Le sexe oral, ça te parle?

CHRONIQUE / L’union de la bouche aux organes génitaux, tantôt pratiqué, tantôt repoussé. Trop ou encore pas assez, ces baisers mitigés peuvent prendre l’apanage du préliminaire ou pourquoi pas, de la relation sexuelle dans sa totalité. Parfois teinté de magie, d’autres fois d’usualité, est-ce une pratique vers laquelle vous vous tournez les soirs de grandes veillées ?

Intimité

Bien que quelquefois banalisé, quoique pour exercer l’art du cunnilingus, de la fellation ou encore de l’anulingus, un brin d’intimité est minimalement suggéré.

Plus qu’un simple coup de langue, cet accomplissement sollicite tant chez le donneur que le receveur un lâcher-prise, voire une certaine vulnérabilité dans ce qu’il y a de plus secret chez soi. Proximité, odeurs et saveurs sont du rendez-vous !

L’appel des cinq sens se voit officiellement sollicité. Exit lunettes. Ce brin de distance qu’impose ce type de rapprochement amène à voir tant l’appareil génital féminin que masculin aux millimètres près. Complexe, gêne et malaise sont à apprivoiser.

Odorat, te voilà. Parce que les organes génitaux ne sont pas inodores, nickels ou pas. Si l’odeur du sapinage ou encore du concombre-beurre de karité vous espérez, vous vous verrez éternellement désolés. Puisque « sentir de quoi » ne signifie pas puer.

Et que dire des saveurs. Sécrétions, fluides, éjaculât, sueurs ; tous des goûts à découvrir et redéfinir. Avec ces tonnes de papilles tactiles et gustatives, la langue n’est aucunement en reste en termes d’expérience. Sans goût vous ne le serez jamais, sapide devenez !

Reproduction, élimination, plaisir

Plus qu’une fonctionnalité que possèdent les organes génitaux. De dissocier cette fonction de défécation et d’urination, voilà souvent où le bât blesse avec l’amour oral.

Plusieurs blocages en ce sens m’ont été nommés. Dégoût, craindre d’être en contact d’une manière ou d’une autre avec les déchets organiques, souci d’éliminer en même temps qu’être caressé, non-sens relatif à l’hygiène, toutes des réalités brimant l’envie d’essayer. Puisqu’avec la volonté, une fonctionnalité n’est possible qu’à la fois, d’apporter une vision globale et de normaliser restent souvent la clé pour s’aventurer.

Plus merci !

Comme trop, c’est aussi comme pas assez, je me souviens de cet individu ô combien lassé de cette dite fellation offerte à toutes sauces. Sa chérie utilisait cette pratique pour satisfaire son conjoint sans s’offrir en retour. « Une belle façon d’avoir la paix », m’expliquait-il !

L’amour oral pouvant se pratiquer à tour de rôle comme en même temps, il est possible de voir ce type de piège s’installer. Recevoir sans redonner ou encore donner sans réclamer, une possibilité pouvant également perturber l’équilibre du couple. Ici comme dans tout rapprochement, la réciprocité et l’égalité sont exigées.

Comme tu veux

Tout comme l’être humain, la sexualité se voit elle aussi en constante évolution. Entre la passion et la répulsion des baisers génitaux, il y a tout un monde à découvrir. L’amour oral planche lui aussi sur un continuum d’accessibilité. Rien ne sert de s’y obliger si l’envie n’est pas là. La contrainte reste certainement la pire des options. Le cunnilingus, la fellation ou l’anulingus demeurent des cadeaux à recevoir ou encore à offrir. À vous de choisir.

Pour les téméraires, ceux qui n’ont peur de rien, je vous rappellerai que la bouche peut aussi être victime des infections transmises sexuellement. La protection est de mise dans un sens comme dans l’autre. Pas de sexe sans latex, qu’on se le dise. L’amour oral, aussi bon pour le moral. À vous de choisir.