Le centre-ville occupe les flancs d'une vallée encaissée. Il est sillonné de rues étroites.
Le centre-ville occupe les flancs d'une vallée encaissée. Il est sillonné de rues étroites.

Guanajuato, une incursion dans le Mexique colonial

François D'Allaire, collaboration spéciale
Le Soleil
Le Mexique colonial, des régions centrales et semi-désertiques, est rarement sur les radars des touristes occidentaux, malgré plusieurs sites classés au patrimoine mondial de l'UNESCO, comme la ville de Guanajuato, à 375 km au nord-ouest de la capitale. Cette cité importante dans l'histoire du Mexique possède un climat agréable en hiver, une belle activité culturelle et est incontestablement au centre d'une région touristique à découvrir.
Le Mexique colonial, des régions centrales et semi-désertiques, est rarement sur les radars des touristes occidentaux, malgré plusieurs sites classés au patrimoine mondial de l'UNESCO, comme la ville de Guanajuato, à 375 km au nord-ouest de la capitale. Cette cité importante dans l'histoire du Mexique possède un climat agréable en hiver, une belle activité culturelle et est incontestablement au centre d'une région touristique à découvrir.
Je suis généralement réticent à louer les services d'un guide, sur le bord de la route, à l'entrée d'une ville. À Guanajuato, le jeune guide porte un dossard officiel, contrairement aux nombreux vendeurs de produits divers. Ses services se révèlent d'une grande utilité. En effet, pas facile de retrouver son hôtel dans un labyrinthe de 45 tunnels qui sillonnent tout le sous-sol de la cité.
Guanajuato était une ville minière, créée par les Espagnols au milieu du XVIe siècle, pour y exploiter d'importants gisements d'or et d'argent. À la fin de l'exploitation, les galeries ont été élargies pour la circulation. En sous-sol, le réseau routier possède des carrefours et des accès vers les quartiers de la ville. Il est donc possible de se rendre un peu partout dans cette ville de 150 000 habitants par les souterrains. Les piétons empruntent aussi ces tunnels, pourvus de trottoirs, d'éclairage et même de quelques portes qui donnent sur des immeubles au-dessus.
En surface, le contraste est frappant. Le centre-ville occupe les flancs d'une vallée encaissée. Il est sillonné de rues étroites, où la circulation automobile est difficile. Les piétons ont aussi accès à une multitude de ruelles parfois escarpées (callejones). Le charme de Guanajuato réside donc dans les promenades que l'on fait dans ses callejones, découvrant maisons multicolores et bâtiments baroques. Un arrêt au marché public permettra de choisir un cadeau pour les amis restés à Québec : bijoux en argent, assiettes aux belles couleurs exotiques ou encore un peu de maroquinerie. Un autre objectif de promenade est le monument du Pípila. Le panorama y est imprenable sur la ville et les montagnes environnantes.
Pípila est une figure emblématique mexicaine. Il aurait réussi à mettre le feu aux portes de la forteresse, l'Alhóndigas, où se retranchaient les Espagnols, en se protégeant d'une immense pierre qu'il aurait portée sur son dos. On peut visiter l'Alhóndigas, transformée en musée, où plusieurs autres histoires sanglantes de l'indépendance et de la révolution du Mexique sont présentées. Le musée possède de belles murales, très typiques de l'art mexicain, relatant l'histoire locale et nationale. Un des muralistes mexicains les plus fameux, Diego Rivera, est né à Guanajuato et sa maison d'enfance est ouverte aux visiteurs.
Festival de théâtre
Depuis la fermeture des mines, plusieurs aspects culturels et académiques forgent la ville moderne de Guanajuato. Le festival Cervantino, une rencontre internationale de théâtre, a lieu tous les ans en octobre et donne une renommée à la ville, tout comme son université. Plusieurs édifices, construits par les riches propriétaires miniers, dont l'église de La Valenciana, donnent à la ville son caractère unique.
Un arrêt s'impose, en soirée, au Jardín Unión. Sous les arbres taillés avec minutie, vous serez aux premières loges de cette place grouillante. À 22h, tout en sirotant votre café, vous serez intrigués par la musique des estudiantines, troubadours aux costumes bouffants. Suivez-les! Ils vous mèneront à travers les callejones en chantant des ballades traditionnelles et en racontant des histoires sur leur ville.
La promenade se termine au callejón del beso («ruelle du baiser») bien connu au Mexique pour sa légende tragique. Deux jeunes amoureux auraient vécu de part et d'autre de la ruelle. Ils se seraient donné un baiser, de leurs galeries respectives qui se touchent presque, malgré la désapprobation du père de la jeune femme. L'histoire finit par la mort de la fille, assassinée par son père.
Tous les Mexicains vous demanderont si vous avez vu les momies de Guanajuato. Le climat, mais aussi la composition de la terre, permettraient d'expliquer le phénomène assez particulier de conservation des corps. Les momies, exposées dans un musée, ont encore leurs vêtements ou la mimique du défunt au moment de la mort. La visite est incommodante, presque éprouvante.
La région de Guanajuato offre enfin plusieurs autres destinations, dont San Miguel de Allende, une autre ville du patrimoine mondial. Située à 100 km, après une zone semi-désertique, cette ville coloniale est fréquentée par beaucoup d'États-Uniens à la recherche d'un cadre paisible loin des tumultes frontaliers plus au nord et des plages achalandées.
Ville jumelle méconnue
Depuis 2002, les villes de Québec et Guanajuato ont signé un pacte d'amitié. Les deux villes font toutes deux partie du patrimoine mondial, possèdent de grandes universités et ont un caractère culturel particulier.
Malheureusement, l'entente n'est pas très active selon le Commissariat aux relations internationales de la ville de Québec. Un pacte d'amitié est le premier stade d'une relation entre deux villes. Seul élément marquant : le Festival Cervantino de Guanajuato 2009 avait le Québec comme invité d'honneur et la ville de Québec était représentée par des artistes (Ex Machina, Engramme).
Des liens dits privilégiés sont entretenus par Québec avec sept villes en plus de deux pactes d'amitié et une charte d'amitié.