La taverne irlandaise Le Trèfle Limoilou a enfin ouvert ses portes au 699, 3e Avenue.

La taverne irlandaise Le Trèfle Limoilou enfin ouverte

On l’attendait, on l’attendait, mais le bar Le Trèfle Limoilou se faisait aussi rare qu’un véritable trèfle à quatre feuilles. Votre patience est maintenant récompensée, puisque la taverne irlandaise vient tout juste d’ouvrir ses portes.

En avril 2018, Le Soleil publiait que ce pub – troisième succursale du nom après Hochelaga et Verdun – allait lancer ses activités au cours de l’année. Quinze mois plus tard, on se demande d’où venait ce retard, d’autant plus que l’établissement était attendu. 

«On est des picosseux. On prend notre temps. On s’arrête à chaque petit détail parce qu’on veut que ce soit parfait», explique Rémi-Pierre Paquin, le comédien (Bidou Laloge dans Les pays d’en haut, Rémi dans Les Invincibles) qui fait partie des six copropriétaires de l’entreprise. «Et c’est quoi attendre quelques mois quand on travaille en se disant que ça peut durer très longtemps, des années?»

L’attente est donc terminée, puisque l’établissement de près de 100 places situé dans un nouvel immeuble au coin de la 3e Avenue et de la 7e Rue, ancienne adresse de Fourrures Falardeau, vient de procéder à son ouverture sans battage publicitaire. «On ouvre sans trop le dire. Les gens passent devant, viennent se pointer le nez à travers la porte, voient qu’on est ouvert et entrent. Tout simplement.» Question que le voisinage puisse s’approprier le bar.


« On est des picosseux. On prend notre temps. On s’arrête à chaque petit détail parce qu’on veut que ce soit parfait. Et c’est quoi attendre quelques mois quand on travaille en se disant que ça peut durer très longtemps, des années? »
Rémi-Pierre Paquin, le comédien qui fait partie des six copropriétaires du Trèfle Limoilou

En effet, la recette du Trèfle – et son espoir pour son commerce dans Limoilou – est de créer une ambiance de pub de quartier, comme on en trouve en Europe, en Irlande et en Angleterre plus particulièrement.

«On s’est inspiré de ce quartier émergent, ancien quartier ouvrier, qui a une belle vie de quartier. On a toujours voulu que des gens de 20 à 70 ans viennent tout naturellement pour prendre une bière, bien manger et avoir du plaisir. Et on se rend compte que c’est ce qui arrive dans nos autres bars. Alors pour nous, c’était tout naturel de venir dans Limoilou», dit M. Paquin, un homme de la Mauricie qui a déjà habité Québec.

Bouffe, musique, boissons et décor

Alors, que mange-t-on au Trèfle? Ce sont des assiettes «plus relevées que de la simple cuisine de pub», sans toutefois renier les classiques du genre. Ainsi se croisent dans le menu fish and chips et stew irlandais (ragoût) ainsi que tartares et tacos de poisson.

«On a beaucoup de monde qui ont d’abord commencé à triper sur la bouffe, promettait M. Paquin l’an dernier. On a des plats à l’ardoise, un menu d’été… On offre une cuisine irlandaise, mais sans être puriste. À Québec, on va partir avec notre menu best of de Montréal et on verra.»

L’attente est terminée : l’établissement de près de 100 places situé dans un nouvel immeuble au coin de la 3e Avenue et de la 7e Rue, ancienne adresse de Fourrures Falardeau, vient de procéder à son ouverture sans battage publicitaire.

Comme pour la musique d’ailleurs. Y aura-t-il des groupes live sur place? Pas pour commencer, mais peut-être un jour. On s’adaptera aux vœux de la clientèle, assure-t-on. «On va mettre de la bonne musique! Je passe pas mal de temps à faire des listes de lectures pour que l’ambiance soit bonne. C’est tellement important!», insistait M. Paquin.

Et pour ceux qui ont envie d’étancher leur soif – c’est une taverne irlandaise après tout –, on propose 32 lignes de bière en fût, une centaine de bières, une autre centaine de whiskys, de bourbons et de scotchs, vins, cocktails, etc. Faits au Québec comme à l’étranger.

Quant au décor, on mise sur l’ambiance rustique d’une «vieille taverne» : deux pièces d’antiquaire datant de 1850 derrière le grand bar, de vieux matériaux, des boiseries, une devanture en bois avec de grandes fenêtres qui donnent sur la terrasse, etc. Même le vieux loup empaillé qui ornait la vitrine de Fourrures Falardeau – et qui avait été rescapé des flammes en 2014 – a été retrouvé et ajouté au décor, photo historique du pompier salvateur en prime!

«On crée selon les lieux, on s’inspire de la place. C'est une belle job de construction, avec une âme», dit M. Paquin.

Adresse : 699, 3e Avenue, Limoilou.

Info : trefle.ca et @letreflelimoilou sur Facebook.

Vous ouvrez un commerce, lancez un produit ou organisez un nouvel événement? Vous avez des idées ou des suggestions pour Le Mag? On veut le savoir! Écrivez-nous maintenant à lemag@lesoleil.com.