Les créateurs des jeux d’enquêtes «grandeur nature» de Mystère Québec Olivier Lévesque-Tremblay, Mathieu Faucher et Louis-Jason Laurion.

Un jeu d’enquête paranormale «grandeur nature» à Québec

Des apprentis détectives ont envahi le Vieux-Québec, le temps d’une journée cet été, pour un meurtre et mystère «grandeur nature». Et la belle idée a fait des petits, puisqu’une nouvelle entreprise de la capitale se prépare à lancer son propre jeu d’énigmes à grand déploiement dans les rues de la ville. Et peut-être même à en faire une attraction plus fréquente.

Le 10 août, des participants à un jeu «de type Clue format géant» ont parcouru la ville en quête d’indices et de suspects pour résoudre un meurtre fictif. La compagnie britannique CluedUpp espérait vendre 100 billets. Finalement, 296 billets d’équipe ont trouvé preneurs. Au prix de 65$ à 80$ chacun, l’affaire devenait lucrative. Québec, découvrait-on, adore les enquêtes «grandeur nature»…

Louis-Jason Laurion, Mathieu Faucher et Olivier Lévesque-Tremblay ont essayé ensemble ce jeu. Ces collègues — qui travaillent au jeu d’évasion Sauve qui peut dans le quartier Saint-Roch — estimaient qu’ils auraient du succès grâce à leurs compétences très particulières. «C’était trippant, dit M. Faucher. Mais ç’aurait pu l’être plus encore, en modifiant certains trucs. On s’est dit qu’on pourrait le créer nous-mêmes et faire mieux.»

À LIRE :
Un meurtre et mystère «grandeur nature» dans le Vieux-Québec
Des détectives amateurs dans les rues du Vieux-Québec samedi

L’idée était née. Depuis le mois d’août, les comparses n’ont pas chômé. En plus de leur emploi, ils ont fondé Mystère Québec, une entreprise qui propose des chasses aux indices dans toute la ville. Ils tiendront leur premier défi dans la fin de semaine du 26 et 27 octobre. L’inscription coûte 45$ par équipe d’une à cinq personnes.

Entre la science et l’occulte

Le premier concept de Mystère Québec est une investigation à saveur paranormale déclinée en trois scénarios: des scientifiques demandent qu’on fasse la lumière sur d’inquiétants phénomènes inexpliqués dans la ville, tandis que des sorcières sortent de l’ombre pour défendre l’origine surnaturelle de ces apparitions.

Les équipes devront suivre l’une des voies tracées pour résoudre l’affaire. La première explorera l’aspect paranormal du dossier dans le quartier Petit-Champlain et à Place-Royale. Le deuxième jettera un œil scientifique sur la rue Saint-Jean et la colline parlementaire. Enfin, le troisième scénario, le plus difficile, amènera les Sherlock Holmes en herbe à jouer le rôle d’enquêteur chargé de trancher entre la science et l’occulte.


« Les participants devront entrer dans certains commerces qui ont accepté de se joindre à nous. Ils auront l’occasion de manipuler des objets divers pour avancer dans l’enquête, comme des poupées vaudou, etc. C’est une des choses qui manquaient dans le jeu de CluedUpp. »
Louis-Jason Laurion, l'un des trois créateurs du jeu

Chaque équipe sera libre de choisir un scénario ou de faire les trois. Rien ne presse: les participants ont toute la fin de semaine pour compléter l’aventure d’environ trois heures.

«Les participants devront entrer dans certains commerces qui ont accepté de se joindre à nous, explique M. Laurion. Ils auront l’occasion de manipuler des objets divers pour avancer dans l’enquête, comme des poupées vaudou, etc. C’est une des choses qui manquaient dans le jeu de CluedUpp. Les indices liés aux objets physiques sont très populaires dans les jeux d’évasion, alors on a décidé d’intégrer ça.»

Chaque équipe sera armée d’une carte et d’un cahier d’indices, envoyés par la poste. On pourra aussi demander des indices par message texte et via Facebook. Des prix récompenseront la précision des réponses, les costumes, les noms d’équipe, entre autres.

Des plans pour l’avenir

Déjà, Mystère Québec planifie de multiplier les activités. On propose d’ailleurs un deuxième jeu les 23 et 24 novembre. Un scénario plus familial baptisé Krampus en cavale, du nom d’une créature mythique parfois associée à Noël dans certains pays d’Europe. (Le Soleil publiait ce texte en 2017 pour expliquer le Krampus…)

Et on planche sur une autre aventure en 2020, celle-là inspirée de Naruto, un des mangas (bandes dessinées japonaises) les plus populaires au monde. À suivre…

Infos et achat de billets: www.mysterequebec.com ou @mystereqc sur Facebook