Le parc Jean-Paul L’Allier, dans le quartier Sait-Roch

Cuisine de rue: Saint-Roch dans la mire

Les propriétaires de camions-restaurants souhaitent pouvoir s’installer sur la rue Saint-Hélène près du parc Jean-Paul L’Allier. Ainsi, le concept de «cuisine de rue» prendrait tout son sens, soutient l’un d’eux.

Les quatre participants à la seconde année du projet pilote ont déposé mercredi leur menu pour le prochain été aux représentants de la Ville de Québec. Le propriétaire de La Zèbre mobile du Côtes-à-Côtes, Nicolas Lavigne, affirme que les camions doivent avoir le droit de stationner au centre-ville, sans quoi le projet n’a rien de la cuisine de rue.

«Nous avons déposé cette demande et nous avons senti de l’ouverture. Je suis confiant. C’est le principe du projet pilote. Nous devons tester la formule en ville», explique-t-il.

En 2017, les camions étaient essentiellement confinés à des parcs en banlieue (la base de plein air de Sainte-Foy, le parc de la plage Jacques-Cartier, le secteur de l’étang de la Côte, dans Beauport, le domaine Maizerets et le parc Victoria). 

Succès mitigé pour cette première expérience. Tellement, que seulement quatre des sept camions retenus au départ ont terminé le projet à l’automne. Les consommateurs n’étaient pas toujours au rendez-vous même si les restaurateurs roulants annonçaient leur présence. De plus, les camions étaient souvent absents à cause de leur participation à des événements privés et dans des festivals, beaucoup plus rentables.

Pour cette seconde année, la Ville a accepté de bonifier le projet de diverses façons. Mais pour M. Lavigne, il manquait toujours l’élément essentiel de la «rue». Il a réitéré jeudi ce qu’il avait déjà confié au Soleil. «Dans la démarche du projet pilote, on doit en profiter pour essayer certains sites plus près du centre-ville. C’est en faisant un essai qu’on va pouvoir tirer des conclusions.»

Il dit comprendre les craintes de certains restaurateurs, mais considère les camions-restaurants comme une offre complémentaire plutôt que comme des concurrents aux établissements qui ont pignon sur rue. 

M. Lavigne envisage d’un bon œil l’ajout de la rue Saint-Hélène. Pour lui, c’est un endroit idéal, situé un peu en marge des artères commerciales, entre deux espaces verts, le parc Jean-Paul L’Allier et Place de l’Université du Québec. Il croit que ça pourrait encourager d’autres propriétaires d’un camion-restaurant à participer à la seconde année du projet lorsque la Ville lancera, possiblement en avril, un nouvel appel d’intérêt.

Les restaurateurs lorgnaient également le parc John Muhn près de la Barberie et un autre, dans le secteur du marché public de Sainte-Foy.

Questionné en marche d’une séance du conseil de la Communauté métropolitaine de Québec vendredi, le maire Régis Labeaume n’a pas voulu commenter l’intérêt des restaurateurs pour le jardin Jean-Paul L’Allier.