La place de la Liberté offre un dégagement visuel bienvenu à Taipei, encadré par le mémorial Tchang Kaï-chek (d'où est prise la photo), auquel répond son immense arche, le Théâtre national et sa jumelle, la Salle de concert.

Taiwan: Taipei la bourdonnante

Capitale de Taiwan, Taipei est également la plus grande ville de l'île avec ses 2,6 millions d'habitants (6 millions avec les banlieues). Pas vraiment joli car développé trop rapidement, ce vaste plateau hérissé de gratte-ciel, aux affiches surdimensionnées et aux néons éblouissants, se distingue néanmoins par sa propreté, sa population disciplinée et son calme relatif.
<p>Les principales avenues de Taipei sont dotées de larges trottoirs, partagés entre piétons et cyclistes, tandis que scooters et voitures se disputent les nombreuses voies.</p>
<p>Sensible à la pollution de l'air, Taipei veille à augmenter le nombre des parcs, ses «poumons verts».</p>
Les principales avenues sont dotées de larges trottoirs, partagés entre piétons et cyclistes, tandis que scooters et voitures se disputent les nombreuses voies. Il faut les voir, agglutinés, patienter aux feux rouges (dont la durée tourne souvent autour de 90 secondes, chrono à l'appui!), avant de s'élancer... jusqu'à la prochaine intersection!
Heureusement qu'il existe un métro (la première ligne a été inaugurée en 1996) rapide, efficace, sécuritaire et facile d'utilisation, même pour les étrangers. Ceux-ci s'étonneront d'ailleurs de la propreté qui y règne et des passagers obéissants, qui attendent sagement en file avant de pénétrer dans un wagon.
Et si vous avez des doutes sur votre destination, votre air perplexe d'Occidental égaré saura toucher la gentillesse d'un Taiwanais, pour qui ce sera un honneur que de vous aider.
Qualité de l'air
En début d'année, il a été question de la gravité de la pollution en Chine continentale. Qu'en est-il à Taiwan? Eh bien... oui, les murs des immeubles sont gris de suie et environ 1 citadin sur 10 porte un masque chirurgical non pas en raison de la grippe mais bien de la qualité de l'air, suspectée d'être déficiente. (Mais il est loin d'être prouvé qu'un masque y change quoi que ce soit...)
Assurément, l'air est plus pur en montagne et en bord de mer qu'en pleine métropole. Taipei est sensible à cet aspect et veille à augmenter le nombre de ses parcs, poumons verts filtrant les émanations des véhicules. Les touristes l'en félicitent.
<p>Vue nocturne de la capitale et de sa fameuse tour Taipei 101</p>
Deux phares
Taipei 101
Ce gratte-ciel emblématique de la capitale, inauguré en 2004, a été le plus haut du monde jusqu'en 2010, détrôné par le Burj Khalifa de Dubaï. Sa silhouette s'inspire des cycles de croissance du bambou et ses 101 étages (d'où son nom) symbolisent l'exigence du dépassement de soi, 100 étant le nombre traditionnel de la perfection.
Chaque soir, Taipei 101 est illuminé d'une des sept couleurs de l'arc-en-ciel. Il est doté de deux observatoires, l'un extérieur (lorsque le temps le permet), au 91e étage, l'autre intérieur aux 88e et 89e étages.
<p>Le mémorial Tchang Kaï-chek, en marbre blanc... du Vermont (!), a été érigé en 1980 en l'honneur de celui qui a dirigé Taiwan d'une main de fer pendant près de 30 ans.</p>
<p>Impassibles comme ceux du palais de Buckingham à Londres, deux militaires montent la garde et sont relevés toutes les heures.</p>
Mémorial Tchang Kaï-chek
La place de la Liberté offre un dégagement visuel bienvenu, encadré par le mémorial Tchang Kaï-chek (1887-1975), auquel répond son immense arche, le Théâtre national et sa jumelle, la Salle de concert.
Le mémorial, en marbre blanc... du Vermont (!), a été érigé en 1980 en l'honneur de celui qui a dirigé Taiwan d'une main de fer pendant près de 30 ans. Le toit octogonal bleu du bâtiment est inspiré d'un pavillon de la Cité interdite à Pékin tandis que l'immense statue de bronze représentant l'ex-président rappelle curieusement celle d'Abraham Lincoln à Washington. Impassibles comme ceux du palais de Buckingham à Londres, deux militaires montent la garde et sont relevés toutes les heures, au grand émoi des touristes majoritairement chinois qui se bousculent pour les photographier.
C'est en 1987 que deux édifices abritant des salles de spectacles (concerts, danse, théâtre, opéra, music-hall) se sont ajoutés au complexe du mémorial.
Anachroniques de par leur architecture extérieure imitant des palais chinois (Taiwan n'osait pas encore émanciper son architecture), ils sont néanmoins équipés à l'européenne et répondent à de hauts standards de qualité. Assistance annuelle : 680 000 spectateurs, sur une capacité d'un million!
- Mémorial Tchang Kai-chek : www.cksmh.gov.tw/eng/
- Programmation des salles de spectacles : http://lc.cx/xDX
***
Le Soleil était invité par le ministère des Affaires étrangères de Taiwan.