Maison

Un chalet devenu «paradis» [VIDÉO]

Voici le «paradis» d’Anne Belleau. À plusieurs reprises, elle utilise cette image pour décrire sa maison de Saint-Ferréol-les-Neiges, entourée de verdure, le jappement amusé des chiens Mia et Pixel en bruit de fond.

Elle et son conjoint, Jean Beaulieu, ont hérité de ce chalet familial, du côté de Monsieur. «Papi ne fait malheureusement plus de ski», explique sa belle-fille. Mais il est toujours le bienvenu avec Mamie, dans cette propriété qu’ils ont fait construire en 1973.

Anne et Jean étaient déjà des habitués des lieux. Durant des années, ils ont fait le voyage toutes les fins de semaine depuis Sherbrooke avec leurs deux fils pour venir dévaler les pentes du Mont-Saint-Anne.

Nous avons affaire à des sportifs de haut calibre. L’aîné des garçons, Sébastien, est planchiste pour l’équipe nationale canadienne. Le cadet, Frédérick, est entraîneur pour l’équipe de bosse locale.

Quand Jean a trouvé du travail «par ici», le couple a décidé de s’installer pour de bon. Il a eu envie d’agrandir le chalet, mais la structure existante compliquait les choses et le budget devenait exorbitant.

Horticulture

La fascinante histoire de la pivoine

Les 22 et 23 juin se tient au Parc Marie-Victorin à Kingsey Falls (près de Drummondville) la dixième exposition annuelle de la Société québécoise de la pivoine, le Grand Bal des pivoines. Pour l’occasion, pourquoi ne pas faire un tour dans l’histoire de cette plante si populaire?

Origines lointaines

La pivoine appartient au genre Paeonia, un genre de 33 espèces surtout originaires de l’Europe et de l’Asie, avec deux espèces «égarées» trouvées en Amérique du Nord (P. brownii est même indigène au Canada, car elle s’étend jusqu’en Colombie-Britannique.) C’est le seul genre de la famille des Paéoniacées. Ainsi, la pivoine n’a aucun proche parent.

Le nom vient de Péon, disciple d’Asclépios, le dieu grec de la médecine. Selon la légende, il trouva une racine capable de réduire la douleur des femmes pendant l’accouchement. Cela rendit Asclépios si furieux qu’il voulut tuer son élève. Le dieu Zeus intervint toutefois et changea Péonia en la plante qu’il avait découverte, la pivoine. 

Depuis la nuit des temps, la pivoine est vue comme une plante médicinale, autant en Europe qu’en Asie. On la considérait presque comme une panacée, capable de guérir les tumeurs, les infections, les problèmes neurologiques, et beaucoup plus encore. 

La pivoine est comestible aussi, surtout ses fleurs. D’ailleurs, on dit que Confucius (551–479 EC) fut un grand amateur de la sauce à la pivoine!

C’est en Chine, pendant la dynastie Tang (7e siècle), qu’on commence non seulement à cueillir les pivoines sauvages, mais à les cultiver. C’est dans l’ancienne capitale de la Chine, Luoyang, que la pivoine fut cultivée pour la première fois. Elle demeure toujours le centre de la culture de la pivoine aujourd’hui, 1500 ans plus tard.

À l’époque, on ne savait rien de l’hybridation, ni même que le pollen servait à féconder les fleurs. Malgré cela, grâce à la culture de différentes variétés côte à côte, des croisements spontanés eurent lieu, donnant des plantes aux fleurs plus attrayantes. On commença alors pour la première fois à voir la pivoine comme plante ornementale. Bientôt, la pivoine devint l’emblème floral de la Chine et le demeura jusqu’à l’arrivée au pouvoir de la République populaire de Chine en 1949.

La pivoine de Chine, l’ancêtre de nos pivoines de jardin, n’arriva en Europe qu’au 18e siècle. On la nomma alors «pivoine blanche» (lactiflora veut dire «à fleurs laiteuses»), car la première variété connue était de cette couleur.

+

Maison

Fines herbes joliment identifiées

Thym. Menthe. Romarin. Ciboulette. Voilà de la poésie en pot. Et pour ajouter au plaisir de faire pousser des herbes fraîches, des artisans produisent des identificateurs jolis comme tout. C’est le cas de la céramiste de Québec Catherine Lebel Ouellet, qui vend les siens à la boutique La folle fourchette, dans Limoilou. Ils se détaillent 4 $ le bâtonnet, 15 $ pour 5 ou 20 $ pour 7. 

Du côté de Montréal, la designer industrielle et fondatrice de Collage, Diana Garcia, a lancé récemment la collection BRUT, qui comprend des identificateurs de fines herbes faits à la main en béton, avec une touche colorée. Cette gamme moderne puise son inspiration dans le mouvement architectural brutaliste des années 70. Offerts en français seulement, les bâtonnets sont vendus en ligne 6 $ l’unité.  

Info: lafollefourchette.comcollagecrafting.com

Maison

Fibres naturelles en vedette chez Ma

Une cargaison de paniers, sacs, napperons, fauteuils, lampes et chaises suspendus en fibres naturelles vient de débarquer chez Ma mobilier international, dans le quartier Saint-Sauveur. La copropriétaire Anne-Marie Champeau a passé ses commandes en Indonésie cet hiver. 

Les suspensions tissées sont très tendance au-dessus des tables à dîner, conférant beaucoup de chaleur à la pièce, souligne l’importatrice. 

La nouvelle marchandise répond aussi à une demande d’échelles de qualité en teck. S’ajoutent des sacs en foin de mer, des boucles d’oreille et d’autres produits artisanaux, portant la signature exotique et moderne de l’entreprise, qui roule sa bosse depuis presque 20 ans. Le prix des accessoires débute à 15 $, dans la grande boutique située au 261, rue Saint-Anselme, à Québec.  

Info: mamobilieractuel.com

Maison

Art’monie, créations tunisiennes dans Montcalm

Peut-être avez-vous vu les produits tunisiens d’Art’monie au marché de Noël de Laurier Québec, en décembre, ou vendus en ligne ces derniers mois. Les deux associés dans ce projet et dans la vie, Mourad Lotfi et Seima Souissi, ont décidé d’ouvrir une boutique pour offrir une vitrine à leur marchandise importée, faite à la main. Depuis quelques semaines, ils sont installés au 79, chemin Sainte-Foy, coin avenue Cartier. 

On y trouve des tapis, des coussins, des poufs, des sacs, des pochettes, tissés en laine de mouton. De grands fourre-tout en feuilles de palmier, avec insertion de tissu et de soie, des lampes, des bibelots en bois d’olivier, des articles déco, des bijoux s’ajoutent à la longue liste de produits. Mourad Lotfi parle d’artisanat tunisien «modernisé». Pour le moment, la boutique est ouverte tous les jours de 10h à 22h, pour analyser le marché. 

Info: facebook.com/Art.monie.QC

Maison

Guide pour choisir ventilateurs et climatiseurs

À point pour le début de l’été, Protégez-Vous lance un numéro pour survivre à la canicule. Côté climatisation, 25 appareils de fenêtre et modèles portatifs, vendus de 220 à 800 $, ont été examinés et comparés. Verdict: on recommande les climatisateurs de fenêtre, plus abordables et efficaces. 

Reste à choisir le plus écoénergétique possible, avec le logo Energy Star. Énergivore, la climatisation «s’avère la seule solution vraiment efficace pour rafraîchir la maison», conclut la journaliste Mathilde Roy. 

Quant aux ventilateurs, l’organisme sans but lucratif a passé en revue toute la panoplie: de plafond, de plancher, sur pied, de table, de style tours, sans pales, brumisateurs... Des appareils de 15 $ à 2000 $. Parmi les plus efficaces? Les modèles de plafond et de plancher. 

Le guide est offert en kiosque, en ligne à pv.ca et dans les applications de Protégez-Vous.  

Insolite

Les «Tiny Houses», des mini-maisons qui séduisent de plus en plus [PHOTOS]

ELIZABETHTOWN - Petite révolution au pays du gigantisme: de plus en plus d’Américains choisissent les «Tiny Houses», des mini-maisons de moins de 40 m2, pour leur faible coût, leur minimalisme et leur moindre impact sur l’environnement.

Le mouvement, qui inclut des maisons sur roues ou posées au sol, trouve ses origines il y a plusieurs décennies, mais la crise financière de 2008 et l’arrivée des «millenials» dans la vie active lui ont donné un nouvel élan.

Premier point fort, le coût. Environ 50.000 dollars pour une maison neuve d’un peu moins de 20 m2 avec intérieur personnalisé, de ceux dont raffolent désormais les chaînes de télévision américaines spécialisées dans le bricolage et la décoration, qui ont multiplié les émissions thématiques depuis cinq ans.

«Nous faisons face à une crise du logement et à un parc immobilier vieillissant», observe Brandy Jones, qui a emménagé avec son mari et ses deux enfants dans une «Tiny House» il y a huit mois, à Reading, à une centaine de kilomètres à l’ouest de Philadelphie.

Pour une maison neuve, dit-elle, il faut normalement compter «au moins» 300.000 dollars. L’option mini-maison «fait une différence énorme. Cela rend (le coût de) la vie abordable.»

+

Lèche-vitrine

Quand la déco mise sur le bon cheval: au galop!

Que ce soit dans un décor pour les enfants ou pour les plus grands, on aime quand y trotte le majestueux cheval. Sa nature noble et amicale inspire la confiance et la fidélité, rappelle le calme des grands espaces. Du plus rigolo au plus classique, le fougueux cheval nous transporte avec lui en toute liberté. Allez, soyez chevaleresque.

+

CARNET D'ADRESSES

Bouclair : www.bouclair.com
Simons : simons.ca
Indigo : www.chapters.indigo.ca 
Wayfair : wayfair.ca
Les petits mosüs : 88 1/2, rue du Petit-Champlain, Québec et lesptitsmosus.com
La Baie : labaie.com
Structube : structube.com
Kozy : www.boutiquekozy.ca
Linen Chest : www.linenchest.com
Zone : zonemaison.com

Maison

Boutique Josée Gagnon: créations locales pour papa... et autres occasions

La boutique Josée Gagnon, nouvellement déménagée pour s’agrandir, dans le Vieux-Lévis, profite de la fête des Pères pour montrer l’étendue de ses produits. L’entreprise qui fête ses cinq ans d’existence poursuit sa mission de faire rayonner les créateurs québécois «nouveau genre».

Comptoirs et étagères regorgent de produits originaux et variés, des décapsuleurs muraux en bois de palette recyclé, aux chopes de bière, en passant par le maïs à éclater BepOp, sans OGM et cultivé au Québec.

Maison

Fête des pères: six trouvailles pour les retardataires

Besoin de quelques idées de dernière minute pour gâter votre père demain? Le Mag vous propose six trouvailles qui arrivent à point.

1 Pour le papa rockeur

La boutique L’Inventaire (rue Saint-Joseph, quartier Petit Champlain, Galeries de la Capitale et en ligne) propose de faire de papa la vedette du barbecue avec ces pinces qui «rockent»! Leur forme de guitare plaira autant aux grands chefs de T-bone et boulettes qu’aux guitaristes. Cet article de cuisine en métal et poignée en plastique rivetée se détaille 26,99 $.

Info : bit.ly/2IDfkyS