Êtes-vous un bon parti?

CHRONIQUE / Qui fait bien l’amour ? Oui, je vous demande si vous êtes l’une de ces personnes que l’on peut qualifier de bon amant ou encore de bonne maîtresse. Je suis de l’école voulant que chaque individu soit responsable de sa propre satisfaction sexuelle, qu’il suffit de demander, de nommer et d’enseigner pour l’obtention de ses volontés. Mais je me dois de m’ajuster. Il semblerait qu’effectivement, il y ait des magiciens, des meilleurs que d’autres pour transmettre les vertus qu’exigent ces fameux rapports sexuels. Est-ce de vous qu’il est question ?

« Ce mec baise comme un Dieu ! »

« Faire l’amour avec une étoile serait probablement plus plaisant qu’avec elle. »

« Elle a officiellement un talent caché. »

« Disons qu’il n’est pas vaillant vaillant ! »

Ces confidences sur les prestations de tout un chacun, je les ai entendues plus d’une fois. De ce fait, être bon ou bonne sous la couette, ça signifie quoi au juste ? Bien que relatif comme réponse à cette question plus qu’existentielle – comprenez ici mon ironie –, il semblerait que quelques qualités soient minimalement requises. Voyons-y.

Aisance

Puisque vous n’êtes plus des enfants, que vous n’êtes probablement plus aux balbutiements de vos agissements sexuels, votre aisance est l’un critère les plus appréciables pour beaucoup d’adultes. Gêne, timidité, pudeur, cachette de l’anatomie, malaise et embarras sont à remercier pour laisser place à l’assurance et à l’aplomb, voire même à la désinvolture. C’est une question de confiance et d’amour propre, qu’être en mesure de reconnaître ses désirs et de faire le nécessaire pour y parvenir. Bravo !

Don de soi

Donner, n’est-ce pas aussi agréable que recevoir ? Cette réalité n’est pas seulement applicable le soir du réveillon ! Si celle-ci semble être d’une évidence pour la plupart, il en va tout autrement pour quelques-uns.

Par définition, une relation sexuelle se vit au bas mot à deux, d’où l’importance que chacun des tiers en ait pour son compte ! Un peu pour toi ; un peu pour moi. Le voilà, cet équilibre que les champions chercheront à appliquer.

Créatif

Parce que rien n’est plus platonique que cette sacro-sainte routine, une fois de temps en temps, le greluchon sait faire preuve d’innovation en mettant à la page cette nouveauté tant souhaitée. Je ne parle pas ici de réinventer la roue le mercredi en soirée, après seize réunions d’affilée, mais plutôt de faire preuve d’innovation, d’ingéniosité ou d’un infime changement. Toujours à l’affût de nouveautés, il tentera encore, année après année, d’impressionner. L’initiative est la mère des plus grandes créations, dit-on !

Attentif

Rien n’échappe à celui qui sait regarder, pour ne pas dire observer, écouter et ressentir. Le doué de la nuitée l’a plus que compris. Mimiques, sons de l’autre, façon d’être, alouette ; tous des indicateurs quantifiant le bonheur du partenaire. Tel un chef d’orchestre, possiblement que l’amant affriolant et la maîtresse pittoresque se voient réceptifs aux signaux et modulent leurs prestations en fonction de ces messages parfois subliminaux. Quel talent !

À ceci, que manquerait-il ? Étant donné que l’univers de la sentimentalité n’est que peu souvent égalé, l’amour fait certainement pardonner bien des péchés. Pourquoi pas aussi celui de la maladresse sexuelle ? À coeur attendri, même l’incompétence se voit attendrie.

S’il y a bien une chose qu’ils ont comprise, dans la vie comme au lit, c’est certainement de savoir communiquer. En prenant en considération que tout se dit, à condition d’être bien dit, être bon amant ou amante, ça aussi, ça s’apprend. À condition d’avoir du bon coaching. Un autre travail qui se fait à deux !