Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Norco Revolver, aussi à l'aise en descente qu'en montée
Norco Revolver, aussi à l'aise en descente qu'en montée

Recherche vélo de montagne désespérément

Jacques Sennéchael
Vélo Mag
Article réservé aux abonnés
Jamais les cyclistes n’ont autant cherché un vélo de trail qu’en ce début de saison. Il flotte comme une envie frénétique d’aller jouer dans le bois sur un vélo aux multiples possibilités. Le coup de pouce de l’assistance électrique est pareillement couru, sans oublier les vélos pour enfants. Portrait d’une saison sous le thème de la croissance… qui comporte tout de même une sérieuse menace de pénurie.

Pourquoi le manque de vélos dans les boutiques ? Il n’y a pas qu’une seule raison. La pandémie a provoqué deux choses : l’arrêt de certaines usines, même temporaire, et un formidable engouement pour le vélo. L’industrie du vélo a bien essayé de rattraper les retards de production, mais difficile de le faire quand on tourne déjà 24 heures sur 24. La pression sur la chaîne d’approvisionnement est énorme. 

Les vélos et les composants ont été fabriqués à la vitesse grand V en vue de répondre à la demande accrue. Ils ont été transportés à coût substantiel, les frais de conteneurs ayant été multipliés par cinq. Quelques manufacturiers ont rapatrié la production de leurs vélos à la maison. Toujours est-il que le chemin des vélos pour se rendre sur le plancher des détaillants est semé d’embûches. 

Comme un vélo requiert l’expertise de plusieurs intervenants, réunir toutes les pièces du puzzle est compliqué. Les détaillants qui le pouvaient ont vite rempli leur carnet de commandes. Dans bien des boutiques, 90 % des vélos sont vendus alors qu’ils ne sont pas encore arrivés.

La suite ? À l’heure où j’écris ces lignes, on ne promet pas qu’il y aura assez de vélos pour tout le monde. Dans ce contexte particulier, nous n’avons pas noté de nouveautés renversantes sur le marché. Nous constatons plutôt une accentuation des tendances des dernières années.

Moustache ne fabrique des vélos à assitance électrique

Le roi des sentiers

Le vélo de trail est incontestablement le roi des sentiers. Avec entre 130/150 mm de débattement avant/arrière, ses roues de 27,5 po ou le plus souvent 29 po, ses pneus larges de 2,4 po , son angle de fourche ouvert (67°), il est l’outil préféré pour s’amuser dans les sentiers, car il est à l’aise dans toutes les situations. On se tournera vers une version orientée performance si on veut participer à des raids ou des marathons, ou on frôlera la pratique enduro en accroissant le débattement. Une chose est sûre : ce vélo influence le développement de toutes les pratiques. Entre le Trail et le cross-country, on croise un nouveau venu, les vélos de down-country sont légers et rapides, ils sont aptes à jouer en descente et dans un terrain technique.

La vague électrique

La demande en matière de vélo à assistance électrique est en forte croissance. Dans le cas de certains, ce secteur représente la moitié de leur chiffre d’affaires. D’accord, les prix ont monté, mais on comprend que les constructeurs investissent de plus en plus dans cette voie. Une bonne partie de cet investissement va dans la réduction du poids de l’ensemble moteur-batterie, par souci que le vélo se rapproche davantage d’un modèle musculaire. On note des bolides à assistance électrique un poil en dessous des 16 kg du côté du cross-country et des 17 kg en ce qui concerne le trail alors qu’on se trouvait plutôt dans les 20 à 22 kg les années précédentes. Dans cette course au poids, l’autonomie est moins un problème, vu le possible ajout d’une batterie d’appoint. Cependant, il faut y mettre le prix.

Le Spherik SEM, un vélo à assistance électrique conçu au Québec

Versions pour homme, versions pour femme

Il n’y a pas de doute que le nombre de femmes qui pratiquent le vélo de montagne progresse. Dans la participation aux épreuves de route, on calcule un ratio hommes-femmes de 80/20 alors qu’on atteint plutôt 60/40 dans les sentiers. Certaines marques ont décidé de ne plus sexer leurs montures, priorisant l’individu. D’autres ont créé des vélos destinés spécifiquement aux femmes et regroupés sous leur propre étiquette.

Des vélos à l’intention des jeunes

Entre la draisienne et le premier grand vélo, il y a une marche qui n’était pas toujours facile à franchir. C’est maintenant chose du passé. Histoire de suivre l’intérêt des familles pour le vélo de montagne et la présence de nombreux enfants sur les sentiers, les fabricants offrent désormais un vaste choix de vélos adaptés à la pratique des jeunes. Il y en a pour tous les âges et à la portée de toutes les bourses.

Les vélos de montagne pour les jeunes sont disponibles.

Quarante bougies

L’entreprise canadienne Rocky Mountain fête cette année ses 40 ans. Elle le fait de bien belle façon en renouvelant l’Instinct, son vélo capable de tout faire.

Rocky Mountain fête ses 40 ans avec une nouvelle version du Instinct

Distribution différente

Le fabricant allemand Canyon inaugure en mars un mode de distribution inhabituel au Canada. Plutôt que de passer par la case détaillant, votre nouveau vélo est livré directement chez vous dans une boîte.

Les Canyon débarquent au Québec avec un nouveau mode de distribution

+

Le bonheur est dans le bois

Le Guide pratique du vélo de montagne – le bonheur est dans le bois se veut être une main dans le dos, un encouragement pour les débutants pour qu’ils fassent leurs premiers tours de roue à crampons. Il contient toute l’information nécessaire pour apprivoiser le vélo de montagne : types de pratique, guide d’achat, équipements et accessoires, mécanique, pilotage, destinations au Québec, éthique dans les sentiers. En résumé, c’est LA bible du vélo de montagne avec en prime en guise de préface une entrevue avec Joe Breeze, l’inventeur du vélo de montagne.

___

Retrouvez d'autres contenus sur le site de Vélo Mag