Les ghats, les escaliers menant au Gange, sont fréquentés par des filous qui essaieront de profiter de votre générosité.

Esquiver les entourloupes en Inde

Aveuglé par les éclatants saris ou par les mausolées prodigieux, le voyageur sillonnant l'Inde découvre, mais souvent trop tard, que des tentatives d'escroquerie le guettent à tout moment. Puisqu'un touriste averti en vaut deux, voici quelques arnaques classiques et comment les désamorcer.
À Varanasi, vos dons partiront en fumée
L'arnaque : l'incontournable et envoûtante cité a beau être sacrée, elle n'abrite pas que des saints. Autour des lieux de crémation, le long des ghats (escaliers menant au Gange), des filous vous expliquent le rituel, puis prétendent récolter des dons destinés aux familles pauvres incapables de payer le bois pour brûler les cadavres.
La parade : tout est faux, vos dons resteront dans la poche de l'escroc. Coupez court à ces explications et ne cédez rien.
-----
Les prêtres de la Sainte-Embrouille
L'arnaque : certains (pseudo-) prêtres hindous des villes saintes indiennes (Pushkar, Varanasi, etc.) offrent aux étrangers un bracelet ou des fleurs, puis demandent de nommer des êtres chers à protéger. Une fois l'intégralité de notre famille citée, le prêtre prie, puis exige 100 roupies (2 $), voire plus, par personne évoquée.
La parade : refusez d'office fleurs et bracelets. Arguez que vous pratiquez une autre religion. Au pire, ne citez qu'un seul nom.
-----
L'hôtel à dormir debout
L'arnaque : vous avez réservé à l'hôtel Shiva Family Inn? À quelques rues de là, vous trouverez sûrement le Shiva Inn Family... au même tarif, mais de catégorie très inférieure. Bref, le plagiat de noms d'établissements pour créer la confusion est courant.
La parade : vérifiez avec un GPS que l'adresse est exacte, ainsi que le numéro de téléphone de l'établissement.
-----
Les trains fantômes
L'arnaque : dans les gares, un inconnu viendra vous annoncer que votre train est annulé. Ce qui peut être vrai! Mais si on vous propose taxi, hôtel ou changement de billet, prenez garde.
La parade : vérifiez sur les panneaux indicateurs, avec le numéro de train, ainsi qu'auprès des agents officiels derrière les guichets.
-----
Les touks-touks clamant «same-same»
L'arnaque : les touks-touks indiens sont extrêmement pratiques. Mais certains chauffeurs tenteront de vous déposer devant un autre hôtel que le vôtre, avançant parfois que ce dernier a fermé. «Same-same», diront-ils. Leur véritable intérêt : percevoir une commission.
Les touks-touks indiens sont extrêmement pratiques. Mais certains chauffeurs tenteront de vous déposer devant un autre hôtel que le vôtre.
La parade : indiquez d'emblée qu'une réservation a été effectuée. Insistez et refusez de payer un supplément si un détour a été fait. Pour info : le tarif de jour oscille entre 10 et 15 roupies par kilomètre.
-----
Des billets pas si doux
L'arnaque : prudence, les billets de 500 et 1000 roupies (soit 10 $ et 20 $) ont été récemment remplacés, et les anciennes coupures n'ont plus cours. C'est évidemment celles-ci que l'on va tenter de vous refiler.
La parade : mémorisez bien l'aspect des nouveaux billets. Refusez aussi tout billet détérioré.
-----
Les guides improvisés
L'arnaque : dans les lieux très touristiques, comme Fatehpur Sikri, les visiteurs sont sollicités par des «guides» qui ne veulent «pas d'argent»... pour l'instant. Une fois la visite terminée, direction la boutique de babioles, et gare à celui qui n'y achète rien.
La parade : refusez poliment, mais fermement de vous faire accompagner, dès le début.
-----
Les bureaux de tourisme «officiels»
L'arnaque : tôt ou tard, le voyageur est orienté vers l'un de ces bureaux affichant fièrement leur plaquette «Reconnu par le gouvernement». Il s'agit plutôt d'agences privées imposant des prix exorbitants.
La parade : fiez-vous à votre guide de voyage pour repérer le véritable bureau de tourisme officiel.
-----
Des bijoux par la poste, un paquet d'ennuis
L'arnaque : un marchand de bijoux veut vous faire envoyer un colis vers le Québec, faisant miroiter une généreuse commission. Cela fait, un faux douanier vous appelle, et les ennuis commencent. Récemment, un Québécois tombé dans le panneau a été soulagé de plus de 10 000 $.
La parade : refusez net. Pourtant, de nombreux voyageurs tombent dans ce piège grossier chaque année.