Les randonneurs de la Hooker Valley Track doivent emprunter trois ponts suspendus qui enjambent la rivière.

Nouvelle-Zélande: île du Sud, île d'aventures

Sur terre comme sur mer, sur un lac ou dans les airs, l’île la plus méridionale de la Nouvelle-Zélande constitue un formidable terrain de jeu pour les adeptes de plein air et les chasseurs de paysages à faire baver Instagram.

KAIKOURA

Kaikoura, en maori, signifie repas de langoustes. Littéralement. Et pour cause! Les eaux qui bordent la ville côtière sont gorgées de planctons, poussés par les courants marins qui remontent le long d’une faille océanique profonde de 2000 m, causée par la rencontre de deux plaques tectoniques. Résultat : la faune est riche dans les environs. Baleines, dauphins, otaries, pingouins et oiseaux de tout plumage peuvent être observés à faible distance de la côte.

L’appareil GA8 six passagers utilisé lors du vol panoramique.

**

Avec les otaries...

Vous avez peut-être vu la vidéo, devenue virale sur les réseaux sociaux, d’un kayakiste qui reçoit un poulpe en plein visage, gracieuseté d’une otarie à fourrure qui se débattait avec sa proie. La scène a été captée à Kaikoura, où le kayakiste a eu le malheur de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment (certains diront au bon endroit au bon moment, c’est selon). En effet, les otaries à fourrure sont en général surtout actives la nuit, quand les poulpes remontent des profondeurs. Le jour, elles passent plus de temps à paresser sur les rochers, au large.

Depuis le tremblement de terre qui a touché Kaikoura en 2016 (7,8 de magnitude sur l’échelle de Richter), le littoral a changé dramatiquement dans la région. «À certains endroits, la côte s’est haussée de près de 2m», raconte notre guide, Cowan Fearn. Des rochers submergés jadis sont désormais bien visibles, même à marée haute. Ce sont eux qui accueillent désormais les otaries venues se reposer.

Il est donc possible de les approcher en kayak de mer, sans susciter généralement d’autres réactions qu’un regard curieux. L’entreprise Kaikoura Kayaks offre plusieurs sorties guidées pour les observer.

www.kaikourakayaks.nz

**

... et les dauphins

Peu d’animaux sont aussi amusants à observer que les dauphins obscurs (dusky dolphins). Véritables gymnastes des mers, ils multiplient les saltos hors de l’eau et les zigzags acrobatiques dans le sillon laissé par les moteurs des bateaux. L’une des activités les plus populaires de Kaikoura consiste à aller nager en apnée en compagnie de ces dauphins, dans leur environnement naturel, au large. Pas d’enclos déprimants ni de dauphins gardés en captivité ici. Il faut partir à leur recherche et espérer qu’une fois à proximité, les dauphins seront assez curieux pour s’approcher.

C’est l’entreprise Encounter Kaikoura qui propose ces sorties en mer, à bord de bateaux qui peuvent contenir un maximum de 16 nageurs (en plus de spectateurs désireux de rester au sec). Les capitaines connaissent bien le secteur, les dauphins sont nombreux dans ces eaux riches en nutriments et ils vivent en groupe. Bref, il est quasi impossible de ne pas en apercevoir. Mais il est aussi impossible de prédire si les dauphins s’approcheront ou non des apnéistes. Pour les attirer, Jordan, notre guide, nous suggère de chantonner ou de siffler dans nos tubas. Le résultat est cacophonique, mais ça marche. Les dauphins passent tout près. En trois plongées, plus d’une trentaine sont passés à proximité de nos masques... Magique.

www.dolphinencounter.co.nz

**

De grands élevages de moutons se dressent aux abords de rivières glaciaires.

Lake Tekapo

Le ciel est clair au-dessus du lac Tekapo: la pollution lumineuse est quasi inexistante, et les montagnes font barrière au brouillard de l’océan Pacifique. En 2012, la région de Mackenzie en entier a d’ailleurs été déclarée Réserve mondiale de ciel étoilé. Il s’agit de la seule réserve du genre dans tout l’hémisphère Sud. Ici, la beauté s’étend bien au-dessus des têtes, en particulier une fois la nuit tombée.

**

Astronomie et légendes maories

Les Maoris ont suivi les étoiles pendant des millénaires pour se déplacer sur le Pacifique. «Ils étaient de grands navigateurs qui lisaient dans les étoiles», explique William Beauchamp, guide-conteur chez Tekapo Stargazing. Chaque soir, l’entreprise propose des soirées d’astronomie hors norme : après l’observation des étoiles, planètes et nébuleuses à partir de plusieurs télescopes de pointe, les visiteurs sont invités à enfiler leur maillot de bain. La soirée se poursuit dans des hamacs flottants, au milieu d’une piscine chauffée à 38 °C. Sous la Voie lactée, les baigneurs peuvent apprécier le spectacle des étoiles, dont les constellations diffèrent de celles de l’hémisphère Nord, pendant que le guide raconte des légendes maories, notamment celle sur la séparation du Ciel (Rangi) et de la Terre (Papa). Une soirée sous le signe de la sérénité.

tekapostargazing.co.nz

**

Vu du ciel

Les conditions climatiques qui prévalent à Lake Tekapo favorisent aussi les vols panoramiques, en avion ou en hélicoptère, au-dessus de la région. D’ici, on peut atteindre facilement par la voie des airs le mont Cook et les 23 autres sommets de plus de 3000 m qui s’alignent pour former la chaîne de montagnes des Alpes du Sud.

Le vol de 45 minutes avec Air Safaris (à bord d’un avion GA8 qui accueille six passagers) permet d’apercevoir un paysage changeant, mais toujours spectaculaire  : les glaciers qui étendent leurs langues de glace hérissée sur des kilomètres, les vallées enclavées où coulent des rivières paresseuses, des grandes fermes d’élevage de moutons mérinos et, bien sûr, le lac Tekapo, avec ses eaux turquoise. Une envolée inoubliable.

www.airsafaris.co.nz

**

Le lac Hooker, récompense finale de la randonnée, arbore une couleur grisâtre, résultat des nombreux sédiments glaciaires qui s’y déposent.

Aoraki

La légende raconte que les fils du dieu Rangi exploraient l’océan quand leur canot a heurté un récif. Les trois frères et leur canot furent pétrifiés par le vent glacial. C’est ainsi que naquit l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande. L’aîné, Aoraki, devint alors la plus haute montagne du pays. Les Maoris continuent de l’appeler Aoraki; pour eux, il s’agit d’une montagne sacrée. Les Occidentaux l’ont, de leur côté, baptisée mont Cook pour rendre hommage à l’explorateur britannique James Cook.

Il faut, pour conquérir son sommet qui trône à 3724m, de solides connaissances en alpinisme. Les avalanches sont fréquentes, et les versants sont abrupts. Les grimpeurs sont d’ailleurs déposés dans les refuges en hélicoptère. Bref, ce n’est pas à la portée de tous.

Situé au pied du célèbre mont, le magnifique sentier de Hooker Valley l’est davantage. Pendant 10km (aller-retour), on longe ou on enjambe par trois ponts suspendus la rivière Hooker. Partout autour, les sommets enneigés montent la garde. La randonnée, sans grand dénivelé, mène à un lac glaciaire aux eaux laiteuses. La vue sur Aoraki et le glacier Mueller est splendide. Du pur bonheur pour les yeux et les semelles!

Mais attention avant de vous y présenter : le premier pont suspendu a été endommagé par des inondations, fin mars, et le sentier est fermé jusqu’à ce que les travaux soient terminés.

www.doc.govt.nz/hooker-valley-track

**

Wanaka

À Wanaka, il suffit d’un minimum d’imagination pour apercevoir dans les montagnes qui bordent la rive ouest du lac la silhouette d’une femme endormie, les mains croisées sur le ventre. «C’est Takiana, la dame du lac. Selon la légende maorie, elle est morte gelée, un jour de tempête, alors qu’elle était venue décorer les montagnes sculptées par son époux Tamatea. Ce dernier a tant pleuré sa belle que ses larmes ont rempli la vallée pour créer le lac Wanaka.»

Austin Davis-Bunn, n’est pas maori; il est américain. Mais le guide de surf à pagaie a eu un tel coup de foudre pour Wanaka qu’il a vite appris les légendes locales. Planté bien droit sur sa planche de surf, il raconte l’importance du lac dans la culture maorie. Les eaux abritent en effet une île sacrée, Mou Tapu, où les tribus de la région allaient jadis enterrer leurs morts. Nous n’irons pas jusque-là lors de l’excursion de surf à pagaie proposée par Paddle Wanaka. Le lac étant immense — 192km2 —; il faudrait des jours pour tout explorer...

www.paddlewanaka.co.nz