Tokyo, toujours en mouvement

Jean-Pierre Sylvestre, collaboration spéciale
Le Soleil
Tokyo! Je connais! J'ai vécu et fait de longs séjours dans cette mégalopole tentaculaire, démesurée, voire surpeuplée, où l'art de vivre se conjugue à la fois au passé, au présent et au futur. Tokyo est une ville vivante, non seulement géologiquement parlant (avec les tremblements de terre presque quotidiens), mais aussi au chapitre de la nature (de nombreux animaux vivent dans les parcs) et des humains.
Un défilé de prêtres shintos dans la métropole niponne.
Nuit et jour, les Tokyoïtes se rendent par millions entre leur demeure et leur lieu de travail, puis entre leur bureau et les magasins et les lieux de divertissement. Tokyo est une cité vivante qui n'arrête pas de changer... de se métamorphoser!
Après plus de 15 ans d'absence au Japon, je me replonge dans l'univers tatamisé de l'Empire du Soleil levant. Voilà déjà 11 heures et demie que je suis confortablement installé sur mon siège dans le Boeing 777 du vol AC 001 d'Air Canada.
Après avoir survolé le nord de l'Alaska, puis traversé le détroit de Béring, passé au-dessus de la Sibérie, du Kamchatka et des îles Kuriles, le vol Air Canada Toronto-Tokyo passe au-dessus de l'île d'Hokkaido et traverse le nord de l'île principale nippone : Honshu.
Ce vol entre le Canada et le Japon est une vraie expédition, un lien entre un monde occidental presque à l'état sauvage (le Canada) et un univers complètement différent chargé à la fois de traditions et de modernisme. Le Japon est toujours en phase de mutation.
Nous survolons enfin l'océan Pacifique, et le Boeing d'Air Canada vire vers la droite pour se positionner en direction de Narita : l'aéroport international de Tokyo. Mégalopole de 12,7 millions d'habitants et recevant quelque 20 millions autres banlieusards pour y travailler, Tokyo n'a pas suffisamment de place pour construire un aéroport international à la mesure de l'importance de la ville.
Au cours des années 60, la ville y a construit un immense aéroport à quelque 70 km du centre-ville. Mais n'ayez crainte, l'aéroport de Narita est très bien desservi par quelques lignes de trains express qui relient l'aéroport au centre-ville en 50 minutes!
Tokyo est desservie par un réseau impressionnant de trains à grande vitesse.
Dans un autre monde
Les trains arrivent automatiquement aux gares centrales d'Ueno ou de Tokyo, et c'est à ce moment-là que le touriste est de suite plongé dans un autre monde : c'est alors un choc des cultures! De nombreux quais laissent débarquer quelques centaines de salarymen qui se ruent vers les escaliers ou les escalateurs pour sortir de la gare et se répandre dans les rues de la ville.
Cette cité ultramoderne laisse découvrir des gratte-ciel. Tokyo est le centre du Japon, et l'univers nippon est centralisé sur la capitale. À première vue, Tokyo est une simple ville - immense et moderne - qui ne mérite pas un déplacement! Que nenni! Tokyo est et reste une ville chargée d'histoire et le peuple nippon, fier de son passé, conserve encore et pour toujours les traditions bien ancrées dans ses gènes.
Si vous prenez le temps de regarder autour de vous, vous ne manquerez pas de constater, ici et là, des femmes en kimono, des artisans traditionnels, des sanctuaires et autres lieux shintos aux coins des rues. Tout cela se mélange parfaitement bien avec la modernité.
La mégalopole de Tokyo regroupe 23 arrondissements sur une superficie de 557 kilomètres carrés (presque deux fois plus grande que l'île de Montréal). À cela s'ajoutent les 26 autres villes-cités qui forment la préfecture de Tokyo et, donc, la banlieue proche de la capitale nippone.
Toutes ces cités sont collées les unes aux autres et forment une immense mégalopole de 12,7 millions d'habitants. Ensuite, d'autres cités très proches sont collées à la mégalopole tokyoïte : Yokohama et Chiba.
Si on prend le temps de découvrir Tokyo, on s'aperçoit que la capitale nippone est formée non seulement d'arrondissements officiels, mais de centaines de quartiers qui sont autant de petits «villages» indépendants les uns des autres. Tokyo a conservé l'esprit traditionnel d'Edo (l'ancien nom de la capitale sous le Shogunat).
Plusieurs quartiers méritent une visite pour apprécier la vie tokyoïte. D'abord, il existe plusieurs tours où les visiteurs sont invités à avoir une vue panoramique sur la ville : la tour de Tokyo (une réplique de la tour Eiffel dans le quartier de Shiodome) avec ses 333 m de hauteur, la tour Mori de Roppongi Hills (238 m) dans le quartier de Minato, la World Trade Center (152 m) dans le quartier de Hamamatsucho et la Sunshine City (251 m) dans le quartier d'Ikebukuro.
La ville de Tokyo est en train d'achever la construction de la plus haute tour d'Asie et deuxième plus haute construction du monde avec la Sky Tree dans le quartier Sumida (634 m de hauteur, soit deux fois la hauteur de la tour Eiffel). L'édifice sera ouvert au public au printemps prochain.
Mais, devant toutes ces tours offrant une vue panoramique sur Tokyo, je conseillerai l'immense édifice municipal en forme de cathédrale Notre-Dame de Paris (dont l'architecte Tange Kenzo s'est inspiré) : la Tokyo Metropolitan Government Building à Shinjuku. Formé de deux tours jumelles et d'une hauteur de 243 m, leur sommet domine la ville et leur accès est gratuit; un aspect unique au Japon.
Le quartier de Shinjuku
Le quartier de Shinjuku est, à mon avis, un lieu à visiter dans son intégralité.
D'ailleurs, Shinjuku est réputé pour avoir la gare la plus achalandée au monde avec ses 300 000 salarymen qui y débarquent chaque matin et y embarquent chaque soir.
Shinjuku est, à la fois, dans sa partie ouest, le quartier d'affaires (avec sa forêt de gratte-ciel vertigineux) et, dans sa partie est, le quartier des plaisirs et des loisirs (bars, restaurants, prostitués, etc.). Shinjuku est bel et bien le coin aux multiples facettes que la plupart des Japonais aiment ou n'aiment pas!
Il est difficile d'être insensibles aux charmes ou aux désenvoûtements de Shinjuku : ici, le yin et le yang sont associés! Shinjuku est un lieu branché où toutes les nouvelles tendances qui régissent la vie nippone et du monde se côtoient. Si Shinjuku se conjugue le jour, c'est surtout la nuit que la vie y est intense.
Le quartier est noctambule, et ici, plus particulièrement, on ne dort jamais... ou presque! Dans sa partie est, celle des loisirs, un fatras d'enseignes clignotantes signale, la nuit tombée, les magasins d'appareils photo et autres produits électroniques, les bars et autres restaurants, les ruelles de plaisirs où évolue toute une faune de strip-teaseuses et d'hôtesses, et les salles de pachinko.
Le quartier de Shibuya
Au sud de Shinjuku se trouve Shibuya, un autre quartier branché de Tokyo. C'est le quartier latin de la capitale nippone. Fort de son carrefour gigantesque où les voies de traverses piétonnières se croisent à l'infini, Shibuya est surtout célèbre pour ses écrans géants sous lesquels des centaines de milliers de salarymen, de Tokyoïtes, de touristes et de jeunes consommateurs et se croisent sans jamais se heurter... ou presque!
À ce tourbillon s'ajoutent les haut-parleurs qui crachent à plein volume le dernier tube de J-Pop ainsi que les défilés de manifestants (le plus souvent ceux des écologistes antinucléaire) ou les nombreuses interventions des véhicules politiques (bien souvent ceux de l'extrême droite japonaise) qui crient leurs slogans nationalistes à l'aide d'un haut-parleur.
Ici, ce n'est que bruits et foule. Mais Shibuya est aussi un lieu où se mêle surtout la jeune génération en perte de territoire, car cette population nippone est en train de vieillir à petit feu.
Les jeunes Japonais tentent, vaille que vaille, de se trouver une place dans cet environnement urbanisé, endoctriné, discipliné et vieillissant.
Quelques conseils pour apprécier Tokyo
> Liaisons aériennes
Il existe deux vols directs quotidiens pour Tokyo à partir du Canada (Vancouver et Toronto) avec Air Canada. À partir du Québec, il faut prendre le vol de Montréal vers Toronto de 10h pour ensuite prendre le vol AC 001 de 14h pour arriver à Tokyo vers 16h le lendemain. Ce voyage se fait en classe suite superaffaires (qui allie commodité et confort absolu grâce à un fauteuil-lit, un accès au couloir garanti et par de nombreuses prestations de luxe) et en classe économique (assez confortable du reste avec écran individuel à commande tactile).  Air Canada. www.aircanada.com
> Renseignements utiles
Formalités avant de partir : uniquement un passeport en cours de validité. Un visa touristique est délivré sur le passeport en arrivant à Narita.
Le climat. Le Japon connaît les quatre saisons comme nous. Il est fortement recommandé de visiter ce pays au printemps pour son beau temps et la floraison des cerisiers et en automne pour ses belles couleurs et la douceur. L'été est un mois chaud et extrêmement humide avec ses périodes de pluies. L'hiver est froid et gris à Tokyo.
> La langue
Le japonais est la langue officielle. Dans les grandes villes, les habitants parlent quelquefois anglais, ainsi que la plupart des hôteliers, notamment dans la capitale. Il est recommandé de connaître certains mots japonais comme arigato (merci), konichoua (bonjour), do itashimachite (je vous en prie) ou  comen nasai (excusez-moi). Dans le métro de la capitale ainsi que dans les gares, les lettres occidentales sont employées en même temps que les idéogrammes japonais, mais attention, parfois, seuls les idéogrammes sont représentés.
>La monnaie
C'est le yen. Cent yens équivaut à 1,20 $CAN.
>La nourriture
La gastronomie nippone ne se limite pas seulement qu'aux sushis et autres sashimis. Elle est variée selon les régions de l'archipel : tempura, okonomiyaki, udon et soba font partie de l'art culinaire nippon en même temps que l'aemono, l'agemono, le nimono, le sunomono et les célèbres yakitoris. Il y a des restaurants à Tokyo pour tous les goûts et surtout toutes les bourses. Toutefois, la viande est chère au Japon, et seuls les produits marins sont les plus consommés et les moins chers. Si vous voulez que ce voyage dans la capitale ne soit pas trop dispendieux, je vous conseillerai d'acheter des bentos (boîtes de nourriture avec riz, viande, pâtes, poisson) dans l'une des nombreuses chaînes d'épicerie (ou dépanneurs) omniprésentes au Japon (il y en a presque à tous les coins de rues à Tokyo) : 7 Eleven, am pm, Sunkus, Heart-in, etc.
> Circuler dans Tokyo
Il est déconseillé de louer une voiture pour circuler dans la capitale et en dehors de celle-ci. La circulation est intense, et vous aurez des problèmes pour garer la voiture. La ville est très bien desservie par les transports en commun. Il existe 13 lignes de métro (www.tokyo-subway.net), de nombreuses lignes de trains ainsi que des parcours de bus qui quadrillent parfaitement la ville et les villes adjacentes. Si vous prévoyez emprunter souvent le métro (ce qui risque d'être le cas), il est préférable d'acheter le IC Card (Pasmo, Suica) valable uniquement pour le Tokyo Metro, JR et les lignes TOEI).
>Hébergement
Tokyo est une ville chère où le prix des chambres d'hôtel est élevé. Toutefois, certains affichent des prix comparables à ceux du Québec, ce qui est étonnant. On peut trouver des hôtels à 7000 ou 8000 yens la nuit (entre 84 à 96 $CAN). Pour plus de renseignements pour réserver : http://www.itcj.jp.
Conseil pour les fumeurs : Il est strictement interdit de fumer dans la rue. Des agents spéciaux veillent scrupuleusement à l'application de la loi. Cependant, il existe des aires spéciales pour les fumeurs.
> Adresses utiles
Consulat du Japon à Montréal : www.montreal.ca.emb-japan.go.jp
Office du tourisme japonais : www.tourisme-japon.fr ou www.jnto.go.jp