Myriam Bouchard

Il me trompe avec un homme

CHRONIQUE / «Non seulement il m’a trompée, mais en plus, il m’a trompé avec un homme ! Comment suis-je censée prendre ça, moi, là ? »

Tel un coup en plein cœur, pour ne pas dire deux, cette confidence soumise par cette femme cocufiée est certainement moteur de plus d’un questionnement. Primo, celui bien entendu se rapportant au fait d’être trahi et secundo, pas avec n’importe qui. Une personne du même sexe.

« Est-il bisexuel ou gai ? Depuis quand ? Et s’il était refoulé ? Et s’il me trompait avec des hommes depuis que nous sommes mariés ? Et s’il s’est servi de moi pour avoir des enfants ? À qui pense-t-il lorsqu’on fait l’amour ? Est-ce que je l’excite ? Comment puis-je rivaliser avec un homme ? »

Voici, voilà, de quoi alimenter la folle du logis de cette dame, mais aussi de bien des éclopés par cette réalité.

Parce que l’adultère dans un contexte homosexuel comporte aussi son lot de spécificités, voyons-y.

Hétéro, homo, bisexualité ou quoi encore ?

Rapidement, les étiquettes. Puisqu’une classification aux comportements volages de ce bougre pourrait expliquer, pour ne pas dire justifier le « pourquoi du comment », une orientation sexuelle ambiguë est souvent la première sous la loupe.

Bien qu’hypothétiquement rassurante comme avenue, je vous dirai que de tirer hâtivement à cette conclusion serait une erreur.

Effectivement, le fait que chéri aille sauter la clôture avec l’un des siens n’assure en rien la possibilité qu’il soit d’emblée ce type d’homme que l’on qualifie irrévérencieusement d’homo bafoué, refoulé ou tout simplement de bisexuel.

À cet égard, Interligne, centre de première ligne en matière d’aide et de renseignements à l’intention des personnes concernées par la diversité sexuelle et la pluralité des genres, propose une définition juste de l’orientation sexuelle.

Cette dernière correspond à une attirance physique, sexuelle, affective et/ou romantique envers des personnes d’un ou plusieurs sexes ou genres donnés.

Pour ainsi dire, ou écrire, d’agir sexuellement avec un individu du même sexe ne définit pas nécessairement l’orientation sexuelle d’une personne. Pour se clamer homosexuel, bisexuel, pansexuel ou hétérosexuel, cette dernière tiendra davantage compte, dans bien des cas, de l’aspect émotionnel, affectif et romantique.

Pourquoi un homme ?

Ce grand tabou persistant. C’est pourtant depuis la nuit des temps que des hommes mariés butinent ici et là avec autant d’autres gus qu’il y en a. Idem pour ces épouses qui s’en donnent à cœur joie en mode « copine copine ».

Pourquoi choisir alors de commettre ce faux pas, s’il en est un, avec l’être du même sexe ?

L’attirance sexuelle fait office des présomptions possibles. Avoir envie d’une personne du même genre, sexuellement parlant, est une possibilité pour quelques-uns. Puisqu’à chacun ses attributs, un corps féminin versus masculin peut offrir son apanage de nouveautés, de diversités, de variétés. En ce sens, la bicuriosité pourrait également expliquer ce phénomène.

Par satisfaction sexuelle. Pour ces quelques-uns ne trouvant pas pleine satiété sexuelle dans telles ou telles pratiques hétérosexuelles, certains iront chercher l’accessibilité ailleurs.

« Faute de mieux ! » C’est ce que m’expliquait ce travailleur du Grand Nord. Contraint à l’éloignement dans une meute majoritairement masculine, une forme de « dépannage » s’opère alors. Du déjà-vu également en milieu carcéral.

Étant donné que l’infidélité demeure cet acte d’irrespect à l’égard de l’engagement préalablement établi, reste à savoir si le facteur homosexuel représente réellement l’enjeu majeur ou du moins, le facteur aggravant ? À vous de répondre à cette question.