Un café filtre «exceptionnel» à 9$ la tasse arrive au Québec

Les amateurs de café haut de gamme de Montréal et Québec peuvent depuis vendredi déguster chez Cafés Saint-Henri une tasse d’un café filtre qualifié «d’exceptionnel». Il faut cependant débourser la somme de 9 $ pour goûter au La Lia SL-28 du Costa Rica.

Le propriétaire des Cafés Saint-Henri, qui possède depuis deux ans une succursale sur la rue Saint-Joseph à Québec, a tellement aimé ce café, qu’il a goûté lors d’un voyage au Costa Rica, qu’il a acheté la moitié de la production de la ferme La Lia, située à San Lorenzo, dans le canton de Tarrazú.

Une poignée de producteurs du Costa Rica cultivent depuis peu, et de façon expérimentale, cette variété de café qu’on retrouvait autrefois exclusivement au Kenya et qui tire son nom de Scott Laboratories, une firme engagée par le gouvernement kenyan dans les années 30 afin de déterminer les meilleures variétés de café au pays.

«Seulement quatre boîtes totalisant 120 kilos ont été produites à la ferme La Lia des producteurs Luis et Oscar Monge et nous en avons acheté la moitié», explique Jean-François Leduc, propriétaire des Cafés Saint-Henri, qui  se targue d’être parmi les premiers torréfacteurs au Québec à avoir choisi les lots de café directement sur la ferme. 

Si la rareté est l’un des facteurs qui fixent le prix du café, ce n’est toutefois pas le seul. «C’est certain qu’il s’agit d’un lot tellement minuscule sur une ferme de café. Quand un fermier isole un café qui est le meilleur de la ferme, il le vend plus cher. Mais le facteur principal est le goût du café et sa notation sur l’échelle de la Specialty Coffee Association», poursuit-il.

«Quand je voyage, je vais souvent dans des labos et je fais des dégustations à l’aveugle lors desquelles je note les cafés selon les critères de l’Association. Celui-là, je l’ai noté 89 %, ce qui est une note exceptionnelle», raconte l’homme d’affaires, qui a été séduit par l’acidité vive de ce café et par l’intensité de ses notes sucrées de fraises et de vanille.

M. Leduc précise qu’il avait déjà goûté à des cafés qu’il avait notés entre 88 % et 91 %, mais que c’est la première fois qu’il se risque à en acheter pour son entreprise. «Autrefois, j’avais peur de rester pris avec du café en raison du prix très élevé. Mais maintenant, je pense que les amateurs du Québec sont assez curieux pour tenter cette expérience. Au fond, plusieurs n’ont aucun problème à payer 11$ pour un verre de vin au restaurant, alors pourquoi pas un café exceptionnel à 9 $?»


« «Au fond, plusieurs n’ont aucun problème à payer 11 $ pour un verre de vin au restaurant, alors pourquoi pas un café exceptionnel à 9 $?» »
Jean-François Leduc, propriétaire des Cafés Saint-Henri

Il faut dire qu’au cours des dernières années, certains torréfacteurs d’ailleurs dans le monde ont proposé des tasses de café à un prix beaucoup plus élevé. Le Klatch Coffee Shop de Rancho Cucamonga, en Californie, a mis l’automne dernier en vente le café panaméen Esmeralda Geisha 601 au prix de 55 $, américains bien sûr, la tasse.

1200 tasses

M. Leduc calcule que chacune des six succursales de Cafés Saint-Henri pourra vendre 200 tasses de La Lia SL-28. Il prévoit également offrir les précieux grains en sacs de 45g pour 20 $ ou de 90g pour 40 $ dans sa boutique en ligne. «Ça suscite de l’intérêt et de la curiosité, mais il reste à voir si les gens seront prêts à ouvrir leur portefeuille pour goûter à un café filtre à 9 $.»

Le propriétaire des Cafés Saint-Henri ajoute que si l’espresso demeure toujours la forme la plus populaire de café chez ses clients, il croit à un retour en force du café filtre au Québec. «Nous militons pour un retour du café filtre haut de gamme. La torréfaction filtre est habituellement plus pâle que la torréfaction espresso et produit donc un goût plus subtil. Je crois que c’est une super belle façon de découvrir les terroirs de café», conclut-il.