Le propriétaire du camion Saga Nomade, Steeve Gros-Louis, en compagnie de sa fille, Keyara Gros-Louis. Le camion est installé sur la rue de la Faune à Wendake.
Le propriétaire du camion Saga Nomade, Steeve Gros-Louis, en compagnie de sa fille, Keyara Gros-Louis. Le camion est installé sur la rue de la Faune à Wendake.

Un nouveau souffle pour la cuisine de rue à Québec? 

Voilà plusieurs semaines que les Québécois sont privés de restaurants — et de multiples activités. Savourer un repas préparé par un camion de rue, ces fameux food trucks, devient une sortie excitante et originale.

Seulement un permis a été délivré pour un camion-restaurant cette année par la Ville de Québec. Il n’est pas prévu de modifier la réglementation ni de réviser les sites publics municipaux qui ont été désignés depuis le projet-pilote de cuisine sur rue il y a deux ans.

Nicolas Lavigne et La Zèbre Mobile par Côtes-à-Côtes Traiteur seront donc de retour pour servir des repas chauds à la population, un peu partout dans la ville. 

«On a eu la confirmation qu’on était considéré comme un casse-croûte, on rentrait dans les services essentiels et on pouvait se mettre en route. C’est bien beau les livraisons, mais des repas qui arrivent après une heure, les frites sont molles! Ce n’est pas comme au restaurant. Le food truck fait tout son sens, on sert du chaud, du bon et du croquant», se réjouit le propriétaire. 

Nicolas Lavigne n’avait pas demandé son permis depuis le projet-pilote de cuisine de rue de la Ville, il n’avait pas été satisfait de l’organisation et de l’achalandage.

«Je pense que c’est ce que les gens recherchent présentement. On va tester à nouveau le marché. C’est une belle opportunité pour la cuisine de rue, essayer autre chose et surfer sur le projet. L’année passée il y avait trop d’essoufflement, il manquait quelque chose pour que ça fonctionne. On a une nouvelle stratégie, on va miser sur la récurrence et les mêmes sites. On va essayer de créer quelque chose. Ce qui était peu attrayant il y a deux ans... le devient totalement maintenant avec la situation.»

Une première fin de semaine au Domaine Maizerets a permis à Nicolas Lavigne de voir l’achalandage, les citoyens étaient contents, il y avait de l’action. 

Toutefois, c’est avec les événements que La Zèbre Mobile fait le plus de revenus. Pandémie oblige, aucun festival ou autre événement n’est prévu cet été. Un camion-restaurant installé dans un parc devient une sorte de petit événement.

«Ça fait quelque chose à faire, il faut se renouveler. C’est un cadeau pour les gens qui se promènent, on met un sourire sur leur visage», exprime Nicolas Lavigne.

La Zèbre Mobile par Côtes-à-cotes Traiteur sera installée dans certains lieux définis de la ville de Québec très bientôt.

Le Saga Nomade aussi en fonction

Le Saga Nomade s’est récemment installé au 2909 rue de la Faune à Wendake afin d’offrir de bons repas lui aussi, et surtout des sourires. Le propriétaire du camion Steeve Gros-Louis est aussi aux commandes des succursales de Sagamité, réputé restaurant des Premières Nations.

«On est en fonction depuis lundi midi! Les gens sont contents, notre communauté est venue nous encourager toute la semaine. On a une clientèle fidèle, les gens se déplacent pour manger nos produits distinctifs», note-t-il.

Steeve Gros-Louis a l’habitude d’être optimiste, de voir le verre à moitié plein, mais il sait que son camion de rue ne fera pas des miracles. Il l’aidera à se tenir la tête hors de l’eau, d’assurer les dépenses, mais il faudra beaucoup plus au propriétaire pour remonter la pente. Beaucoup de restaurateurs auront le même discours, la pandémie frappe fort sur leurs commerces.

«Avec le camion, on fait surtout beaucoup d’événements, mais 90 % d’entre eux ont été annulés. Le 10 % qu’il reste, c’est juste parce que les organisateurs n’ont pas encore appelé. Il faut oublier les événements spéciaux! On a donc pris les devants! On a mis en place les mesures et on a même installé un poêle à pizza pour offrir nos pizzas reconnues avec le camion.»

Pour l’instant, Steeve Gros-Louis a une entente avec le grand chef de la Nation huronne-wendat, Konrad Sioui. Le terrain sur lequel il est installé appartient à sa communauté, il le loue à moindre coût. Toutefois, le propriétaire de la Sagamité pense lui aussi à demander son permis à la Ville de Québec pour s’installer dans les divers parcs ou lieux définis. Il attend de voir les prochaines indications du gouvernement concernant les salles à manger. 

«Ce serait bien de pouvoir nous promener, on reçoit beaucoup de messages, on nous demande surtout de venir au Domaine de Maizerets. Mais tant qu’on n’aura pas de signal pour le restaurant du Vieux-Québec, je vais être en permanence sur la rue de la Faune, c’est la meilleure option.»

Si la succursale du centre-ville ne peut ouvrir de la manière dont il le souhaite, Steeve Gros-Louis penchera peut-être vers l'option de «se promener».

Le camion Saga Nomade est déjà populaire, il roule depuis quatre ans et avait lui aussi participé au projet pilote de la Ville de Québec sur la cuisine de rue. Il s’était toutefois retiré du projet, plusieurs choses ne plaisaient pas au propriétaire. 

Steeve Gros-Louis espère surtout la poursuite du chantier de la maison-mère à Wendake, rasée par les flammes en décembre 2018. 

«Tout est arrêté pour l’instant, on attend de voir ce que le gouvernement indiquera. On ne continuera pas la construction si on doit opérer à 25 % de notre capacité, avec 300 places dans la salle à manger, on n’y arrivera pas. C’est quand même 3,8 millions d’investissements.»

En attendant, il fait fonctionner le camion. Pour sauver des sous, les enfants de Steeve Gros-Louis lui donnent un coup de main pour le service, il embauche seulement un ou deux cuisiniers. Bien sûr, toutes les mesures sanitaires sont mises en place pour assurer la sécurité de tous les clients.

Pour plus d’informations sur les horaires des deux food trucks, il suffit de consulter leur page Facebook. (Côtes-à-Côtes Traiteur et Saga Nomade)

Saga Nomade, camion installé sur la rue de la Faune à Wendake