Les prix des billets d'avion de Québec vers le Sud sont plus élevés depuis quelques jours chez certains transporteurs.

Hausse des prix des voyages dans le Sud

Il va en coûter plus cher cet hiver pour voyager dans le Sud. Une hausse des prix des forfaits semble inévitable, alors que le dollar canadien continue de vaciller sur les marchés de change.
Lundi, le dollar canadien a terminé la séance tout juste au-dessus de la barre des 92 ¢US. Le huard a perdu 4 ¢US depuis deux mois.
«Il faut s'attendre à voir les prix des voyages s'ajuster en conséquence de cette baisse puisque les voyagistes effectuent leurs transactions en dollars américains», a indiqué hier l'économiste Benoît P. Durocher, du Mouvement Desjardins.
Depuis samedi, le voyagiste Sunquest (filiale de Thomas Cook) a ajusté les prix de ses forfaits vers le Sud en raison du coût plus élevé des chambres d'hôtel et du carburant d'avion, dont les achats se règlent en dollars américains.
Les prix des billets d'avion de Québec vers le Sud sont d'ailleurs plus élevés depuis quelques jours chez certains transporteurs. Un lecteur du Soleil dit avoir payé 40 $ de plus mercredi dernier que la veille (le mardi 7 janvier) lors de l'achat d'un billet pour un vol aller-retour vers Cuba dont le départ est prévu à la fin janvier.
Or, chez Sunwing, on ne parlait toujours pas hier de hausse de prix des forfaits tout inclus. «Pour l'instant, nous restons sur nos positions. Sunwing a fait des achats de chambres d'hôtel il y a plusieurs mois, nous avons une douzaine d'hôtels qui nous appartiennent, et le tout est réglé en monnaie canadienne. Nous allons évaluer la situation hebdomadairement», a fait savoir la porte-parole, Marie-Josée Carrière.
Le voyagiste Transat dit pour sa part suivre avec intérêt les fluctuations du dollar canadien, mais n'a toujours «pas pris de décision à cet égard», a souligné hier la porte-parole Debbie Cabana.
Chez CAA-Québec, on recommande aux voyageurs qui n'auraient pas encore réglé le solde de leur prochain voyage de le faire rapidement afin d'éviter des coûts supplémentaires. «Le conseil de régler en dollars canadiens dans la mesure du possible et d'éviter l'acompte avec une balance sur la carte de crédit en dollars US demeure», a précisé hier le porte-parole Philippe St-Pierre
En descente libre
Mais jusqu'où ira la descente du dollar canadien sur les marchés de change? Depuis un an, le dollar canadien a perdu 8 % face à la devise américaine. Il y a un an, le huard se transigeait à parité avec le dollar de l'oncle Sam. En novembre dernier, le huard frôlait les 96 ¢US.
Contrairement à la banque américaine Goldman Sachs, qui prévoit la dégringolade du huard à 88 ¢US cette année, les économistes de Desjardins croient qu'il se ressaisira au cours des prochains mois pour terminer au-dessus des 95 ¢US.
Reste que d'ici là, la trajectoire du huard risque d'être mouvementée. Le Mouvement Desjardins estime que dollar canadien pourrait encore glisser au cours des prochaines semaines autour des 90 ¢US avant de remonter.
Desjardins ne voit cependant pas le huard chuter de façon dramatique comme au début des années 2000. À cette époque, le huard s'échangeait sous la barre des 65 ¢US.