La grande tendance des petites piscines [PHOTOS]

Francis Higgins
Francis Higgins
Le Soleil
Plus que jamais, les petites piscines ont la cote. À l’aube d’un été confiné, elles pourraient même s’avérer l’arme ultime pour combattre les grandes chaleurs, en transformant la cour arrière en espèce de resort instantané, clé en main et pas trop gourmand en énergie ou en superficie. Adieu «grosse 24 pieds», le point d’eau minimaliste trône maintenant au royaume aquatique du farniente estival. Coup d’œil sur la grande tendance des petites piscines.

Il y a de moins en moins de place pour les grandes piscines de ce monde. Question de mode, de nouveaux matériaux ou de conservation de l’eau? Non, c’est l’urbanisme qui serait à blâmer… ou à remercier, selon le point de vue. Au fur et à mesure que les municipalités du Québec dessinaient de nouveaux terrains résidentiels toujours plus exigus, la taille des points d’eau diminuait en conséquence.

Donc, révolue l’époque où le plan d’eau bouffait toute la cour. «Les terrains de 30 000 pieds, il n’y en a plus beaucoup! Alors les piscines ont beaucoup rapetissé. La tendance est là depuis sept ou huit ans», confirme Martin Perreault, directeur des opérations pour les trois magasins Club Piscine de la région de Québec.

À LIRE AUSSI : 
Vente de piscines: la ruée vers l’eau
Une cour parfaite pour passer l’été confiné
Acheter une piscine à défaut de voyager
8 idées de travaux pour le printemps

Une petite piscine peut aisément devenir le point focal d’une cour arrière.

À quel point peut-on réduire sa piscine? Eh bien, on trouve sur le marché des hors terre de 12 pieds de diamètre ainsi que des creusées de 9 pieds sur 15 pieds (9x15), 7x9 et même 5x10! «Là, on tombe dans la catégorie des minipiscines, pas plus grosses qu’un spa. C’est pratiquement un bassin encastré dans le sol», compare Gabriel Drouin, propriétaire de Drouin Paysagiste. «Mais pour plusieurs, ça vaut la peine. J’ai vu des gens démolir leurs piscines de 35-40 pieds pour la remplacer par plus petit.»

Les meilleurs vendeurs, selon les experts consultés par Le Mag, sont les hors terre de 12 pieds et les creusées de 10x20. «Les grosses piscines, on n’en vend presque plus. C’est rendu marginal», indique Guy-Philippe Gélinas, directeur des ventes chez Piscines Soucy.

Chauffe-eau et entretien

La taille des terrains mérite certes sa place au banc des accusés pour la réduction de la taille des piscines. On aurait toutefois tort de négliger la culpabilité du chauffe-eau et de l’entretien général. Le premier est d’une gourmandise en électricité prohibitive. Le second peut se révéler rébarbatif et fastidieux. Avec une piscine grand format, bien sûr.

Cette petite piscine n’a nécessité aucun creusage en profondeur.

La piscinette, elle, règle en grande partie ces problèmes. «Les gens n’ont plus la mentalité de grandes piscines, selon M. Perreault. Ils veulent simplement un trou d’eau, toujours chaud à 80°C ou 82°C, qui fonctionne de mai à septembre et se nettoie vite et bien.»

Directrice générale de Trévi à Québec, Nathalie Lamothe rapporte que plus des deux tiers de ses clients ces temps-ci achètent un chauffe-eau «pour commencer la saison le plus tôt possible et la finir le plus tard possible». «Ils seraient fous de s’en priver pour une petite piscine. Moins d’eau à chauffer, moins grosse machine, moins d’énergie, ça finit par coûter moins cher.»

Tout, tout de suite

Les pisciniers notent un changement dans les habitudes de consommation : les clients veulent tout, tout de suite. Comme si le confinement les avait convaincus de l’importance de s’équiper au complet et au plus vite. «Les gens vont réduire leur piscine, mais vont y aller avec tout l’équipement autour: système de traitement de l’eau au sel, chauffe-eau, lumières, etc. Qu’il fasse beau ou pas, la température de l’eau restera bonne et la saison sera longue», affirme M. Perreault.

Une décision qui n’est pas sans fondement au point de vue financier. «Avec pratiquement le même budget qu’avant pour une grande piscine, on peut maintenant faire la petite piscine creusée, le dallage, le chauffe-eau, les lumières, la clôture et les plantations», estime M. Drouin.

Design et verdure

Du point de vue de l’aménagement paysager, la petite piscine a l’avantage de laisser plus de place aux espaces de vie et à la végétation. Des considérations importantes pour ceux qui passeront l’été dans leur cour.

Une minipiscine laisse de l’espace à la verdure dans la cour.

«On peut s’amuser beaucoup plus avec le design et amener une finition de plus grande qualité autour de la piscine, assure M. Drouin. On peut mieux l’intégrer dans son environnement et créer un espace plus naturel. La piscine reste l’élément central, mais sa plus petite dimension permet d’installer d’autres éléments: plantations, dallage, pool house, cuisine extérieure, etc. Les petites piscines enlèvent le côté purement béton, car elles peuvent être incorporées à une cour verte.»

Combien ça coûte?

Voici une estimation des coûts à prévoir au budget, selon Martin Perreault, de Club Piscine :
Une petite piscine hors terre de 12 pieds sans chauffe-eau coûtera entre 3000 $ et 3500 $. Avec chauffe-eau, on grimpe à 5000 $ ou 6000 $. Pour le nec plus ultra, comptez au moins 6500 $.
Pour sa petite sœur creusée rectangulaire de 10x20, on déboursera entre 20 000 $ et 24 000 $, avec trottoir, clôture, chauffe-eau, etc.

Corridor de nage

Un type particulier de petite piscine commence à sortir la tête de l’eau, trouvant lentement la faveur auprès de certains clients : le corridor de nage. Une piscine étroite, disons de 9x30 environ, destinée aux nageurs. «C’est idéal pour s’entraîner quand on a un terrain fait en longueur», dit Mme Lamothe.

On ne saurait oublier son cousin, le spa de nage, qui s’installe plus aisément. Il ne nécessite aucun creusage, simplement le branchement de la pompe et du chauffe-eau au circuit électrique de la résidence. Fait marquant de ce petit jouet d’environ 8x16, il propulse l’eau, permettant au client de nager sur place. Un jouet d’environ 20 000 $.

Belle idée pour un terrain étroit : le corridor de nage.
Un spa de nage propulse l’eau, pour ceux qui aiment faire des longueurs… sur place!

Et le plaisir?

Question naïve, mais incontournable : le plaisir des baigneurs dépend-il de la taille de la piscine? Rien à voir, assure Mme Lamothe. «Le plaisir d’être dans l’eau reste le même. Si elle est chauffée, on a encore plus de plaisir, et on l’utilise encore plus longtemps. Si l’espace est utilisé de la bonne façon, tout le monde en profite.»

Donc, les petites piscines semblent là pour rester, pandémie ou pas. «Je ne crois pas que les grandeurs de terrain vont augmenter avec le temps! Avec tout ce que nos gouvernements ont donné, ils vont aller chercher le plus de taxes possible! lance M. Perreault. Les gens veulent juste quelque chose de pas compliqué pour se rafraîchir. Alors oui, ça va rester.»