Réal Dostie et Jocelyne Blais, un couple de cyclistes sherbrookois, circulent en tandem depuis 20 ans.
Réal Dostie et Jocelyne Blais, un couple de cyclistes sherbrookois, circulent en tandem depuis 20 ans.

Inséparables, même à vélo

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
Réal Dostie et Jocelyne Blais sont inséparables, même à vélo. Ce couple de retraités de Sherbrooke circule en tandem depuis 20 ans.

C’est une question d’harmonie dans la vie conjugale, lance M. Dostie, un homme à la longue barbe blanche.

« Quand tu fais du vélo à deux, il y en a toujours un qui va moins vite que l’autre. Généralement, le plus rapide doit attendre», explique-t-il, sans préciser qui des deux a moins de vélocité. «Avec un tandem, nous n’avons pas  ce problème.»

«Là, nous pédalons ensemble à la même vitesse. C’est une vraie activité de couple!»

Réal Dostie avait prévu le coup il y a 20 ans quand il s’était procuré ce vélo deux places. La bécane devait pouvoir évoluer dans le temps. «J’ai acheté un tandem avec un très bon cadre», se souvient l’homme de 71 ans.

«Comme ça, nous avons pu changer les composantes qui roulent quand elles sont trop usées. C’est un vélo qui porte bien et sur lequel le vent à moins d’emprise. Comme tu es deux sur le vélo, il est plus pesant. Nous avons déjà atteint 90 kilomètres/heure dans une descente…»

Le couple Dostie-Blais a voyagé à plusieurs endroits au Québec et aussi aux États-Unis. On privilégie les pistes cyclables et les routes moins achalandées. Il se souvient d’une randonnée de cyclotourisme qui les avait menés de l’autre côté de la frontière, pour revenir par la Montérégie, il y a quelques années. 

«Nous avions notre équipement avec nous sur nos vélos. Nous cherchions des campings, mais ils ne sont pas tous adaptés pour les cyclistes. Nous nous retrouvions entre deux motorisés avec notre petite tente à terre», se remémore-t-il.

«De nos jours, plusieurs terrains de camping sont mieux adaptés pour les cyclistes.»

Aujourd’hui, les randonnées sont moins longues, mais on prend plus le temps de savourer chaque kilomètre, enchaîne-t-il. 

«Nous allons moins loin. Et on fait moins de camping aussi. Mais on prend le temps. Le temps de regarder et de sentir. Nous arrêtons dans une épicerie et nous faisons un petit pique-nique. Nous sommes devenus des contemplatifs!»

«Il y a l’âge. Nous sommes plus à l’écoute de notre corps. Je me souviens d’avoir subi un coup de chaleur. Il faisait très chaud et nous étions à Magog. Il nous restait 30 ou 35 kilomètres à parcourir. Et il y a des côtes…»

Réal Dostie réclame qu’on aménage plus de pistes cyclables sur le territoire. Il verrait d’un bon œil la réalisation de la piste cyclable qui relierait Sherbrooke à Saint-Joseph-de-Coleraine. Rappelons que le tronçon de 94 kilomètres, sur une ancienne voie ferrée, partirait du Marché de la Gare de Sherbrooke en passant par Ascot Corner, East Angus, Dudswell, Weedon et Disraeli pour aller s’arrêter au sentier des trois-monts à Saint-Joseph-de-Coleraine. On apprenait l’an dernier que les retombées annuelles seraient de 7 M$, selon les promoteurs.

«Ça serait une bonne idée pour la région. Mais nous sommes déjà bien équipés. On peut aller à partir de Sherbrooke à Montréal sur un bord et à Québec sur l’autre», analyse-t-il.

«Les temps ont changé. Quand nous avons commencé à faire du vélo sur les pistes cyclables au Québec, il fallait payer sa vignette.»

Enfin, s’il avait un conseil à formuler aux autorités, M. Dostie suggérerait qu’on asphalte systématiquement les accotements des routes. On donnerait plus de place aux cyclistes pour rouler sans être sur la chaussée et on protégerait le pavage contre les poids lourds de la route.