Un Québécois en orbite

Les images ont roulé en boucle toute la semaine : l’astronaute québécois David Saint-Jacques s’est envolé à bord de la fusée Soyouz lundi matin.

Après six heures de vol et avoir fait quatre fois le tour de la Terre, la fusée s’est arrimée à la Station spatiale internationale, où l’astronaute restera en mission durant six mois et demi. 

David Saint-Jacques a fait le voyage avec sa collègue américaine Anne McClain et le cosmonaute russe Oleg Kononenko. À la Station, ils remplaceront trois autres astronautes qui doivent revenir sur Terre le 20 décembre.

Tu rêves un jour d’explorer l’espace? Si tu peux te passer de douche (et de ta mère) quelques mois, tu as des chances! 

Décollage de la fusée Soyouz.

La station spatiale internationale en chiffres

› Construite de 1998 à 2011, elle doit être utilisée au moins jusqu’en 2024.

› Elle mesure 110 m de longueur et 74 m de largeur (la surface d’un terrain de football) et a une masse d’environ 450 tonnes.

› La Station tourne en orbite autour de la Terre à 400 kilomètres d’altitude, une distance équivalente à celle entre Charlevoix et Montréal.

› 6 personnes occupent en permanence la Station. L’équipage international change continuellement, les Américains, les Russes, les Canadiens, les Européens et les Japonais se relaient. Des scientifiques de la Corée du Sud, de la Malaisie, du Kazakhstan, du Brésil et de l’Afrique du Sud y sont aussi allés.

› David Saint-Jacques est le 10e Canadien à quitter la Terre et le 3e Canadien en mission de longue durée à bord de la Station.

L'astronaute québécois David Saint-Jacques

La mission

La Station spatiale internationale est un immense laboratoire. Durant leur séjour, les astronautes font de la recherche scientifique. David Saint-Jacques réalisera des expériences en santé, notamment pour étudier l’impact de l’apesanteur (le fait de flotter) sur le corps des astronautes. En plus de la recherche, l’équipage doit entretenir, réparer et améliorer son «vaisseau».

Pas de douche

La Station spatiale ne dispose pas de douche. Les membres de l’équipage se lavent en utilisant un robinet, des lingettes humides, du savon qui prend la forme d’un tube dentifrice et un shampooing sans rinçage. La pâte dentifrice peut être avalée. La nourriture est composée de plats lyophilisés (déshydratés) et de conserves. Quelques légumes et fruits frais s’ajoutent à l’arrivée d’un vaisseau ravitailleur.

La Station spatiale internationale

Des aptitudes de superhéros

Pour sa nouvelle génération d’astronautes, l’Agence spatiale canadienne recherche des personnes exceptionnelles, en excellente santé, qui ont étudié en science, en génie ou en médecine à l’université. Elles doivent faire preuve de jugement, d’intégrité, de débrouillardise, savoir travailler en équipe, vulgariser, parler en public et accepter de se séparer de sa famille. À 48 ans, marié et père de trois enfants, David Saint-Jacques est ingénieur, astrophysicien, médecin de famille et il s’est entraîné à son nouveau rôle d’astronaute pendant des années. Il parle le français et l’anglais et peut converser en russe, en espagnol et en japonais.

Sources : Agence spatiale canadienne, AFP, PC, NASA, Wikipédia

***