La première croisière est prévue du 1er au 7 mai, avec l'objectif de promouvoir les échanges culturels entre les deux anciens ennemis de la Guerre froide.

Carnival veut lancer en mai des croisières entre les États-Unis et Cuba

Le premier opérateur mondial de croisières, l'américain Carnival, a annoncé mercredi le démarrage début mai de croisières entre les États-Unis et Cuba, à la suite du rapprochement diplomatique entre les deux pays, bien que Cuba n'ait toujours pas donné son accord.
La compagnie a commencé mercredi à recevoir des réservations pour ces voyages, les premiers pour des bateaux de croisières entre l'île communiste et les États-Unis en plus d'un demi-siècle. Elle s'est dite «optimiste» sur l'obtention des autorisations requises par le gouvernement cubain.
La première croisière est prévue du 1er au 7 mai, avec l'objectif de promouvoir les échanges culturels entre les deux anciens ennemis de la Guerre froide.
Après l'annonce du rapprochement en décembre 2014, le gouvernement américain a donné la permission à plusieurs compagnies de croisières et opérateurs de ferries de rouvrir des lignes vers Cuba.
Mais les autorités cubaines tardent à donner leur feu vert.
Le président américain Barack Obama doit sceller ce rapprochement lors d'une visite officielle à Cuba les 21 et 22 mars, en dépit d'un embargo économique toujours en vigueur.
Ces croisières d'une semaine, organisées sous la marque Fathom, comprendront des haltes à La Havane, à Cienfuegos et à Santiago, à bord du navire Adonia, d'une capacité de 700 passagers. Il en coûtera par passager de 2000$US (en cabine) à 7000 dollars$US (en suite).
Les touristes américains ne peuvent toujours pas se rendre individuellement sur l'île, mais l'administration Obama a assoupli les restrictions pour les voyages à but éducatif, culturel, sportif, ou religieux.
L'an dernier, quelque 160 000 Américains ont voyagé sur l'île communiste, un chiffre en augmentation de 57% par rapport à l'année précédente.