Marc Tremblay à l'intérieur d'une spectaculaire chambre d'un gouffre mexicain.

Gouffres de la Sierra Negra: film au centre de la Terre

Alors que depuis 22 ans seulement une poignée d'experts ont pu explorer les profondeurs des gouffres de la Sierra Negra, au Mexique, deux spéléologues québécois sont déterminés à faire vivre à un plus large public les dessous de leur prochaine expédition, à travers la lentille de leur caméra.
Les prochaines «vacances» de Marc Tremblay auront lieu du 22 mars au 23 avril, alors qu'il poursuivra l'exploration du gouffre Las Tres Quimeras (Les trois chimères), avec 15 autres spéléologues du Québec, du Mexique, d'Angleterre, de France, d'Espagne et d'Australie. L'aventure fait partie du programme d'expéditions Mexpé (pour Mexique et expédition), dont il a été l'instigateur en 1987 et qui est parrainé par la Société québécoise de spéléologie.
C'est toutefois la première fois qu'une équipe tournera un film sur l'expédition dans le but d'en faire un documentaire, intitulé Attention : traversée de gouffre mexicain! M. Tremblay explique que les images permettront aux spectateurs d'admirer les décors naturels époustouflants, mais aussi de voir le quotidien des explorateurs et de vivre avec eux leurs découvertes ou les obstacles auxquels ils pourraient se buter.  
Surprise
«On peut montrer des photos, faire des conférences et parler de tout ce qu'on fait là-bas, mais ce n'est jamais aussi réaliste qu'un film qui montre l'ambiance, qui nous fait entendre les sons, qui fait parler les participants.» M. Tremblay croit d'ailleurs que les conditions de vie au camp de base en surprendront plus d'un. «Il y a des parties d'expédition qui sont physiques, un peu misérables, mais ce sont des gens qui sont motivés par l'adrénaline et par la passion, et qui aiment aussi, une fois sortis du trou, se reposer et profiter de la dolce vita en surface.»
En 2007, le gouffre Las Tres Quimeras a été cartographié jusqu'à la profondeur de 500 mètres. Ce gouffre renferme une série de cascades souterraines, des sortes de chutes à l'intérieur de la montagne.
Les spéléologues ont déjà trouvé l'entrée des cascades et pensent en avoir identifié la sortie, 800 mètres plus bas (en comparaison, la chute Montmorency a une hauteur de 83 mètres). Ils tenteront donc de parcourir entièrement ce passage. Si leur hypothèse s'avère, ils auront découvert la traversée souterraine la plus profonde des Amériques.
M. Tremblay estime que le budget du film oscille autour d'une dizaine de milliers de dollars, en grande majorité financé par
les artisans du projet eux-mêmes, mais aussi par quelques commanditaires.
Le Festival international du film d'aventures de Montréal a déjà indiqué qu'il allait diffuser à l'automne le documentaire, coréalisé par M. Tremblay et Guillaume Pelletier. Si jamais le film n'était pas prêt ou ne devait pas voir le jour, MM. Tremblay et Pelletier y donneront à tout le moins une conférence.
Le Festival partira ensuite en tournée et s'arrêtera notamment à Québec.