Entrez

Refuge à Saint-Ferréol

Tout juste au tournant de la rue Franc-Clos, à Saint-Ferréol-les-Neiges, ce chalet est le refuge de la famille Savoie. Avec sa belle structure de bois et sa déco épurée et moderne, il sent le neuf, mais ses racines sont profondes.

«Le Mont-Sainte-Anne, c’est la place où je me retrouve, même si je ne suis pas né là», raconte le propriétaire, qui vient de la campagne et fréquente le coin depuis qu’il a cinq ans. À côté, il avait sa tante, ses cousins. «C’est un coin familial, j’ai vécu plein de choses», dit l’amateur de vélo, de ski et de rando, qui a transmis l’amour de la montagne à ses enfants.  

Sa mère habite toujours le chalet voisin, qui date de 1972. Le sien, tout juste rénové, prend place sur un ancien garage, transformé par son père pour accueillir ses enfants et ses petits-enfants. De cette époque, une pièce a été conservée telle quelle. Un salon figé dans le temps.

Maison

Une grande leçon de simplicité

L’expression «beau livre» n’est pas exagérée avec Michel Dallaire, de l’idée à l’objet. Ce volume correspond à la mission de celui qu’on appelle le «maître du design québécois» : proposer des objets fonctionnels et séduisants.

Noire et blanche, sa couverture rigide est minimaliste. La bouteille d’eau de javel avec cannelures qu’il a créée pour Lavo en 1996 est représentée avec un schéma aux lignes incrustées dans le carton. Un bandeau dépliable en facilite la compréhension. Michel Dallaire a fait économiser en résine 120 000 $ par année à Lavo, grâce à ces cannelures.

Maison

La plus grande colocation du monde

LONDRES — L’immeuble compte 10 étages et ressemble à un hôtel. Il abrite en fait à Londres la plus grande colocation du monde, selon son promoteur, offrant petites chambres, mais services partagés haut de gamme à de jeunes adultes. Un projet qui se veut une réponse à la crise urbaine du logement.

Ouvert au printemps 2016 le long d’une voie de circulation du nord-ouest de la capitale britannique, enclavé à une dizaine de minutes à pied de deux stations de métro, le bâtiment Old Oak est un pionnier de l’habitat partagé à si grande échelle, même si le co-living a déjà des adeptes, aux États-Unis notamment.

«Vous avez une belle chambre spacieuse avec une grande fenêtre qui fait entrer beaucoup de lumière», décrit Ed Thomas, chargé de gérer les lieux par le promoteur privé The Collective, en montrant à l’AFP la pièce qui fait 12 m2.

Maison

Bilodeau Baril Leeming: le bureau de Lévis fête ses 10 ans

UNE BOÎTE ET SES PROJETS / En gagnant un troisième nom, le cabinet d’architectes Bilodeau Baril Leeming ouvrait par la même occasion un bureau à Lévis. Il y a de ça 10 ans. James Leeming raconte le chemin parcouru, alors qu’il a dû agrandir ses locaux deux fois depuis.

Du haut de ses six pieds cinq et demi, l’architecte de 40 ans nous reçoit dans le Vieux-Lévis, avec le fleuve et Québec en toile de fond. Lui qui a commencé tout seul est aujourd’hui entouré d’une équipe de 10 personnes, 14 durant les grosses périodes. La firme conçoit autant des bâtiments institutionnels, industriels, multirésidentiels que des maisons et des résidences pour personnes âgées. Agrandissements, annexes, propriétés de luxe, les commandes vont de projets de 150 000 $ à plusieurs millions.

James Leeming (prononcez à l’asiatique, mais son nom vient de son grand-père britannique) a un bagage généraliste. Diplômé de l’Université Laval, il a d’abord travaillé pour le bureau Gauthier Gallienne Moisan et participé au projet du pavillon Kruger de la faculté de foresterie, de géographie et de géomatique en bois lamellé-collé. Une expérience significative qui n’est pas étrangère à son amour pour le bois et les matériaux nobles. 

De ces années, il retient une parole de Paul Gauthier, son premier patron. «Il me disait toujours : “Si le client est content, c’est parfait!”» Pour y arriver, il a appris à écouter et à observer. «Une personne arrive avec des besoins, avec une idée de grandeurs de pièces. Il y a tout ce qu’elle dit et tout ce qu’elle ne dit pas. Il faut deviner, regarder qui elle est, quel est son milieu de travail, où elle voyage, comment elle s’habille. Ce sont des choses qu’il faut observer pour bien la définir et la saisir.»

À l’écoute

Ainsi, il s’adapte s’il construit pour une institution qui a des barèmes préétablis, un propriétaire d’entreprise qui a mis toute sa vie dans son affaire ou un particulier qui veut construire sa maison de rêve. «Du côté résidentiel, les gens ont le droit d’être pointilleux sur ce qu’ils veulent au final. Mais on les aide et on les fait cheminer là-dedans. On se penche sur les habitudes de vie, on réfléchit à ce qu’on peut apporter de différent dans l’aménagement du site et de l’espace, même si l’endroit est restreint.»

En 2004, James Leeming a intégré le bureau Bilodeau Baril à Trois-Rivières, d’où il est originaire. Il a travaillé intensivement en conception, avant de se voir confier un bureau comme associé. La firme, déjà implantée à Drummondville et en Mauricie, ouvrirait une troisième antenne à Lévis. «Par choix», insiste James Leeming qui salue l’activité économique de la ville et ses nombreuses institutions. Dès son arrivée, il s’est impliqué socialement au Club Rotary, à la Chambre de commerce, il a intégré différents groupes d’affaires. Le bouche-à-oreille a fait son œuvre et les années lui ont donné raison.

Le bureau a participé, en consortium avec la firme ABCP, à la conception du nouveau complexe aquatique multifonctionnel de Saint-Nicolas, qui ouvrira ses portes en 2019. Il est aussi derrière la reconstruction du centre jardin Hamel, qui a été ravagé par un incendie en mars 2016. 

Construire pour l’humain

James Leeming se revoit caler dans la neige avec ses bottes à arpenter un terrain pour trouver la bonne orientation, la bonne implantation, la bonne vue, la meilleure acoustique pour le nouveau complexe funéraire du Groupe Garneau à Lévis. «On construit toujours pour l’humain», dit-il en pensant à la circulation, à la sécurité, au bien-être.

Le jeune patron, qui a aussi enseigné à l’École d’architecture de l’Université Laval, louange la multidisciplinarité de son équipe. La firme a une expertise LEED et un souci de concevoir des bâtiments durables à haute performance. Elle peut aussi compter sur les forces des bureaux de Drummondville et de la Mauricie, notamment en matière de patrimoine. 

Depuis 10 ans, James Leeming travaille sur des projets locaux, à Lévis, mais bien au-delà. Son bureau n’a pas de frontières et rayonne jusqu’au Nunavut, au Nouveau-Brunswick, aux Îles-de-la-Madeleine, en Ontario et aux États-Unis.

Info : architectes.ca

***

La Résidence du fleuve

Maison

Les créations du Québec et du Canada à l'honneur

MA mobilier actuel est le distributeur exclusif à Québec des meubles de la compagnie torontoise GUS. «Des petits bijoux de design», a commenté la directrice, Geneviève Chouinard. Inspiré des années 80, le fauteuil Hilary se réclame du style scandinave, en version plus contemporaine. Rouge merlot? Bleu cobalt? Jaune acidulé? La tendance est à l’audace.

Fabriqué avec du placage de noyer, le tabouret Wave convient à tous les décors. Ses lignes fluides sont inspirées par les lacs et les rivières du Canada.

Maison

Lancement d’un projet de 100 millions $ à Lévis

La première des trois phases d’un projet immobilier de 100 millions $, Le Proxi, est lancée en fin de semaine dans le quartier Miscéo, à Lévis.

Les premiers résidents pourront s’installer à compter de mai 2018 dans cette phase qui totalisera 148 condos. Mais le public aura un avant-goût du design et des aménagements à l’occasion des journées portes ouvertes des 18 et 19 novembre, de 10h à 16h, qui leur permettront de visiter deux condos modèles, ainsi que le 13e (et dernier) étage équipé d’une salle à manger, d’une salle de divertissement, d’une salle de jeux pour enfants et de terrasses extérieures.

Il y aura aussi des espaces communs au rez-de-chaussée, une piscine couverte qui donnera sur une cour intérieure et une salle d’entraînement.

Maison

Une coupe des architectes pour la cause

Le 4 novembre au Centre Vidéotron et le 12 novembre au Centre Bell, des architectes, techniciens et étudiants en architecture de Québec et de Montréal ont chaussé leurs patins pour défendre les couleurs de leur ville.

Cette première Coupe des architectes du Québec a permis d’amasser 10 150 $ pour une cause humanitaire. Ce montant a été versé aux Architectes de l’urgence et de la coopération (architectes-urgence.ca) et sera utilisé pour développer le programme d’appui paracyclonique et le projet Un toit pour Haïti. L’organisme basé à Montréal a déjà envoyé des matériaux pour aider la reconstruction de bâtiments communautaires après le passage de l’ouragan Matthew, qui a dévasté le sud-ouest du pays l’an dernier. 

L’événement-bénéfice, commandité par Owens Corning, a été organisé avec la Ligue de hockey des architectes du Québec, CannonDesign et Kollectif. 

***

Calendrier horticole

› Assemblée annuelle de Chaudière fleurie (SHCF)

Chaudière fleurie (SHCF) tiendra son assemblée générale annuelle le lundi 20 novembre, à 19h, au Centre culturel Marie-Fitzbach, situé au 250, 18e rue, à Saint-Georges-de-Beauce. Les membres procéderont à l’élection de trois administrateurs en fin de mandat. Toute personne intéressée à faire partie du conseil d’administration doit faire parvenir sa candidature avant le 20 novembre à la SHCF au 18, 2e Avenue Ouest, Saint-Martin, G0 M 1B0 ou à nicofor@globetrotter.net. L’assemblée sera suivie de l’Amicale, avec goûter et prix de présence. 

› Une nouvelle rencontre des orchidophiles

Les orchidophiles de Québec se rencontreront le mardi 21 novembre, à 19h30, au Montmartre canadien, sis au 1669, chemin Saint-Louis, à Québec (Sillery). Le spécialiste Michel Plamondon traitera des orchidées miniatures. Il y a un coût d’entrée de 5 $ pour les non-membres. Info : www.lesorchidophilesdequebec.ca

› Comment utiliser la courge

La SHEP tiendra sa prochaine activité le dimanche 19 novembre, à 9h, à l’hôtel Aux vieux bardeaux, situé au 479, chemin du Roy, à Deschambault-Grondines (sortie 254 de l’autoroute 40). Pascale Coutu, propriétaire de La Courgerie, partagera sa passion pour la culture de la courge et les nombreuses façons de l’utiliser. La conférence est gratuite pour les membres de la SHEP. Elle sera suivie du repas des Fêtes, pour lequel les réservations sont obligatoires. Coûts : 25 $ (taxes incluses). Réservations pour le repas et informations : 418 268-5511 ou 418 329-2280.

***

Conférence d’un sculpteur à la Maison des métiers d’art de Québec

La Maison des métiers d’art de Québec invite le grand public à rencontrer le sculpteur gaspésien Claude Rioux, à l’occasion de la conférence qu’il prononcera le mercredi 22 novembre, de midi à 13h, au local 301 de l’édifice situé au 387, boulevard Charest Est , à Québec. L’artiste autodidacte sculpte le bois, la pierre, le métal et la fibre de verre depuis plus de 20 ans. Il a créé une douzaine d’oeuvres d’art public pour sa région. Il s’inspire par la riche nature gaspésienne, ainsi que par la mythologie et la spiritualité. Claude Rioux est en résidence de création à la Maison des métiers d’art jusqu’au 30 novembre.  Michèle LaFerrière

***

Un concours organisé par le Centre d’expertise sur l’aluminium et Alcoa 

Le Centre d’expertise sur l’aluminium et Alcoa Innovation lancent un concours d’idées qui s’adresse aux architectes québécois et à leurs stagiaires, dont les firmes sont membres de l’Association des architectes en pratique privée du Québec. Ils devront réfléchir à la place de l’aluminium dans un bâtiment de moins de 120 mètres carrés qui mettra en valeur «les qualités intrinsèques» de ce «métal encore trop méconnu et sous-utilisé dans le domaine de la construction». Les participants ont jusqu’au 27 février 2018, à midi, pour envoyer leurs propositions sous forme de dessins ou de rendus par courriel à cette adresse : concoursdesign@alcoainnovation.com. Les concepts doivent être présentés de façon anonyme. Un jury déterminera cinq lauréats. Le public sera invité à voter en ligne pour sa proposition préférée par ces cinq gagnants. Le Centre d’expertise sur l’aluminium et Alcoa Innovation verseront un total de 50 000 $ en bourses. Info : www.alcoainnovation.org/fr/concoursarchitecture  Michèle LaFerrière

Maison

Le design éclaté

Matthieu Boulianne et Jessica Ruel veulent simplifier le design et le faire éclater. Ils prêchent par l’exemple dans leur propre entreprise, l’Atelier C3 Design.

Une cuisine : 799 $, avec les perspectives 3D. Une salle de bain : 599 $. Des rénos générales : 175 $ par étage. L’Atelier C3 Design ne tergiverse pas lorsqu’un client demande : «Combien ça coûte, un designer d’intérieur?»

Matthieu Boulianne et Jessica Ruel, 22 ans chacun, respectivement président et vice-présidente de cette petite entreprise de Québec, ont décidé de «donner l’heure juste dès le début» avec des «forfaits fixes» qui correspondent à leurs honoraires de designer. Ces prix n’incluent pas le coût des matériaux ni la paye des ouvriers. Mais ils établissent de façon claire la valeur du travail du professionnel.

Il y a un an, Matthieu et Jessica ont installé leurs bureaux dans un centre commercial du boulevard Père-Lelièvre, dans le quartier Duberger. Ils y travaillent avec leurs collègues, Audrey Venick et Valérie Desgagné. 

Maison

La Maison de la littérature honorée deux fois par l'Ordre des architectes

Conçue par la firme montréalaise Chevalier Morales Architectes, la Maison de la littérature de Québec a été récompensée deux fois, jeudi, à Montréal. L’Ordre des architectes du Québec, en effet, lui a décerné le Grand Prix d’excellence et le Prix d’excellence dans la catégorie bâtiments culturels.

Présidé par l’architecte française Isabel Hérault, le jury a récompensé 14 projets parmi les 148 candidatures reçues. La Maison de la littérature s’est distinguée, elle qui avait reçu un Mérite d’architecture de la Ville de Québec, en 2016, et le Prix Architecture de bibliothèques 2017, à la mi-octobre, remis à tous les deux ans par la Table des milieux documentaires et archivistes du Québec.

L’entreprise de Québec Bourgeois Lechasseur a raflé un Prix d’excellence pour la Place des gens de mer et le parcours insulaire de Cap-Aux-Meules, aux îles de la Madeleine, une «œuvre hors catégorie». Cette place publique est implantée sur les ruines d’une usine de transformation de poissons qui a été rasée par les flammes. 

Maison

Aura: une expérience immersive inouïe

MONTRÉAL — Le spectacle Aura propose une expérience immersive inouïe en révélant l’architecture grandiose de la basilique Notre-Dame, à Montréal, au son d’une musique orchestrale originale.

Le studio Moment Factory nous éblouit une fois de plus, a constaté Le Soleil, lors d’une représentation cet automne. 

Conçue en 1824 par l’architecte irlando-américain James O’Donnell, la cathédrale de style néo-gothique se caractérise par ses flèches imposantes et sa voûte tout en hauteur, créées «pour unir les cœurs et les voix des visiteurs en une communion divine». Près de 200 ans plus tard, Moment Factory a été guidé par «les mêmes ambitions».

D’une durée de 45 minutes, le spectacle en son, lumière, laser et vidéo évolue de tableau en tableau, dans une atmosphère irréelle et enveloppante qui élève les spectateurs. Plus de 600 peuvent se rassembler dans la nef.