L’Est-du-Québec foisonne d’importants sites fossilifères, comme le Parc national de Miguasha en Gaspésie.
L’Est-du-Québec foisonne d’importants sites fossilifères, comme le Parc national de Miguasha en Gaspésie.

Une géoroute se dessine dans l’Est-du-Québec

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
L’Est-du-Québec foisonne d’importants sites fossilifères, minéralogiques et géomorphologiques reconnus, comme le Géoparc mondial de l’UNESCO de Percé et le Parc national de Miguasha en Gaspésie. Comme il reste encore plusieurs sites à découvrir, le Conseil régional de l’environnement Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (CREGÎM) a entrepris la conception d’une géoroute en partant des données provenant d’études qui avaient déjà été réalisées.

En 1991, une première carte géologique de la région avait été imprimée sous forme de dépliant qui permettait aux plus aguerris en géologie d’en connaître davantage sur le sous-sol de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. Ce projet avait été mené par le ministère de l’Énergie et des Ressources du Québec.

Un autre inventaire avait été compilé en 1999 par le géologue Éric David, sans toutefois conduire à un produit final consultable. Le plus récent répertoire a été dressé en 2011 par des chercheurs et des collaborateurs. Il portait sur La Haute-Gaspésie et sur l’archipel.

«Le projet actuel vient reprendre le flambeau en rassemblant les données provenant de ces études et en faisant une vérification des données sur le terrain dans le but de pouvoir localiser, mettre en valeur, exploiter et/ou protéger ces sites, explique le chargé de projet multidisciplinaire de la CREGÎM, Vincent Roy. Ce sera plus d’une centaine de sites géologiques exceptionnels potentiels qui seront validés en vue de créer une route touristique à saveur géologique, géomorphologique et paléontologique.»