Le DystopiA, nouveau resto au nom… prédestiné?

Le chef Ludovic Normand et ses trois associés ne prévoyaient évidemment pas ouvrir en pleine pandémie lorsqu’ils élaboraient le concept de leur futur restaurant en janvier dernier. Mais en nommant leur établissement Le DystopiA, qui se voulait «un contraste avec notre offre de nourriture fraîche, pleine de soleil», le quatuor a ensuite réalisé que ce nom collait tout de même un peu à la réalité…

Selon le dictionnaire Larousse, une dystopie est «une société imaginaire régie par un pouvoir totalitaire ou une idéologie néfaste, telle que la conçoit un auteur donné». On n’en est évidemment pas là! Mais reste que la crise de la COVID-19 aura chamboulé bien des choses dans notre quotidien et forcé tout un chacun à restreindre ses activités pour respecter les directives.

Ouvert début avril, Le DystopiA s’est lancé dans un menu pour emporter et en livraison en attendant de pouvoir déployer pleinement le concept imaginé par ses propriétaires. Le restaurant est situé dans le Vieux-Port, au 299, rue Saint-Paul — dans le local occupé auparavant par La Pizz, qui conserve son enseigne à la place Royale. 

La façade du DystopiA en temps de pandémie

Dès mardi le 16 juin, on proposera une «version hybride» avec un dernier «menu COVID» — c’est comme ça que l’équipe a nommé ses menus pour emporter, signale le chef Normand — qui pourra aussi être dégusté en salle ou sur la terrasse selon les mesures en vigueur. Cinq plats, deux entrées et deux desserts, qui puisent leur inspiration de divers pays.

On espère proposer la première carte saisonnière début juillet, signale Ludovic Normand, précisant qu’elle rassemblera des grands classiques des pubs du monde, dans une version plus bistro. L’idéologie «de la ferme à la table» est également mise de l’avant par les propriétaires, qui veulent faire affaire le plus possible avec des producteurs locaux pour offrir des aliments frais et de saison. 

Parmi les 11 choix à la carte, en plus du menu du jour, on retrouvera notamment du lapin provenant des Lapins d’Efrafa, propriété de l’une des associés dans le resto. 

Le DystopiA fera aussi quelques clins d’oeil à des oeuvres dystopiques : un premier exemple est le numéro de téléphone de l’endroit qui se termine par 1984, référence au roman de George Orwell!

Info : restaurant Le DystopiA sur Facebook