Ann-Rika Martin, de Lévis, a remporté la finale des Chefs!, lundi soir, lors d'une dernière émission enlevante et forte en émotions. Elle est ici félicitée par un autre finaliste, Romain Abrivard.  

La victoire d'Ann-Rika aux Chefs! attire les curieux au resto de sa maman à Lévis

«Mettons que c'est une journée spéciale, on va se le dire...»
Au lendemain de la finale des Chefs!, qui a vu sa fille Ann-Rika Martin remporter les grands honneurs, sa mère, Odette Boulay, a vu passer beaucoup de monde dans son café relais O'Ravito, à Saint-Romuald. À deux coups de pédale du parcours des Anses, l'endroit est le point de chute de plusieurs cyclistes à la recherche d'un smoothie ou d'un sandwich susceptible de leur insuffler de la force dans les mollets.
«Il y a eu beaucoup de nouveaux clients, mais aussi beaucoup d'habitués qui sont passés la féliciter, explique-t-elle, enthousiaste. Nous avons une communauté de cyclistes assez assidue et tout le monde connaît Ann-Rika. Elle est venue faire un p'tit tour mais elle a dû quitter pour des entrevues.»
Mère de trois autres enfants, Mme Boulay n'a appris que lundi soir, en même temps que les 700 000 fidèles de l'émission, la victoire de sa fille qui pouvait enfin se libérer de son secret, elle qui tenait sa langue depuis le 9 mai. Pour l'occasion, la gagnante de 27 ans se trouvait à l'Auberge Saint-Antoine, où elle a déjà travaillé, en compagnie de sa famille et de plusieurs amis, au total quelque 75 personnes.
«Je commençais à m'en douter légèrement...», lance Mme Boulay, en cherchant à déchiffrer les allusions de sa fille, ici et là, au cours des dernières semaines.
Le café relais O'Ravito, à Saint-Romuald
Comme la pomme ne tombe jamais loin de l'arbre, Ann-Rika, tout comme sa soeur et ses deux frères, a appris les rudiments de la cuisine auprès de sa mère. «J'ai toujours beaucoup cuisiné et je les ai toujours laissés faire. Je me suis toujours dit que tu ne peux pas ne pas être bon en cuisine dans la vie.»
Déjà, vers 14 ans, alors qu'elle travaillait comme commis au Petit cochon dingue, dans le quartier Petit Champlain, Ann-Rika avait fait part de son désir «de faire le saut en pâtisserie», annonce prémonitoire du poste qu'elle occupe aujourd'hui à La Planque, dans Limoilou.
Audace
Pour Mme Boulay, la grande qualité professionnelle de sa fille est son audace devant les fourneaux. «Elle n'a pas peur de se tromper. Elle teste beaucoup et se donne le droit à l'erreur. Elle travaille bien en équipe aussi et n'a pas peur de la critique.»
Pour la suite des choses, une fois la poussière retombée, Mme Boulay verrait d'un bon oeil que sa fille travaille avec elle au café de la Rive-Sud. «Ce serait bien qu'on fasse équipe ensemble, mais jamais je vais lui demander ou l'obliger. Ann-Rika aime énormément voyager et elle ne veut pas arrêter de se former.»