Des sentiers totalisant 80 km s'offrent aux raquetteurs. Celui menant à la Paroi de l'Aube est particulièrement intéressant, notamment parce que sur les derniers kilomètres, la fameuse paroi se gagne au terme d'efforts soutenus, mais ô combien agrémentés par le paysage laiteux!

Parc régional Montagne du Diable: auprès du feu, très loin de l'enfer

Situé à quelque 250 km au nord-ouest de Montréal, le parc régional de la Montagne du Diable reste beaucoup moins connu que ses voisins, les réserves fauniques de Papineau-Labelle ou de La Vérendrye. Il compte pourtant son lot de sentiers de randonnée, des refuges et propose même la location d'équipement de plein air. Récit d'un séjour là-bas.
Les lumières au plafond passaient presque inaperçues. C'est la vue des interrupteurs qui nous a fait réaliser que oui, il y avait bel et bien de l'éclairage dans ce refuge, autrement dépourvu d'électricité.
Quiconque a déjà passé une nuit en refuge sait que les installations sont souvent rudimentaires. Ce qui frappe en entrant dans les habitations situées à l'accueil du parc régional de la Montagne du Diable, c'est leur confort. Des chaises berçantes sont installées sur le bord du foyer, l'espace où l'on dort est séparé du reste de la pièce par des rideaux. À l'arrivée, un feu a déjà été allumé et il fait chaud. C'est particulièrement propre.
Le bâtiment d'accueil et les huit refuges qu'on retrouve non loin de là n'ont rien à envier à ce qu'on pourrait retrouver dans un parc national ou une réserve faunique. On est pourtant ici dans un parc régional, géré par un organisme à but non lucratif. Ceux qui choisissent de loger dans un des refuges du Village des Bâtisseurs peuvent aussi profiter du pavillon Léopold-Papineau à proximité, qui héberge un centre de location, une cuisine collective, des salles de bains avec douches et une buanderie.
Achevés il y a un peu plus d'un an, ces refuges sont un camp de base parfait pour quiconque veut explorer le territoire grand de 10 000 hectares situé à une trentaine de minutes au nord de Mont-Laurier.
Le refuge Lauzon-Vanier, l'un des huit du Village des Bâtisseurs
Terrain de jeu hivernal
En hiver, le terrain de jeu est grand et les manières de l'explorer, nombreuses. La glisse a la belle part du gâteau, qu'on pratique le ski de fond classique, le pas de patin ou le ski nordique, lequel se pratique sur des sentiers balisés, mais non tracés.
Des sentiers totalisant 80 km s'offrent aux raquetteurs. Celui menant à la Paroi de l'Aube est particulièrement intéressant, notamment parce que sur les derniers kilomètres, la fameuse paroi se gagne au terme d'efforts soutenus, mais ô combien agrémentés par le paysage laiteux! On a chaud, mais on n'en finit plus de s'étonner devant le sentier empli de neige folle fraîchement tombée qu'il faut retaper à chaque pas, devant les sapins qui ploient sous le poids de la neige. Un paradis pour la raquette sur la montagne du Diable, il fallait y penser.
Au détour d'un arbre, au terme d'une montée où il faut parfois s'agripper à des cordages pour mieux avancer, l'Abri de l'Aube se fait enfin voir. À 740 m d'altitude, la vue sur la région est sans pareille. «Par temps clair, on peut même voir le mont Tremblant», nous avait-on dit à l'accueil. On ne l'aura pas vu, mais on a gravi notre montagne sans remontée mécanique et ça nous comblait.
Activités
Outre le ski et la raquette, le parc de la Montagne du Diable propose des sentiers de vélo à pneus surdimensionnés (fat bike) et des sentiers de ski-raquette. On peut louer l'équipement sur place.
Hébergement
À partir de 25 $ la nuit pour un adulte, selon le refuge choisi. Il est possible de louer en exclusivité les refuges situés au Village des Bâtisseurs.
Quoi apporter
Si vous prévoyez passer la nuit dans l'un ou l'autre des refuges, il vous faudra apporter la literie, l'équipement de cuisine ainsi que de l'eau potable. Le bois de chauffage est fourni.
***
D'autres parcs à découvrir
Le Parc naturel régional de Portneuf a été inauguré en 2014.
Parc régional éducatif Bois de Belle-Rivière
C'est à Mirabel qu'est installé ce parc régional. Non loin de la ville, on peut tout de même y parcourir jusqu'à 7 km dans des sentiers. Des glissades et une patinoire y sont aménagées. Des séances d'équitation sont aussi offertes, de même que des tours de poney.
Parc naturel régional Portneuf
Inauguré en 2014, ce parc de 70 km2 est établi sur des terres publiques, des terrains municipaux et privés. Il englobe notamment la grotte Le Trou du Diable de la ville de Saint-Casimir, qu'on peut visiter de la fin mai au début septembre. En hiver, on y va pour la raquette et le ski, mais aussi pour faire du traîneau à chiens.
Parc de la Gorge de Coaticook
Ce parc régional s'est fait connaître au cours des derniers étés avec la présentation de Foresta Lumina, un parcours interactif réalisé par Moment Factory. L'hiver, on s'y adonne à la pratique du Yukigassen, un jeu de boules de neige encadré par des règlements! L'escalade de glace, le ski, la raquette et le très populaire fat bike y sont aussi pratiqués. Les plus courageux opteront pour le camping d'hiver.
Parc régional des Grandes Coulées
Depuis bientôt six ans, ce parc se déploie sur deux sites distincts, proposant ainsi des paysages diversifiés. En hiver, le secteur de la Forêt ancienne est tout désigné pour aller marcher ou encore faire de la raquette. On y accède gratuitement par la municipalité de Plessisville.