pour les non-membres, 1 $ pour les membres d’une autre société horticole. Réservation jusqu’à 9h45 : Jean Denis Brisson à societeeducativervdh@gmail.com ou 418 908-1096

Les jardins d’eau (MAINTENUE POUR L'INSTANT)
Le dimanche 22 mars 2020 (10h), la Société éducative Roger-Van den Hende présentera la conférence «Les règles d’or pour l’aménagement d’un jardin d’eau» donnée par Michel Bédard. Au programme : la conception, la réalisa­tion et l’entretien, en plus d’une dizaine de règles d’or à respecter. Présentation à la jardinerie Floralies Jouvence (2020, avenue Jules-Verne, à Québec). Prix : gratuit pour les membres, 2 $ pour les non-membres, 1 $ pour les membres d’une autre société horticole. Réservation jusqu’à 9h45 : Jean Denis Brisson à societeeducativervdh@gmail.com ou 418 908-1096

Les plantes couvre-sol (ANNULÉE)
Le mardi 24 mars 2020 (19h30 à 21h), la Société d’horticulture de Sainte-Foy présentera la conférence «Les plantes couvre-sol» donnée par Rock Giguère, spécialiste horticole et auteur. La présentation aura lieu à la sacristie de la Visitation, au 801, route de l’Église, à Québec. Prix : gratuit pour les membres, 8 $ pour les non-membres. Info : Nicole Caron au 581 981-4441, nicky101.2008@outlook.fr ou shsf.ca ou facebook.com/societe.horticulture.ste.foy

La passion des hostas (ANNULÉE)
Le mardi 31 mars 2020 (19h30 à 21h), la Société d’horticulture de Sainte-Foy présentera la conférence «Notre passion pour les hostas» donnée par Daniel Lemieux, copropriétaire des Vivaces du Merle Bleu. On y dévoilera des renseignements sur les hostas, les tendances et les nouvelles caractéristiques développées par les hybrideurs et sélectionneurs. La présentation aura lieu à la sacristie de la Visitation, au 801, route de l’Église, à Québec. Prix : gratuit pour les membres, 8 $ pour les non-membres. Info : Nicole Caron au 581 981-4441, nicky101.2008@outlook.fr ou shsf.ca ou facebook.com/societe.horticulture.ste.foy

Arbres et arbustes à fleurs (REPORTÉE)
Le 1er avril 2020 (19h), la Société de l’arbre mariveraine (SAMAR) présentera la conférence «Arbres et arbustes à fleurs pour jardiniers paresseux» par le chroniqueur horticole Larry Hodgson. La rencontre aura lieu dans la salle du conseil de l’hôtel de ville de Sainte-Marie, en Beauce (270, avenue Marguerite-Bourgeoys). Entrée gratuite.

Cours d’aménagement paysager (MAINTENUE POUR L'INSTANT)
Tous les mercredis soir du 15 avril au 20 mai 2020 (19h à 22h), la Société d’horticulture de Sainte-Foy offrira le cours «Aménagement paysager», donné par l’horticulteur Yvon Trudeau. Cette formation d’une durée de six semaines consécutives est destinée à ceux qui veulent apprendre les étapes pour préparer eux-mêmes leur plan d’aménagement paysager. Coût : 125 $ pour les membres, 150 $ pour les non-membres, 220 $ par couple membre, 260 $ par couple non membre (un rabais de 25 $ et de 35 $ pour les couples sera appliqué pour tous sur la carte de membre 2020-2021). Le cours aura lieu à la sacristie de la Visitation, au 801, route de l’Église, à Québec. Info et inscription : France Doyon au 418 658-9844

*****

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à lemag@lesoleil.com. Si vos activités sont annulées ou reportées en raison de la COVID-19, informez-nous en et nous modifierons ce calendrier.

Maison

Céramique: des idées de grandeur [PHOTOS]

En 2020, la céramique prend plus d’espace dans la maison en s’invitant sur toutes les surfaces. Du plancher, elle remonte sur les murs en s’attardant sur les comptoirs et s’impose avec une nouvelle norme de 60 x 60 cm en matière de taille, qui évolue déjà vers le 60 x 120cm, dévoile Kristina Panzera, acheteuse principale de Ciot. Des tuiles de grandes dimensions donneront un effet d’uniformité et de grandeur à n’importe quelle pièce, tout en lui octroyant un aspect haut de gamme.

Avec cette tendance, les tuiles rectifiées sont de plus en plus en demande. Elles permettent de faire des microjoints qui ne briseront pas l’effet d’ampleur créé par les grandes tuiles, informe Eric Bisson, représentant des ventes pour Holten Impex Ceramica Concept. «Quand on prend du grand format et qu’on fait des petits joints, on crée un effet d’ensemble au niveau du sol. Donc, on donne un effet de grandeur sans pour autant aller chercher des hyper grandes tuiles», explique-t-il.

Chaude la céramique!

La tendance aux planchers chauffants encourage la tendance pour les planchers de céramiques. Elle s’installe jusque dans les chambres à coucher, particulièrement si elles sont de petites tailles. «Dans des condos par exemple, certains vont préférer garder le même produit au plancher dans tout l’espace, surtout maintenant avec les planchers chauffants, c’est quand même très confortable», remarque Kristina Panzera.

Plus les formats sont grands, plus la tuile est sobre. Principalement sur le sol, puisqu’il est plus difficile de changer un plancher qu’un mur, surtout s’il est chauffant. Plus le carreau de céramique rapetisse, plus on y ajoute de détails.

La céramique n’est plus simplement valorisée pour son côté pratique et durable, elle devient un élément de style qu’on peut utiliser pour créer des chefs-d’œuvre qui décorent les pièces aussi efficacement qu’un tableau, avec l’avantage de pouvoir être installé sur une plus grande variété de surfaces. «Habituellement, c’est des carreaux 20 x 20 cm ou 15 x 15 cm qui imitent les anciennes tuiles peintes à la main, ou les tuiles de ciment peintes à la main», décrit Kristina Panzera. 

Maison

Le charme durable du bambou

Les meubles et accessoires faits de bambou sont une tendance qu’on épouse avec bonne conscience.

Le bambou comble autant les personnes à la recherche de durabilité que celles désireuses de varier leur décor sans trop nuire à l’environnement. Résistant à l’eau et à la moisissure, le bambou se crée une place de choix dans la salle de bain, la cuisine, le sous-sol ou encore à l’extérieur. 

Ce matériau que certains espèrent voir remplacer le plastique semble avoir la polyvalence de ce dernier avec l’avantage de pouvoir être composté ou recyclé. 

C’est ce que met en lumière IKEA avec sa série de lampes de bambou Knixhult. Ces lampes utilisent une nouvelle technique de tissage qui réduit le gaspillage au niveau de la production, en plus d’être vendues dans un emballage ne contenant aucun plastique. Quand elles ne vous plairont plus, ces lampes se démontent afin que chaque pièce termine sa vie au bon endroit.

Maison

Rodi Design, nouvelle voisine d’Artemano

La boutique Artemano de la rue Saint-Joseph s’est installée récemment dans une portion des anciens locaux du Sears aux Galeries de la Capitale. Les propriétaires ont profité du déménagement pour inaugurer une autre de leur bannière le 10 décembre: Rodi Design.

La marque se spécialise dans les canapés, les causeuses, les sofas sectionnels et le rembourrage de salon. Elle offre «plusieurs gammes de produits pour tous les budgets et les tranches d’âges», indique la gestion du magasin de Québec. Avec la récente arrivée de Brick et d’EQ3 dans le centre commercial, il sera plus facile d’attirer la clientèle.

Rodi Design a été lancée il y a une vingtaine d’années par Bruno Rodi, qui a racheté les actifs d’Artemano en décembre 2017 pour la somme de 1,3 million de dollars. L’entreprise devait alors 13 millions à ses créanciers, selon La Presse. Un groupe d’investisseurs québécois a fait l’acquisition des deux bannières, au printemps 2019.

Maison

L’art de vivre de Catherine Lavoie débarque chez Simons

L’univers coloré et naïf de l’artiste de Québec Catherine Lavoie fait son entrée chez Simons sous le thème l’«art de vivre».

La collaboration propose une collection déco exclusive pour laquelle la designer avait (presque) carte blanche. Le seul jalon : une palette aux tons chauds et botaniques. Des formes organiques et des scènes figuratives très graphiques empruntées au quotidien teintent les divers éléments de la collection, entre le napperon «petit-déjeuner», le linge à vaisselle garni d’ustensiles ou le coussin «soleil du matin». Des œuvres murales de l’artiste complètent la collection. 

Les articles Catherine Lavoie X Simons Maison ont été conçus pour cohabiter en simplicité avec tous les décors. Les produits sont déjà offerts, mais en quantités limitées. 

Maison

Calendrier horticole du 7 mars 2020

La tomate, du semis à la récolte
Le mardi 10 mars 2020 (19h30 à 21h), la Société d’horticulture de Sainte-Foy proposera la conférence «La tomate, du semis à la récolte» donnée par l’agronome et auteure Lili Michaud. On y apprendra à faire des semis, les différences entre les plants, l’arrosage et la prévention des maladies. La présentation aura lieu à la sacristie de la Visitation, au 801, route de l’Église, à Québec. Prix : gratuit pour les membres, 8 $ pour les non-membres. Info : Nicole Caron au 581 981-4441, nicky101.2008@outlook.fr ou shsf.ca ou facebook.com/societe.horticulture.ste.foy

Les plantes indigènes
Le mardi 10 mars 2020 (19h), la Société d’horticulture et d’écologie de Montmagny proposera une conférence sur la façon d’aménager ses plates-bandes avec des plantes indigènes, donnée par le chroniqueur horticole Larry Hodgson. Coût : gratuit pour les membres et les étudiants, 8 $ pour les non-membres. Adresse : à la salle du conseil municipal au 143, rue Saint-Jean-Baptiste Est, à Montmagny. Info : 418 248-9322

Le jardinage «éconologique»
Le mercredi 11 mars 2020 (19h30), la Société d’horticulture et d’écologie de Saint-Nicolas présentera la conférence «Jardinage éconologique : économique et écologique» par l’agronome et auteure Lili Michaud. L’activité aura lieu à l’hôtel Comfort Inn & Suites situé au 1394, route des Rivières, à Lévis. Prix : gratuit pour les membres, 7 $ pour les non-membres, 5 $ pour les membres d’autres sociétés d’horticulture. Info : 418 831-2641

Le bouturage pour les boîtes à fleurs
Le dimanche 15 mars 2020 (10h), la Société éducative Roger-Van den Hende présentera la conférence «Le bouturage pour accroître les plantes en vue de la confection des boîtes à fleurs» donnée par Jean Brisson. On y étudiera les boîtes à fleurs, le jar­dinage en pots, les espèces appropriées, les techniques, le choix des pots et la fertilisation. Présentation à la jardinerie Floralies Jouvence (2020, avenue Jules-Verne, à Québec). Prix : gratuit pour les membres, 2 $ pour les non-membres, 1 $ pour les membres d’autres sociétés horticoles. Réservation jusqu’à 9h45 le jour même : Jean Denis Brisson à societeeducativervdh@gmail.com ou 418 908-1096

Les orchidées de la Colombie
Le mardi 17 mars 2020 (19h30), les Orchidophiles de Québec proposeront une conférence sur les orchidées de la Colombie donnée par Viateur Boutot. La rencontre aura lieu au Montmartre canadien (1669, chemin Saint-Louis, à Québec). Entrée et stationnement gratuit à l’arrière. Coût : gratuit pour les membres, 5 $ pour les non-membres. Info : orchidophilesdequebec.ca

Les jardins d’eau
Le dimanche 22 mars 2020 (10h), la Société éducative Roger-Van den Hende présentera la conférence «Les règles d’or pour l’aménagement d’un jardin d’eau» donnée par Michel Bédard. Au programme : la conception, la réalisa­tion et l’entretien, en plus d’une dizaine de règles d’or à respecter. Présentation à la jardinerie Floralies Jouvence (2020, avenue Jules-Verne, à Québec). Prix : gratuit pour les membres, 2 $ pour les non-membres, 1 $ pour les membres d’une autre société horticole. Réservation jusqu’à 9h45 le jour même : Jean Denis Brisson à societeeducativervdh@gmail.com ou 418 908-1096

Les plantes couvre-sol
Le mardi 24 mars 2020 (19h30 à 21h), la Société d’horticulture de Sainte-Foy présentera la conférence «Les plantes couvre-sol» donnée par Rock Giguère, spécialiste horticole et auteur. La présentation aura lieu à la sacristie de la Visitation, au 801, route de l’Église, à Québec. Prix : gratuit pour les membres, 8 $ pour les non-membres. Info : Nicole Caron au 581 981-4441, nicky101.2008@outlook.fr ou shsf.ca ou facebook.com/societe.horticulture.ste.foy

La passion des hostas
Le mardi 31 mars 2020 (19h30 à 21h), la Société d’horticulture de Sainte-Foy présentera la conférence «Notre passion pour les hostas» donnée par Daniel Lemieux, copropriétaire des Vivaces du Merle Bleu. On y dévoilera des renseignements sur les hostas, les tendances et les nouvelles caractéristiques développées par les hybrideurs et sélectionneurs. La présentation aura lieu à la sacristie de la Visitation, au 801, route de l’Église, à Québec. Prix : gratuit pour les membres, 8 $ pour les non-membres. Info : Nicole Caron au 581 981-4441, nicky101.2008@outlook.fr ou shsf.ca ou facebook.com/societe.horticulture.ste.foy

*****

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à lemag@lesoleil.com.

Maison

Des artisans dans l’ère du temps [PHOTOS]

Naître avec deux mains, c’est naturel, c’est inné. Apprendre à créer avec ses mains, façonner et construire, c’est une tout autre chose. L’art s’acquiert et la créativité se développe. À la Maison des métiers d’art de Québec, les futurs artisans puisent dans l’acquis pour réinventer la roue du fait main.

Si les savoirs-faire qu’on leur enseigne datent d’il y a longtemps, l’approche et les techniques ont su, elles, suivre une certaine évolution vers l’actuel. Installée sur le boulevard Charest depuis près de 20 ans, la Maison des métiers d’art de Québec (MMAQ) renferme des ateliers de métiers d’art en textile, céramique et sculpture. Mais en l’espace de deux décennies, il s’en est passé des choses.

Aujourd’hui, derrière leurs gigantesques métiers à tisser, Judith Ricard et Véronic Barbeau ne sont pas que des artisanes du textile. Elles doivent désormais avant tout devenir des programmeuses informatiques. Les impressionnantes machines fonctionnent maintenant non seulement à la main, mais aussi avec un système informatique, qui leur facilite la tâche si elles savent bien l’exploiter. N’en demeure pas moins qu’elles passeront au moins deux ou trois heures à préparer leur métier à tisser avant de le mettre en marche. 

Maison

Pascale Faubert Créations Textile: vers une entreprise zéro déchet

RIMOUSKI — Pascale Faubert Créations Textiles de Rimouski veut devenir une entreprise zéro déchet textiles. Pour y arriver, cela demande beaucoup d’espace. L’artisane designer et son équipe devront donc déménager dans un plus grand atelier, ce qui leur permettra également de recevoir la clientèle dans une salle de montre et de pouvoir offrir des cours de dessin d’observation, d’impression aux blocs et de sérigraphie.

Pour que son entreprise atteigne son objectif zéro déchet, l’artisane doit trier la fibre et la classer en fonction de sa composition et de ses dimensions. Par la suite, les retailles de textile seront valorisées. Sa collaboration avec l’artiste Laura Kenny de la Nouvelle-Écosse est d’ailleurs un bel exemple de valorisation de la fibre. «Laura utilise mes retailles de tissus pour faire des tapis crochetés», indique Mme Faubert. Si celle-ci a décidé de déménager, c’est aussi parce que les cadres de sérigraphie qu’elle utilise sont grands et requièrent beaucoup d’espace. 

Avant l’ouverture de son nouvel atelier, prévue en avril, Pascale Faubert fait appel au public par l’entremise d’une campagne de sociofinancement sur La Ruche Bas-Saint-Laurent (laruchequebec.com/projet/nouvel-atelier-textile-pour­-pascale-faubert-6512/). Celle-ci lui permettra de financer le déménagement dans son nouvel espace de travail, sans l’inconvénient du prêt et des intérêts. «C’est une alternative pour alléger le fardeau financier de mon entreprise et maximiser sa pérennité», explique l’entrepreneure rimouskoise.

Le Mag

Nouveau fleuriste écoresponsable à Lévis

Un fleuriste écoresponsable a ouvert ses portes à Saint-Nicolas. Plantes, fleurs, chandelles et savons artisanaux locaux sont proposés par La Serre - Fleurs, Plantes et D.éco, à la Place Saint-Nicolas (845, route Marie-Victorin, à Lévis).

«On voulait créer un espace agréable, sans tracas, un espace bonheur», décrit le propriétaire, Pierre-Olivier Bertrand. Ses valeurs et celles de ses deux collègues le guident pour son «projet dans l’ère du temps» vers l’écologie et l’achat local.

«Nous avons choisi de remettre un minimum de 5 % des profits à des organismes locaux et nous mettons tout en œuvre pour récupérer au maximum et pour éliminer le plastique», peut-on lire sur la page Facebook du commerce.

La majorité des fleurs et des plantes proviennent de producteurs locaux.

Info : laserrefleurs.com

MAISON

Le palmarès des gros électros selon Protégez-Vous

Il est déjà difficile d’arrêter son choix quand vient le temps de magasiner de gros appareils électroménagers. Or, voilà qu’un sondage mené par le magazine Protégez-Vous auprès d’un panel de 3000 personnes révèle «qu’aucune marque ne se distingue dans toutes les catégories» de réfrigérateurs, cuisinières, lave-vaisselle et laveuses.

Donc, pas de grands gagnants, mais quelques suggestions malgré tout : 

• les réfrigérateurs haut de gamme Fisher & Paykel sont au sommet du palmarès (LG, Maytag et KitchenAid sont les moins bons);
• les «moins pires» des cuisinières sont de marque Whirpool;
• Miele et Bosch restent des «valeurs sûres» au chapitre des lave-vaisselle, quoique Miele est coûteuse par rapport à sa performance (Frigidaire st dernier);
• LG est en tête de liste des laveuses (Maytag domine celles à chargement par le haut avec agitateur).

KitchenAid fait mauvaise figure dans le palmarès des cuisinières, lave-vaisselle et réfrigérateurs. Et Samsung termine au bas du classement pour les laveuses.

Lueur d’espoir : un prix élevé n’est pas nécessairement synonyme de fiabilité. «Si vous hésitez entre deux appareils très performants, mettez les chances de votre côté en optant pour celui qui est frappé d’une marque appréciée par le Panel», conseille Clémence Lamarche, chargée de projets senior.

Magasins recommandés

Par ailleurs, au chapitre des magasins d’électroménagers de la région de Québec, Tanguay et le Centre canadien d’électroménagers (rue Bouvier) sont recommandés. Brick se retrouve au bas de la liste en raison de son service inégal, selon le sondage.

Le palmarès complet et détaillé se trouvera dans l’édition de mars 2020 de Protégez-Vous.

Maison

Calendrier horticole du 29 février 2020

• Espèces légumières, deuxième partie
Le dimanche 1er mars 2020 (10h), la Société éducative Roger-Van den Hende offre la deuxième partie de la conférence baptisée «Botanique économique 101 : les espèces légumières» par Jean-Denis Brisson. Dans ce second volet, on explorera les espèces annuelles et vivaces, leur anatomie, leur phytoprotection, etc. Présentation à la jardinerie Floralies Jouvence (2020, avenue Jules-Verne, Québec). Prix : gratuit pour les membres, 2 $ pour les non-membres. Info : societeeducativervdh@gmail.com ou 418 908-1096

• Tout sur le potager
Le mardi 3 mars 2020 (19h30), la Société d’horticulture de Québec tiendra sa conférence mensuelle nommée «Le potager, du semis aux récoltes» et présentée par l’agronome Lili Michaud. L’activité aura lieu au Centre communautaire Marchand, situé au 2740, 2e Avenue Est, à Québec. Prix : gratuit pour les membres, 6 $ pour les non-membres. Aucune réservation requise. Info : 418 871-1665

• Confectionner un terrarium
Le mardi 3 mars 2020 (de 19h30 à 21h), la Société d’horticulture de Sainte-Foy présentera une conférence de la fleuriste Catherine Pouliot au sujet des terrariums. Elle expliquera comment confectionner et entretenir un terrarium, quelles plantes survivent mieux. etc. Du matériel sera en vente sur place. La présentation aura lieu à la sacristie de la Visitation, au 801, route de l’Église, à Québec. Prix : gratuit pour les membres, 8 $ pour les non-membres. Info : Nicole Caron 581 981-4441, nicky101.2008@outlook.fr ou shsf.ca ou facebook.com/societe.horticulture.ste.foy

• La tomate, du semis à la récolte
Le mardi 10 mars 2020 (de 19h30 à 21h), la Société d’horticulture de Sainte-Foy proposera la conférence «La tomate, du semis à la récolte» de l’agronome, auteure et conférencière Lili Michaud. On y apprendra à faire des semis, les différences entre les plants, l’arrosage et la prévention des maladies, entre autres. La présentation aura lieu à la sacristie de la Visitation, au 801, route de l’Église, à Québec. Prix : gratuit pour les membres, 8 $ pour les non-membres. Info : Nicole Caron au 581 981-4441, nicky101.2008@outlook.fr ou shsf.ca ou facebook.com/societe.horticulture.ste.foy

*****

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à lemag@lesoleil.com.

Maison

Expo habitat : quels coups de cœur valent le détour? [PHOTOS + VIDÉO]

Le Mag a eu l’occasion de parcourir les allées du 36e salon Expo habitat de Québec avant l’ouverture (deux fois plutôt qu’une). Plusieurs des 300 exposants et des centaines de produits présentés nous sont tombés dans l’œil. En voici une petite sélection qui attirera peut-être aussi votre regard.


Murales trompe-l’œil
De loin, on jurerait se trouver devant un véritable mur de pierres ou une immense mosaïque de céramiques. C’est à proximité et au toucher qu’on découvre la supercherie : il s’agit de «murales préencollées d’ultra haute résolution» (parfois jusqu’à 1500 mégapixels!) de Muralunique.com. L’entreprise imprime une photo — celle du client ou celle dont elle achète les droits de reproduction — sur un papier de fibres synthétiques qu’elle applique au mur tel un papier peint. On peut même en faire des panneaux autocollants pour le frigo. Prix : 3 $ à 4 $ le pied carré.
muralunique.com

Le Mag

Artemano déménage aux Galeries de la Capitale

Artemano, la chaîne québécoise spécialisée dans la vente de meubles faits de bois massifs et exotiques, s’est récemment offert de nouveaux locaux en quittant la rue Saint-Joseph. L’entreprise s’est en effet installée cet hiver dans une portion de l’ancien Sears des Galeries de la Capitale. 

«On voulait agrandir et devenir plus facile d’accès pour nos clients», mentionne Carolann Ouellet, assistante gérante du magasin de Québec. Le nouvel emplacement serait selon elle environ trois fois plus grand que l’ancien dans Saint-Roch.

Artemano a également une nouvelle voisine, Rodi Design, une bannière appartenant au même propriétaire. Celle-ci propose quant à elle son expertise dans la vente de causeuses et de sofas, entre autres. Artemano compte en plus de sa succursale de Québec, quatre adresses, soit à Longueuil, à Laval, à Brossard et à Ottawa. 

Info: www.artemano.ca

Maison

Calendrier horticole du 22 février 2020

> On y va de la racine à la table!
Le mardi 25 février (de 19h30 à 21h), la Société d’horticulture de Sainte-Foy proposera la conférence «On y va de la racine à la table!» de Charlotte Reason, associée propriétaire de La Charloise, un producteur de petits fruits (raisins, bleuets, cassis, gadelles, groseilles, etc.), de vins primés et d’autres produits transformés. La présentation aura lieu à la sacristie de la Visitation, au 801, route de l’Église, à Québec. Prix : gratuit pour les membres, 8 $ pour les non-membres. Info : Nicole Caron 581 981-4441, nicky101.2008@outlook.fr ou shsf.ca ou facebook.com/societe.horticulture.ste.foy

> Tout sur le potager
Le mardi 3 mars 2020 (19h30), la Société d’horticulture de Québec tiendra sa conférence mensuelle nommée «Le potager, du semis aux récoltes» et présentée par l’agronome Lili Michaud. L’activité aura lieu au Centre communautaire Marchand, situé au 2740, 2e Avenue Est, à Québec. Prix : gratuit pour les membres, 6 $ pour les non-membres. Aucune réservation requise. Info : 418 871-1665

> Confectionner un terrarium
Le mardi 3 mars (de 19h30 à 21h), la Société d’horticulture de Sainte-Foy présentera une conférence de la fleuriste Catherine Pouliot au sujet des terrariums. Elle expliquera comment confectionner et entretenir un terrarium, quelles plantes survivent mieux. etc. Du matériel sera également en vente sur place. La présentation aura lieu à la sacristie de la Visitation, au 801, route de l’Église, à Québec. Prix : gratuit pour les membres, 8 $ pour les non-membres. Info : Nicole Caron 581 981-4441, nicky101.2008@outlook.fr ou shsf.ca ou facebook.com/societe.horticulture.ste.foy

*****

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à lemag@lesoleil.com.

Maison

Construction Marcel Charest et Fils: bâtir avec sensibilité

Construction Marcel Charest et Fils, c’est une histoire de famille. L’entreprise de troisième génération établie à Saint-Pascal, dans le Bas-Saint-Laurent, a été fondée en 1976 par Marcel Charest et sa femme Rachel Dumais. Depuis, les fils et petits-fils du couple se sont succédé au sein de la boîte. On peut apercevoir, entre Montmagny et Gaspé, la sensibilité architecturale de ses projets qui animent le cadre bâti de la région.

«C’est la folie des soumissions au bureau», lance Philippe Charest au bout du fil. Le chargé de projets de Construction Marcel Charest et fils, et candidat au doctorat en science de l’architecture à l’Université Laval est le petit-fils des fondateurs. Dans cette compagnie comptant près de 50 employés, une douzaine de projets sont en chantier, mentionne-t-il.

Son père Guy, et son oncle Marc sont actionnaires principaux de l’entreprise. Ses cousins Samuel et François sont respectivement estimateur et responsable des marchandises et des livraisons. Le troisième fils des Charest, Yvon, était responsable de la portion quincaillerie, d’abord ravagée par le feu en 1992, puis complètement délaissée en 1997. 

L’arrivée de la deuxième génération aura permis à la boîte de diversifier son offre et de diriger ses activités vers les secteurs commercial, industriel et institutionnel. «On opère davantage dans le secteur public», précise Philippe Charest.

Autour de la même table

La fin des années 90 aura été un tournant pour l’entreprise. L’Atelier Big City à Montréal, reconnu pour son architecture hors des lieux communs et un brin tape-à-l’œil, conçoit les plans du bâtiment du Parc de l’aventure basque en Amérique, à Trois-Pistoles. Construction Marcel Charest et Fils remporte l’appel d’offres. 

«Il y a eu un vrai dialogue entre les architectes et l’entrepreneur, raconte M. Charest. L’atelier voulait utiliser notre expertise pour bonifier le projet, son rendu et son efficacité. Ça nous a donné envie de répéter l’expérience, de travailler sur des projets avec une vision différente de l’architecture.» 

Avec les années, les projets à volumétrie «atypique» — le gabarit du bâtiment — puis l’arrivée de Philippe Charest qui termine son doctorat en science de l’architecture, la boîte a développé une sensibilité architecturale qui a fait son expertise. «Il y a un pont intéressant entre la conception des plans et le résultat final de nos constructions», fait valoir M. Charest. 

Sur le marché, l’entreprise se distingue pour la construction de «ce genre d’architecture» : des projets complexes dits «d’exception». Elle raffole des défis techniques. 

L’entrepreneur en construction ne se contente pas d’exécuter les mandats, donc. 

Maison

Nouvelle récompense pour le Strøm Spa

Le Strøm Spa nordique du Vieux-Québec a une fois de plus été reconnu par l’industrie de l’architecture et du design. La firme LemayMichaud a remporté le prix du projet de l’année lors des 13es Grands Prix du design le 5 février dernier, pour la conception et la réalisation de l’endroit. Le projet a été choisi parmi près de 500 présentés au jury.

L’histoire maritime du fleuve Saint-Laurent et la vue qu’offre le site ont servi de canevas.

Guillaume Lemoine, président de Strøm Spa nordique, souligne que l’architecture s’intègre au modèle d’affaires de l’entreprise. Il pointe les «retombées économiques certaines» pour l’industrie du tourisme de la Capitale-Nationale.

Le Strøm Spa nordique du Vieux-Québec a été récompensé aux Prix d’excellence en architecture de l’Ordre des architectes du Québec, aux Hotel & Property Awards puis aux A+ Awards d’Architizer. 

Maison

Célébrer les métissages au 21e Festival international de jardins

Le 21e Festival international de jardins entame la nouvelle décennie sous un nouveau thème : «Métissages». Cinq nouveaux jardins, choisis parmi plus de 200 propositions provenant de 38 pays, seront installés du 30 juin au 4 octobre sur le site des Jardins de Métis, situés aux portes de la Gaspésie.

«Depuis les trois dernières années, on était beaucoup dans les jeux et les environnements ludiques pour les jeunes enfants, explique le directeur des Jardins de Métis. On pense avoir fait le tour du jardin avec ce thème. En 2020, on a choisi un autre thème : les métissages. Bien sûr, c’est un jeu de mots. Mais, c’est aussi une opportunité de promouvoir l’interdisciplinarité.» Pour ce 21e Festival international de jardins, Alexander Reford s’est inspiré d’une exposition du même nom créée par Robert Lepage et qui avait été présentée au Musée de la civilisation de Québec en 2000. 

Cinq nouveaux jardins immersifs

Augmented Grounds de Soomeen Hahm, Jaeheon Jung et Yumi Lee de la Corée du Sud s’inspire de l’écharpe traditionnelle de la nation métisse des plaines de l’Ouest. Le jardin illustre l’harmonie grâce à des cordes colorées étroitement posées sur un terrain sculpté.

Corps de résonance de Charlotte Barbeau, Leila Desrosiers, Félix Roy et Jean-Benoit Trudelle de Montréal se veut une «folie musicale». Les visiteurs peuvent se déplacer dans et autour de cet instrument géant qui prend vie en vibrant aux sons de la forêt.

Entwine de Waiyee Chou de Toronto et Carlos Portillo de Montréal intègre la technique de nouage de macramé afin de valoriser les variétés de plantes hybridées. Les visiteurs peuvent se promener entre les cordes d’une spirale et s’y entrelacer.

Forêt corallienne, créée par les architectes Lucie Bulot et Dylan Collins de Montréal, propose une barrière de corail nouveau genre. Dans un métissage de couleurs et de formes qui crée un paysage insolite, une communauté de calcaire prend racine dans la forêt.

(Mé) Tissages de Duc Truong de France est un paysage tissé qui suggère aux visiteurs d’entrer à travers des couches d’éléments élastiques et de pénétrer dans un espace créé par le tissage de divers éléments.

Maison

Calendrier horticole du 15 février 2020

> Fête des semences à Saint-Apollinaire
La Société d’horticulture de Saint-Apollinaire présentera la 17e Fête des semences le dimanche 16 février, de 10h à 16h, à la salle communautaire de Saint-Apollinaire (83, rue Boucher). Au menu : 14 semenciers artisanaux, exposants, conférences, ateliers de semis pour enfants, ateliers de semis intérieurs pour adultes, sandwichs de la Boucanerie Del Tonio, etc. Prix : gratuit. Info : Isaac Veilleux au 819 345-7751, ihenr@hotmail.com, amelanchier.com ainsi que @fetedessemences sur Facebook

Maison

Les étudiants en design de l’Université Laval s’exposent sur Fabrique 1840 [PHOTOS]

Fabrique 1840 ouvre sa plateforme aux créations des finissants en design de l’Université Laval. La collection capsule propose 11 produits minimalistes à la conception réfléchie, qui sortent de la zone traditionnelle de production.

Cette collaboration entre l’Université Laval et La Maison Simons est née d’un exercice pédagogique offert à la Faculté d’aménagement, d’architecture, d’art et de design de l’Université Laval. Les étudiants devaient réfléchir au design d’objets du quotidien dans l’esprit compact living : utilitaires, penser intelligemment et qui permettent d’optimiser l’espace de vie. «Ce genre de produits attirent toujours l’attention de notre clientèle», souligne la directrice de Fabrique1840, Cécile Branco.

Les objets faits main ont été testés en décembre pour Volumique, le salon créatif de l’École de design au Musée national des beaux-arts du Québec. Cet encan contribue au financement de la première expo de la cohorte finissante, en mai.