Tous les moyens sont bons pour se rafraîchir...

Chaud mois de juillet à Québec

La chaleur qui a enveloppé la capitale en juillet n’est pas qu’une vue de l’esprit. Les données d’Environnement Canada affichent des moyennes de chaleur de plus de 2 °C par rapport à la normale.

Le météorologue Simon Legault ne peut confirmer que des records seront battus. Toutefois, il confirme que juillet 2018 se hissera dans le top des mois les plus chauds. L’ensemble des données par région et pour la province seront disponibles au cours de la semaine. Mais certains chiffres indiquent clairement pourquoi il fallait rechercher l’ombre et boire beaucoup d’eau.

En date du 30 juillet, la station de Sainte-Foy a enregistré une température moyenne quotidienne (jour et nuit) de 22 °C. C’est 2,6 °C de plus que la normale.

À la station de l’Aéroport de Québec, le maximum quotidien était aussi beaucoup plus élevé qu’à l’habitude. La moyenne pour le mois s’établit à 27,2 °C alors que la normale est de 25 °C.

Au même endroit, le minimum quotidien de nuit donne l’impression d’avoir eu un répit fraîcheur, malgré tout moins qu’on aurait pu l’espérer. La moyenne observée de 14,4 °C est de 0,9 degré de plus que la normale de 13,5 °C.

Au-delà de ces chiffres, M. Legault retient surtout que juillet compte sept jours avec une température de 30 °Cº ou plus alors que la normale, toujours à l’aéroport, est de deux à trois jours supérieurs à 30 °C. C’est donc plus du double. 

Évidemment, il faut ajouter à ces chiffres le fameux indice humidex qui fait grimper les températures, parfois à plus de 40 °C.

Pluie variable

Les cultivateurs se sont plaints du manque de pluie au cours du mois. Qu’en est-il vraiment? Il a effectivement plu moins qu’à l’habitude. Cependant, certains ont été affectés davantage que d’autres.

La normale de précipitations en juillet est de 121 millimètres. La moyenne à l’aéroport a été de 100 millimètres au cours des 30 derniers jours. «C’est inférieur, mais ce n’est pas catastrophique», indique le météorologue. Particularité, près de la moitié de toute l’eau reçue pendant le mois, 49 mm, est tombée en seulement deux jours les 2 et 25 juillet. 

Les données peuvent être trompeuses pour l’ensemble d’une même région, précise M. Legault. En effet, à seulement une vingtaine de kilomètres en ligne droite, la station de Valcartier a recueilli pour la même période 60 mm d’eau. «Il y a eu beaucoup d’orages. Et comme c’est très localisé, ça explique les disparités.»

La météo n’est pas une science exacte. Selon ce qu’il voit dans le radar, M. Legault souligne qu’août s’annonce possiblement plus chaud que la normale sans atteindre les fourchettes de température de juillet.

***

Beau temps pour combattre les îlots de chaleur

S’il n’y a rien à faire contre la hausse à court terme des températures et la fréquence des périodes de canicule, les villes comme Québec peuvent en atténuer les effets.

Depuis quelques années, la Ville intensifie ses efforts pour lutter contre les îlots de chaleur. Une initiative d’autant plus pertinente avec le mois de juillet très [trop] chaud qui se termine.

Ces efforts passent principalement par la hausse de l’indice de canopée. En clair : il faut planter plus d’arbres. La Ville a d’ailleurs adopté une Vision de l’arbre 2015-2025. Elle s’appuie notamment sur le maintien des forêts urbaines. Mais pas seulement. Cette vision s’accompagne d’une manière nouvelle de concevoir les artères de la ville par l’approche des Rues conviviales.

L’exemple de la rue Anna

En 2016, la rue Anna du quartier Saint-Sauveur devenait la première rue du genre. La Ville profitait de travaux d’infrastructures pour imaginer un design plus vert. Quelques cases de stationnement sacrifiées ont cédé leur place à 19 arbres, 36 arbustes et plus de 500 vivaces, là où il n’y en avait pas.

Depuis, le projet de verdissement a pris racine ailleurs en ville.

Le plus récent est le réaménagement du chemin de la Canardière et de la Place Limoilou sur la 6e Rue avec 87 arbres plantés et 1100 mètres carrés de bande végétale. Dans le quartier Montmorency, le réaménagement de l’avenue Ruel sur un kilomètre a permis la plantation de 460 arbres et arbustes. 

Un autre chantier actuellement en cours sur les 15e, 16e et 17e Rues dans Limoilou devrait permettre d’augmenter de 6 % à 30 % l’indice de canopée des rues ciblées. 

Les prochains travaux d’envergure devraient se dérouler sur un ou deux kilomètres de la rue Saint-Vallier Ouest dans le quartier Saint-Sauveur et sur la route de l’Église à Sainte-Foy.

Difficile d’avancer un montant annuel investi dans le verdissement de la Ville. En effet, ces sommes sont intégrés à l’ensemble des projets de réfection des rues.