Philippe «Infrak» Giroux sur une plage d’Haïti

Le rappeur Philippe «Infrak» Giroux décédé dans son sommeil

Le rappeur de Québec Philippe «Infrak» Giroux, membre du collectif 187, est décédé dans son sommeil à l’âge de 33 ans dans la nuit de dimanche à lundi. La nouvelle a pris par surprise la petite communauté hip-hop de la capitale, toujours sous le choc mardi.

«C’est difficile, c’est très intense, c’est sûr... J’étais son gérant, mais surtout son meilleur ami», a déclaré au Soleil Philippe Nazon, qui avait peine à contrôler ses émotions. «Il est mort dans son sommeil, il est mort en paix. Un coroner est passé et, pour les causes exactes, il faudra attendre son rapport», a-t-il poursuivi.

Sans vouloir cacher les problèmes passés de son ami avec la justice, Philippe Nazon a tenu à le présenter d’abord comme un artiste et comme un père de famille. «Il avait une fille et un fils, il aimait beaucoup ses enfants et il était présent pour eux», affirme-t-il.

Infrak avait lancé son premier album solo, La chute de l’ange, à la fin de 2016. Il avait aussi participé à l’album double Parole d’honneur avec le rappeur James «Frékent» Célestin, à l’album Fils de l’anarchie du collectif Northsiderz et aux trois albums du trio Facekché, qu’il formait avec les rappeurs Kevin «Souldia» Saint-Laurent et Christian «Die-On» Dionne.

«Après la sortie de l’album l’an passé, Infrak avait fait des voyages en Haïti et en Roumanie pour tourner des vidéoclips. Il a visité des orphelinats. Il voulait montrer la pauvreté et la souffrance que d’autres peuvent vivre ailleurs», poursuit Philippe Nazon.

Philippe «Infrak» Giroux (assis par terre) et son ami Philippe Nazon (debout) en compagnie d’enfants rencontrés dans un orphelinat d’Haïti. «Infrak a eu une vie “rough”, mais il avait un grand coeur», déclare celui qui était également son gérant.

«C’était ça, la face cachée d’Infrak: il a eu une vie “rough”, il a grandi dans les centres d’accueil et il a fait de la prison, mais il avait aussi un très grand coeur», ajoute son gérant, signalant qu’Infrak travaillait déjà à son deuxième album solo et au nouvel album de Northsiderz à paraître en 2018. «Il avait un message d’espoir qu’il voulait donner à travers sa musique.»

Un vidéoclip posthume, La chute de l’ange, tourné dans un cimetière haïtien, devrait d’ailleurs être lancé sous peu en hommage au défunt. Pour l’instant, on ne sait pas encore quand auront lieu les funérailles et si un spectacle hommage sera organisé pour souligner la mémoire du rappeur. «C’est sûr qu’il y aura quelque chose, mais sa mort est trop récente pour qu’on puisse penser à ça présentement», conclut Philippe Nazon.