Sept mythes qui ont la vie dure sur le jardinage

Le jardinage serait beaucoup plus facile s’il n’y avait pas autant de fausses informations qui circulaient à son sujet. En voici sept… et la vérité derrière chaque mythe.

› Mythe 1 : il faut supprimer les gourmands qui poussent sur les plantes de tomate. 

Les branches secondaires que nous voyons sur les plantes de tomate ne sont pas vraiment des gourmands. D’accord, le terme est passé dans le langage courant, mais en fait, un gourmand, dans le sens horticole, est une tige qui ne produit pas de fleurs ni de fruits. Mais les branches des tomates fleurissent et fructifient… si l’on ne les supprime pas. Et peuvent même jusqu’à doubler la récolte. De plus, alors que le mot «gourmand» semble suggérer que ces branches soutirent l’énergie de la plante, c’est tout le contraire. Avec leur feuillage vert, elles donnent plus d’énergie à la plante, car elles font de la photosynthèse et produisent alors des sucres. Vous pouvez supprimer les «faux gourmands» si vous le voulez, mais cela amoindrira votre récolte et augmentera les risques de maladie, qui s’installent dans les nombreuses blessures provoquées par la taille. 

Typiquement, les jardiniers qui tuteurent leurs tomates suppriment les branches secondaires, car il est difficile de fixer tant de branches pleines de fruits à un tuteur unique. Ceux qui utilisent une cage à tomates, cependant, les laissent intactes, car une cage de bonne taille peut facilement supporter jusqu’à 40 branches fructifères.

› Mythe 2 : on peut utiliser le «savon à vaisselle» pour contrôler les insectes nuisibles.

Cela a déjà été vrai… il y a un demi-siècle ou plus, quand les «liquides à vaisselle», comme on devrait les appeler, étaient composés de savon. De nos jours, ils sont surtout composés de détersifs et contiennent des colorants, des moussants, des bactéricides et divers autres produits chimiques, mais aucun savon. Or, c’est le savon qui étouffe efficacement les insectes. D’ailleurs, ce sont surtout les savons de type «acide gras à longue chaîne» qui sont efficaces contre les insectes. Les détersifs sont souvent toxiques aux plantes, les endommageant tout en laissant les insectes indemnes. 

Préférez, en faisant des traitements contre les insectes, un «savon insecticide», un produit biologique offert en jardinerie et en quincaillerie, car il est fabriqué d’acides gras à longue chaîne qui tuent les insectes sans endommager les végétaux.

› Mythe 3 : il ne faut pas mettre les feuilles de rhubarbe dans le composteur, car elles sont toxiques.

Oui, la feuille de la rhubarbe est légèrement toxique… aux humains. Ainsi, on mange le pétiole («tige»), mais pas le limbe (partie plate de la feuille). Mais elle n’est nullement toxique aux microorganismes qui décomposent le compost. Même, ils l’adorent! En fait, la feuille de rhubarbe est un bon accélérateur de compostage. 

› Mythe 4 : il faut mettre une couche de drainage de tessons, de gravier ou de billes au fond d’un pot de culture quand on y cultive des plantes.

Les scientifiques n’ont jamais trouvé la moindre utilité à cette couche de drainage et d’ailleurs, ont découvert qu’elle ralentit le drainage. Sa présence peut même mener à la pourriture! De toute façon, si vous versez trop d’eau dans une potée de terreau muni d’un ou de plusieurs trous de drainage, le surplus d’eau va trouver la sortie, couche de drainage ou non. Enfin, avec moins de terreau à leur disposition, les plantes cultivées avec une couche de drainage poussent moins bien que les plantes cultivées uniquement dans du terreau.

› Mythe 5 : à la suite d’une taille, il faut peindre les blessures sur les arbres avec de la peinture ou de la pâte d’émondage pour prévenir la pourriture et les champignons.

Au contraire, ces pâtes et peintures tendent à empêcher la blessure de s’assécher, bloquant l’humidité présente sur la cicatrice et augmentant alors les risques de pourriture et d’infestation fongique. Mieux vaut laisser la blessure exposée à l’air… et les pâtes et peintures d’émondage, au magasin.

› Mythe 6 : l’application d’un engrais transplanteur 10-52-10 à la terre après de la plantation des végétaux aide à l’enracinement. 

D’abord, il est vrai que la présence de phosphore est nécessaire à la formation des racines… mais seulement une infime quantité. 52 % de phosphore, c’est nettement trop. Plutôt que de stimuler la croissance des racines, cet engrais l’inhibe. De toute façon, en général, les sols contiennent tout naturellement assez de phosphore pour stimuler l’enracinement et aucun engrais transplanteur n’est donc nécessaire. Par contre, pour assurer une meilleure reprise, l’ajout de mycorhizes au sol s’est avéré très utile, car ces champignons bénéfiques aident les plantes à mieux absorber eau et minéraux. 

› Mythe 7 : on peut contrôler les champignons dans le gazon avec de la chaux horticole.

La chaux est très alcaline et fait monter le pH du sol, le rendant moins acide. La croyance est que les champignons ne prolifèrent que dans les sols acides et donc que chauler le sol (le traiter avec de la chaux) serait utile. Mais en fait les champignons sont indifférents au pH du sol et poussent aussi bien dans les sols alcalins que les sols neutres ou acides. Ainsi, ce traitement est totalement inutile… à moins d’avoir une autre raison pour vouloir faire augmenter le pH du sol.

+

ENTRETIEN DE LA SEMAINE

  • En période de canicule, tondez le gazon plus haut (à 8 cm) pour protéger ses racines des dommages causés par le soleil brûlant.
  • N’oubliez pas d’ajouter des plantes d’asclépiade au jardin pour nourrir les chenilles du papillon monarque.
  • Assurez-vous que vos tomates ne manquent jamais d’eau, sinon elles peuvent fendiller.
  • Récoltez et faites sécher les feuilles de fines herbes quand vous voyez des boutons floraux, car leur goût est alors à son plus intense.

+

QUESTIONS 

Févier aux rameaux séchés

Q J’ai trois féviers Sunburst de 15 ans. Ils sont si magnifiques avec leur beau feuillage jaune! Par contre, l’extrémité des branches reste sèche et ils ne poussent presque pas. Est-ce qu’ils ont besoin de quelque chose ou sont-ils en fin de vie? Chaque printemps, je leur mets du compost! Je vis en zone 4.
– Isabelle Jacques

R La réponse à votre question se trouve dans la zone de rusticité. Vous vivez en zone 4, mais le févier Sunburst (Gleditsia triacanthos inermis ‘Suncole’) est de zone 5 b, donc hors zone. Non pas que l’arbre meurt en zone 4, mais il n’arrive pas à y croître normalement. Ainsi, les nouvelles branches de la saison précédente, qui n’ont pas eu le temps de s’aoûter sous la courte saison de végétation de la zone 4, sont presque toujours endommagées par le froid pendant l’hiver. Donc, l’arbre présente presque toujours une abondance de rameaux morts et, de plus, peine à grandir. Notez que les pépiniéristes indiquent souvent zone 4 b sur l’étiquette plutôt que zone 5 b. C’est qu’ils prennent leur information aux États-Unis où le système des zones de rusticité USDA est décalé d’environ une zone du système AgCan que nous utilisons. Donc, en choisissant des arbres et arbustes, notamment, il faut mentalement corriger de 1, l’étiquette en majorant la zone que vous lisez sur les étiquettes.

Tout ce que vous pouvez faire, sinon remplacer vos féviers, est de tailler annuellement les nombreux rameaux morts. 

Le févier ‘Sunburst’ est magnifique dans les régions au climat doux, mais souffre de dommages hivernaux dans notre région.

Quand tailler une spirée de Van Houtte?

Q J’ai une superbe spirée de Van Houtte. La floraison est terminée depuis déjà quelques semaines. Dans le passé, je ne l’ai pas nécessairement taillé, puisque je souhaitais le voir grossir. Maintenant, je souhaite contrôler sa grosseur. Quel est le meilleur moment pour le tailler sans compromettre la floraison l’année suivante?
– Séten Guy

R La spirée de Van Houtte ou voile de la mariée (Spiraea × vanhouttei) est un arbuste superbe aux longues tiges arquées qui se couvrent de petites fleurs blanches au printemps, mais c’est vrai qu’elle peut devenir très grosse : éventuellement 1,8 à 2,5 m de hauteur x 1,75 à 2 ou même 3 m de diamètre. Si vous avez prévu ces dimensions, aucune taille annuelle n’est normalement nécessaire. Sinon, vous pouvez la rabattre d’un tiers, mais dans les deux semaines qui suivent la floraison. Il est donc trop tard pour cette année. Actuellement, elle est déjà en train de produire les minuscules boutons floraux de la floraison de l’an prochain. Si vous la taillez en juillet, vous éliminerez une bonne partie de la floraison du printemps prochain.

Sachez que si tailler annuellement un arbuste trop gros pour son emplacement ne vous intéresse pas, il existe des spirées très similaires, mais de taille naturellement plus restreinte, comme la spirée dentelée (S. × arguta) 1,5 m × 1,5 m ou la spirée ‘Grefsheim’ (S. × cinerea ‘Grefsheim’) 90 à 120 cm × 90 à 120 cm.

La spirée de Van Houtte.

+

Des questions svp!

Vous pouvez nous joindre :
Par courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com
Par courrier à
Le jardinier paresseux
Le Soleil
C.P. 1547, succ. Terminus
Québec (Québec) G1K 7J6

+

CALENDRIER HORTICOLE 

Où voir Les Exceptionnelles
À cause de la fermeture du Jardin botanique Roger-Van den Hende pour l’été 2020, le programme de nouvelles introductions horticoles Les Exceptionnelles a été transféré au Domaine Joly-De Lotbinière. C’est là qu’il faut aller pour voir toutes les nouvelles plantes qui seront en vedette dans les jardins l’an prochain. Horaire : 9h à 17h. Adresse : 7015, route de Pointe Platon, Sainte-Croix. Info : 418 926-2462 ou www.domainejoly.com.

Formations en ligne 
L’agronome Lili Michaud offre des formations en ligne que vous pouvez suivre à votre rythme dans le confort de votre foyer. Au programme : Le compostage domestique, Les fines herbes de la terre à la table, Le potager : planification, aménagement et entretien et Les trucs de culture de 25 légumes, de l’ail à la tomate. Coût : 25 $ et 30 $ + taxes. Pour information et inscription : www.lilimichaud.com

Conversations horticoles
Durant la période de confinement dû au coronavirus, Larry Hodgson offre gratuitement des «conversations horticoles» en direct les mercredis à 10h à www.facebook.com/JardinierParesseux.

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.