Pour célébrer la Fête nationale sur les plaines d’Abraham cette année, les artisans brasseurs de neuf microbrasseries de la région de la Capitale nationale ont collaboré afin d’offrir une toute nouvelle bière 100 % québécoise : la Blonde d’Abraham.

Une Saint-Jean plus microbrassicole

CHRONIQUE / Sur les routes du Québec durant tout l’été, j’en profite pour vous parler de l’actualité bière, de rencontres d’artisans ou de découvertes brassicoles. Le fil conducteur de cette chronique ? De la spontanéité et de la bière!

Les vacances, pour plusieurs, commencent très souvent à la Saint-Jean. Partout au Québec, de très nombreuses festivités sont offertes le 23 ou 24 juin. Autrefois chasse gardée des grandes brasseries, les grands rassemblements offrent aujourd’hui une sélection de bières locales. Un pari risqué ?

La bière de microbrasserie étant très souvent associée au terroir local, mais surtout à l’économie locale, de plus en plus d’organisateurs d’événements préfèrent signer une entente avec des brasseurs locaux qu’avec de grandes brasseries. C’est le cas des festivités de la Saint-Jean sur les plaines d’Abraham qui, après avoir organisé un concours national ouvert à l’ensemble des microbrasseries du Québec en 2018, a préféré s’entendre cette année avec les brasseries de la grande région de Québec et brasser une bière pour l’occasion : La Blonde d’Abraham. Un collectif de neuf brasseries — Noctem Artisans Brasseurs, L’Inox, Brasseurs sur demande, La Voie Maltée, Microbrasserie Charlevoix, La Souche, Le Roquemont, Brasserie générale et la Barberie — a donc présenté une blonde légère de type kölsch, titrant à 4.1% alc/vol. Un pari moins risqué que l’année dernière, la bière étant plus proche du « goût léger » recherché par les spectateurs fréquentant les plaines d’Abraham et habitués à boire des produits de grands brasseurs depuis des années.

Partout au Québec, des initiatives ont vu le jour, de nombreuses fêtes de « village » ou de « quartier » ayant invité des microbrasseries à participer et vendre leurs produits dans le cadre des fêtes de la Saint-Jean. Est-ce un tournant ? Oui, considérant que de nombreux organisateurs s’appuient sur des commandites de grands brasseurs, en échange de l’exclusivité sur le site.

Les fêtes de la Saint-Jean sont prétextes à souligner l’économie et le savoir-faire local. Est-ce que d’autres grands festivals québécois franchiront le pas ? Un dossier à suivre...

Il semble assez difficile de profiter d’une bière de microbrasserie en croquant dans ses côtes levées préférées, lors des divers festivals de BBQ qui ponctuent la belle saison.

Des festivals de BBQ sans bière !

Autre son de cloche du côté des festivals de BBQ du Québec ou d’ailleurs. Il semble assez difficile de profiter d’une bière de microbrasserie en croquant dans ses côtes levées préférées.

Sur la rue Sparks à Ottawa se tenait le Ottawa Ribfest, rendez-vous annuel des amateurs de BBQ. Une formule assez simple qui consiste à inviter des Ribbers qui fument, cuisent et réchauffent devant vous des côtes levées, poulet fumé, porc effiloché et autres spécialités emboucanées. Des juges choisissent les meilleures recettes et le « Rig » proposant la meilleure ambiance générale. Le gagnant se fait un plaisir d’afficher, sur la devanture de son immense kiosque, ses nombreux prix. Une tradition annuelle...

La formule s’épuise et se doit d’être renouvelée. Quoi de mieux que d’accompagner du BBQ avec une bière ? Pourtant, aucun kiosque sur la rue Sparks, fort probablement pour ne pas gêner les opérations des bars de la rue. Et très peu de places assises permettant de manger avec un minimum de confort. Nous nous sommes même approchés d’une terrasse temporaire pour commander quelques boissons, mais on nous a refusé l’entrée, car nous avions des côtes levées dans les mains. Il est grand temps que ces immenses kiosques qui sentent bon les mets fumés se dirigent ailleurs que sur la rue Sparks. Ce n’est plus ça un Ribfest !

Quant au BBQ Fest de Québec, qui fut un grand succès, il a préféré s’associer avec la marque Rickard’s plutôt que d’ouvrir ses portes aux brasseries régionales. Ayant été faire un tour pour l’ouverture de la microbrasserie SNO et du grand marché, voisin du festival, j’ai été très souvent interpellé par des amateurs de BBQ, mais également de bières, qui cherchaient un peu plus de diversité.

Bières et BBQ, me semble que c’est logique, non ?