Le chef Arnaud Marchand, de Chez Boulay bistro boréal, compte ouvrir un nouveau restaurant le printemps prochain, rue Saint-Jean intra muros, dans le local occupé jusqu’à l’automne dernier par Mikes.
Le chef Arnaud Marchand, de Chez Boulay bistro boréal, compte ouvrir un nouveau restaurant le printemps prochain, rue Saint-Jean intra muros, dans le local occupé jusqu’à l’automne dernier par Mikes.

Arnaud Marchand ouvrira un nouveau resto dans l'ancien Mikes de la rue Saint-Jean

Normand Provencher
Normand Provencher
Le Soleil
Le chef Arnaud Marchand, de Chez Boulay bistro boréal, compte ouvrir un nouveau restaurant le printemps prochain, rue Saint-Jean intra muros, dans le local occupé jusqu’à l’automne dernier par Mikes. Pandémie oblige, son projet a été retardé de quelques mois. Plus que jamais, le jeune entrepreneur croit au potentiel commercial du Vieux-Québec.

Joint par Le Soleil, Arnaud Marchand a refusé d’entrer dans les détails, pas même le nom retenu. «On a travaillé énormément sur le projet. Je veux garder la surprise parce que ça va être un restaurant vraiment particulier. On va faire quelque chose de sérieux où les gens vont pouvoir se détendre et passer un agréable moment.»

Tout au plus s’est-il avancé à dire que l’établissement jouera un «rôle éducatif», de la même façon que Chez Boulay bistro boréal le fait avec les produits de la forêt boréale, et Les Botanistes, dans la façon de mettre en valeur les légumes. Arnaud Marchand «donne un coup de main» à cet établissement de la rue Jules-Verne, à Sainte-Foy.

L’ancien participant de l’émission Les Chefs! (2010) est associé avec un membre de sa brigade actuelle dans cette nouvelle aventure. À l’heure actuelle, l’ancien local de Mikes, fermé depuis novembre, est vide. «On avait commencé les travaux, mais tout a été mis en mode pause par la pandémie. S’il y a une rechute, on ne veut pas prendre de risques tout de suite. On a plutôt cherché à sécuriser nos établissements. On va être prêts pour le printemps prochain car on ne veut pas le mettre sur la glace trop longtemps. C’est un bébé qu’on a hâte de voir naître.»


« La rue Saint-Jean s’est beaucoup renouvelée ces dernières années. Il y a une vague de très bons restaurateurs et on va continuer à travailler dans cette continuité. On va ajouter une pierre à l’édifice pour faire vivre notre Vieux-Québec parce qu’il a beaucoup d’attraits »
Le chef Arnaud Marchand

Malgré la pandémie, Arnaud Marchand se dit très satisfait de la saison estivale jusqu’à maintenant à son restaurant. Les affaires ont marché rondement en dépit d’une reconfiguration des lieux pour s’adapter aux mesures de distanciation. Les heures d’ouverture ont également été revues, avec deux jours de fermeture complète par semaine.

«On est extrêmement satisfait de notre été, au-delà de ce qu’on pouvait espérer», même si le chiffre d’affaires a diminué grosso modo de 40 % par rapport à l’été dernier, mentionne-t-il. «Les gens ont répondu présents. On s’est donné une chance pour maximiser nos soirées. Mon maître d’hôtel a fait fabriquer des patchs où l’on voyait le visage de chaque serveur, avec le sourire. Chacun a mis ça sur son tablier. On a cherché des moyens de rendre ça drôle, malgré les visières et les masques. Il faut savoir se réinventer.»

Le jeune chef compte ouvrir son établissement «sur une plus large période» dans les prochains mois, peut-être même les midis dans l’espoir de reconquérir la clientèle d’affaires. Quoi qu’il en soit, il nourrit de grands espoirs pour le Vieux-Québec malgré la baisse d’achalandage touristique.

«La rue Saint-Jean s’est beaucoup renouvelée ces dernières années. Il y a une vague de très bons restaurateurs et on va continuer à travailler dans cette continuité. On va ajouter une pierre à l’édifice pour faire vivre notre Vieux-Québec parce qu’il a beaucoup d’attraits.»