L'événement culinaire se tiendra les 2 et 3 septembre au Château Frontenac.

Quand les grands chefs rencontrent les chefs cuisiniers

L'échange culturel et la transmission des savoirs, ça peut passer par les papilles. Onze chefs cuisiniers de Québec vous le prouveront sous peu en présentant un plat inspiré par chacune des 11 nations autochtones québécoises. Derrière ces créations culinaires, des rencontres, des découvertes, des partages.
À la rencontre des grands chefs, c'est le nom de l'événement culinaire qui se tiendra les 2 et 3 septembre au Château Frontenac. Le titre est bien choisi, car le coeur du rassemblement repose sur la rencontre entre des chefs cuisiniers d'ici et des représentants des nations inuite, crie, naskapie, mohawk, abénakise, malécite, atikamekw, algonquine, huronne-wendat, micmaque et innue.
«On a sélectionné, dans les communautés, des cuisiniers professionnels ou amateurs qui vont pouvoir s'inspirer des connaissances culinaires des chefs d'excellents restaurants de la ville de Québec. De l'autre côté, les chefs vont pouvoir se nourrir des connaissances culturelles et historiques de nos représentants des Premières Nations», explique Jason Picard-Binet, porte-parole de Tourisme Autochtone Québec, qui chapeaute l'événement aux côtés des Grands événements artistiques de la ville de Québec. L'objectif: «démontrer la richesse des territoires autochtones à travers la gastronomie».
Et pourquoi la gastronomie? Parce que la cuisine, c'est rassembleur, témoigne d'Ariane Babin, directrice générale des Grands événements artistiques de la ville de Québec. «La cuisine, c'est une façon de communiquer où tout le monde se comprend. Quand on a un chef cuisinier de Québec avec un chef cuisinier d'une nation [autochtone], même s'ils ne parlent pas la même langue, on voit dans leurs yeux qu'ils se comprennent.»
S'imprégner de l'histoire
«On parle souvent des autochtones avec un grand A, mais il faut savoir que les autochtones du Québec, c'est 11 nations, c'est 11 cultures différentes, c'est 11 histoires, c'est 11 réalités», mentionne par ailleurs Jason Picard-Binet. Et justement, chacun des chefs cuisiniers participants a eu l'occasion de s'imprégner - en personne ou à distance - de la culture à laquelle il est jumelé afin de livrer un plat qui soit représentatif.
Aux yeux d'Ariane Babin, directrice générale des Grands événements artistiques de la ville de Québec, le concept est un succès sur toute la ligne. «La réponse a été exceptionnelle. Tous les chefs qu'on a approchés nous ont dit "j'embarque". [...] Même que tous les chefs me disaient : "J'embarque pour l'expérience, j'embarque parce que je suis curieux de voir qu'est-ce qu'ils font là-bas. J'ai envie d'en savoir plus, moi, en tant que chef." Et tous ceux qui sont allés sur place nous ont dit : "C'est fou tout ce qu'on a découvert."»
L'événement À la rencontre des grands chefs prendra la forme d'une grande dégustation ouverte, durant laquelle les 11 créations gastronomiques seront à l'honneur. 
Les plats d'inspiration autochtone seront également offerts du 25 août au 3 septembre dans les établissements respectifs de chaque chef cuisinier.
Les nations et leurs chefs
Stéphane Modat (restaurant Le Champlain et Bistro Le Sam) et la nation inuite
Frédéric Cyr (directeur culinaire au Château Frontenac) et la nation crie
François Blais (Bistro B) et la nation naskapie
Arnaud Marchand (Chez Boulay) et la nation mohawk
Steve Bissonnette (La Sagamité) et la nation abénakise
Ashton Leblond (Chez Ashton) et la nation malécite
Christophe Sécher (Le Conti) et la nation atikamekw
Marie-Chantale Lepage (chef au MNBAQ) et la nation algonquine
Luc Ste-Croix (La Bûche et Bello) et la nation huronne-wendat
Nikolas Couture (Louise Taverne bar à vin) et la nation micmaque
Dominic Jacques (Chez Rioux et Pettigrew) et la nation innue