Peter Greer-Martineau, styliste chez Surmesur
Peter Greer-Martineau, styliste chez Surmesur

Surmesur: leçon de style au masculin

Un lecteur demande de parler de style pour les hommes. Les options étant plus limitées que chez les dames, trouver le vêtement idéal peut être un défi complexe. On remarque souvent que les tendances ne sont pas nécessairement adaptées aux besoins de monsieur ni à son physique. Chaque homme possède sa propre morphologie. Ce qui met en valeur le grand blond mince ne fait pas nécessairement au ténébreux costaud.

Pour démystifier le style au masculin, direction boutique Surmesur. Nous rencontrons le styliste Peter Greer-Martineau et ses acolytes. L’entreprise de Québec se spécialise dans la confection de vêtements élaborés selon les mensurations et les préférences du client. En plus d’habits et chemises, on confectionne les pantalons de coton et à partir du mois d’août le jeans dans toutes ses déclinaisons. 

Leur proposition diffère du prêt-à-porter déjà en boutique. Ici, la mode c’est ce dont le client rêve. Le complet à la James Bond? Pas de problème. Le pantalon qui ne déchire pas sous la pression des cuisses musclées? Obligatoirement, tout est mesuré pour une coupe impeccable. Le tweed d’Écosse? Il existe, on vous confectionnera votre veste. Les séries télévisées, les films vous donnent des idées? Sachez que votre allure peut refléter vos inspirations. Le service répond au mouvement ou l’on achète moins, mais mieux. L’objectif est de créer une garde-robe que l’on porte, en accord avec notre morphologie et notre style. Notre question est simple : qu’est-ce qu’un homme à la mode? La réponse n’est pas nécessairement dans la dernière tendance.

Vestons et pantalons sont offerts dans plusieurs déclinaisons. 

En préambule, André Gagnon, le directeur de la succursale de Québec affirme : «L’homme québécois est un homme qui apprend la mode. Nous sommes partis de loin, mais aujourd’hui le québécois se renseigne et s’intéresse. Contrairement à la tradition européenne, ici, les jeunes hommes ne reçoivent pas l’apprentissage que les Européens reçoivent de leur père comme se faire la barbe, comment trouver un vêtement bien ajusté.» On nous explique que la mode est un cycle répété chaque 3 à 6 mois dans les boutiques. Avant tout, on devrait penser en termes de style associé aux besoins de monsieur. On doit comprendre notre personnalité pour en arriver à trouver les vêtements qui nous conviennent. On choisit ce qui nous plaît et ce qui nous fait.

André Gagnon, le directeur de la succursale de Québec, peut porter le noir et blanc étant donné que son teint et ses cheveux sont de contrastes forts.

Mais comment trouver ce qui convient à l’homme? Peter Greer-Martineau possède la réponse : «tout est question de contraste!» On nous explique trois niveaux de contraste, fort, moyen et faible. Par exemple, un homme au teint pâle et aux cheveux très foncé possède un contraste fort. À l’inverse, un blond aux yeux bleus aura un contraste faible. M. Greer-Martineau affirme que tout le monde peut porter n’importe quelle couleur. Toutefois, il faut être dans le bon contraste. Sur ce concept, nous abordons le sujet du complet noir et de la c­­hemise blanche. Ce qui semble être la quintessence du complet s’avère une proposition qui ne va pas à tous. Au-delà du classicisme de cet agencement, il y a cette notion d’écart des tons, cette fois tellement fort qu’il met peu de gens en valeur, outre les teints pâles aux cheveux foncés. Comme option, les bleus minuits, les gris anthracite, les marrons très foncés, les verts émeraude et les bordeaux.

Une veste, dans différents tons fait une grande différence de style. 

Après la teinte, quelles sont les coupes intéressantes? Louis-Charles Plante, directeur général, explique que l’on doit choisir des coupes intemporelles avec des vêtements qui mettent la personne en valeur. Il affirme qu’à un certain point, l’homme sait ce qui lui va bien, il a déjà acheté ce morceau. Il met le consommateur en garde de ne pas adhérer aux tendances souvent observées. Exemple fréquent, le complet de coupe étroite, qui n’est pas le meilleur choix pour la plupart des morphologies. L’allure filiforme qu’il donne en photographie ne se reflète généralement pas aussi bien dans la réalité. Les détails tels que la largeur du col de la chemise, du revers de la veste, la longueur des manches et des pantalons contribuent à une allure réussie. Ces détails font la différence. M. Plante invite les hommes à ne pas hésiter à faire appel à une couturière pour des retouches sur leurs vêtements.

Il existe différents cols selon les morphologies.

Alors, par quel endroit commencer pour la garde-robe de monsieur? À la lumière des concepts de contraste et de posséder l’ajustement parfait, comment construire la base d’une garde-robe monsieur fonctionnel? La réponse vient de Monsieur Greer-Martineau sans hésitation. «Il faut un complet bleu foncé, un complet gris, un veston sport bleu, un pantalon beige et trois chemises, une bleue pâle, une blanc cassé et la dernière rose ou lilas selon la préférence de monsieur, c’est la base.» Ensuite, graduellement s’ajoutent des vestons sport, des chemises de couleurs, le pantalon de coton, et le jeans. Un vestiaire qui offre une multitude de possibilités. Une garde-robe «mix and match, avec des vêtements que l’on porte de plusieurs façons. Une base classique et des pièces dans vos tendances. Un investissement qui s’avérera économique, fonctionnel et durable. Faire sa mode au lieu d’être victime de celle proposée. 

Info: surmesur.com

CRAVATES, CARRÉS DE POCHE, BOUTONS ET CEINTURE

Parler de style masculin est l’occasion de faire la lumière sur ces détails. Jean-Pierre Lachance, responsable du marketing de Surmesur, nous offre ses conseils. Pour le veston, le bouton du bas sera toujours ouvert. Donc, pour un veston à deux boutons, on ferme celui du haut, on ouvre celui du bas. Pour trois, parfois on ouvre le premier, on ferme le second et celui du bas est ouvert. 

Le bouton du bas est toujours ouvert.

Pour la cravate et le carré de poche, la règle est de ne pas utiliser le même tissu. Le carré de poche vient complémenter la cravate ou encore on utilisera le même tissu que la chemise. Contrairement à la pensée populaire, la ceinture ne va pas avec le pantalon de complet. Elle s’agence avec les tenues de sport. De plus, elle coupe la silhouette en deux ce qui donne un effet visuel non souhaitable.