Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Restaurants

Une brûlerie-bistro s’installe à Beaupré

Un commerce touche-à-tout se prépare à recevoir ses premiers clients dès le 31 octobre, à Beaupré. BAM Café sera une brûlerie, un bistro, un service au volant, un espace pour les familles et enfants, le tout en respectant des valeurs écoresponsables.

L’entreprise est le bébé de Lorène Lenglart et de Mehdi Khardouche, deux Français établis au Québec depuis une décennie. «Je sortais de congé de maternité et cherchais une façon de rester près de nos deux enfants (4 et 2 ans), explique Mme Lenglart. On a regardé ce qui manquait autour de nous et on s’est dit qu’une brûlerie-bistro était parfaite pour nous et pour l’endroit!»

Bientôt à boire : 15 choix de cafés torréfiés sur place, deux décafs et des thés de Camellia Sinensis.

Bientôt à manger : sandwichs, soupes, salades, viennoiseries et pâtisseries. Les cafés comme le menu sont appelés à changer au rythme des saisons, avec des inspirations tirées de tous les continents. BAM signifie «brûlerie autour du monde», après tout!

En plus, il y aura un service de commande à l’auto ainsi qu’une cabane où les petits pourront s’amuser sans inquiéter les parents. Le café est aussi vendu en vrac. Les clients peuvent donc apporter leurs contenants et tasses réutilisables.

Adresse : 10 974, boulevard Sainte-Anne, juste avant de tourner vers le Mont-Sainte-Anne.

Infos : @BAMCafe sur Facebook

Restaurants

L’Œufrier éclora bientôt à Québec

Il y a longtemps que la chaîne de restaurants de déjeuners L’Œufrier cherchait à s’établir dans la capitale. Ce sera chose faite après les Fêtes, puisqu’une succursale devrait ouvrir ses portes au coin de l’avenue Chauveau et du boulevard de l’Ormière en janvier 2020.

«Québec est un gros marché potentiel, mais on attendait de trouver les bons franchisés. On voulait des gens locaux qui connaissent bien Québec et la restauration, car on mise tout sur l’expérience client», explique Pedro Medina, président de la compagnie bien connue à Montréal qui récoltera 30 millions $ de chiffre d’affaires en 2019. C’est finalement la famille Serré de Gestion Afiniti qui sera chargée de développer le marché de la capitale.

«Notre concept est bâti pour Québec : nos déjeuners sont twistés, créatifs, élaborés, ajoute-t-il. On ne trouve notre style nulle part ailleurs, et notre design et notre menu seront uniques et adaptés à Québec.»

D’ailleurs, le nom des plats inscrits à la carte fait inévitablement sourire. Ainsi, on trouve des assiettes baptisées «Eh boy, le taux de change fait mal» (mac and cheese), «Lucile part en camping» (guédille), «El Chapo en Cadillac au Rona» (smoothie en bol), «MTL écrase les Bruins» (grilled cheese), «Régis en diète pour le carnaval» (omelette au smoked meat), «Le jambon, la brute et le truand» (omelette), l’assiette «En doute, on blâme la sous-ministre» et le bagel «Le retour des Nordiques, peut-être!». À surveiller…

Adresse : 9030, boulevard de l’Ormière (près du Chocolats Favoris)

Infos : loeufrier.ca

Restaurants

Jamais deux brunchs sans trois…

On vit clairement à l’ère du brunch. En plus de faire courir les instagrammeurs, ce copieux déjeuner-dîner du week-end est tout simplement délicieux! C’est sans doute pourquoi de si nombreux restos dévoilent leurs menus «brunch» ces jours-ci. Voici trois suggestions pour préparer vos fins de semaine.

D’abord, le Chaz de l’avenue Maguire lance demain (le 20 octobre) ses brunchs du dimanche, de 8h à 13h. «Un menu de 15 plats maximum qui reprendra les classiques avec notre touche d’originalité, des produits frais locaux et une belle place pour les mimosas», promet la gérante de plancher Camille St-Laurent.

Plutôt envie d’un gourmand déjeuner à l’irlandaise? Le pub Le Trèfle dans Limoilou offre depuis peu des brunchs tous les samedis et dimanches, entre 10h et 15h. Au menu : le véritable Full Irish Breakfast ainsi que le classique 2 œufs, jambon, bacon, creton, fèves au lard et patates, entre autres.

Pour finir, le restaurant Les Arrivages du Grand Marché de Québec propose aussi son menu «déjeuner», de 8h30 à 12h la fin de semaine et jusqu’à 11h le reste du temps. Au menu : sandwich, assiette classique, cassolette, gaufres, entre autres.

Régal

Le Voisin: simple et funky

CRITIQUE / Chez Le Voisin, on ne s’enfarge pas dans les fleurs du tapis. On mange bien, on boit heureux et on sourit, tout ça dans un splendide décor qui a le don d’apaiser.

C’est peut-être à cause de l’abondance de bois blond, des chaleureux murs de briques ou des touches de bleu sarcelle. Ou l’effet d’un aménagement feng shui? Qui sait. Toujours est-il que quand j’entre dans cette petite salle de la rue Saint-Joseph, je respire mieux. Une table haute pour deux, près d’une fenêtre? Ce sera parfait.

À la suite de nombreux commerces et restaurants ayant vécu une brève existence dans ce local, le resto-buvette Le Voisin est venu bonifier l’offre culinaire de Saint-Roch à la fin de l’été 2017. Propriété d’une jeune équipe féminine (Mélina et Coralie Paradis et la sommelière Pascaline Gouin), l’endroit propose, dans une ambiance sans prétention, une cuisine qui réussit le pari de combiner simplicité et raffinement, tout en sortant des ornières, entre autres grâce aux saveurs du monde. Simple et funky, résumais-je en titre, comme dans la chanson d’Alliance Ethnik. Aux commandes des fourneaux depuis l’hiver dernier: Maude Desroches, anciennement au Pied bleu et au Monastère des Augustines.

En plus de quelques snacks, la carte compte 10 plats à partager, chauds et froids (dont plusieurs végétariens), mettant à l’honneur des produits d’ici. Même si le canard fumé et sapin baumier ou les ris de veau aux épices berbères nous taquinent les glandes salivaires, mon amie Catherine et moi nous tournerons justement vers du végétal… et du marin.

En toute délicatesse

L’incontournable entrée de choux-fleurs frits, qui ne quitte jamais le menu fluctuant, arrive vite pour tenir compagnie à un verre de picpoul de Pinet Gérard Bertrand et à un «Verger pétillant», cocktail composé de nectar de poire, mousseux, fleur de sureau, miel et citron. Pas trop sucré, comme j’aime. Fraîchement récolté dans un champ québécois, le légume, vert tendre et gorgé de saveur, se décline en fleurons aux têtes bien brunies, et est garni de copeaux de parmesan, de pousses et de grains de grenade. Avec la mayo au citron, c’est le bonheur.

Défileront ensuite quatre plats à partager d’une belle délicatesse d’exécution. Le premier, un carpaccio de tomatillos, s’avère le moins intéressant, malgré qu’il soit très agréable à l’œil. Ses accents mexicains sont loin d’être vilains (guacamole, vinaigrette avocat, lime et coriandre, piments poblanos marinés), mais l’assiette ne crée pas les étincelles espérées.

Restaurants

Les Mordus, la future «brasserie du coin» du Clarendon

Le futur restaurant situé dans l’Hôtel Clarendon a désormais un nom, un look et de grandes ambitions. L’établissement s’appellera Les Mordus, proposera son menu de poissons et fruits de mer dans un décor classique inspiré de la France et caresse le rêve de devenir «la nouvelle brasserie du coin».

Les Mordus prévoit dévoiler ses 6000 pieds carrés rénovés au début de décembre (le 2 ou le 3, vise-t-on). Son prédécesseur avait été la proie des flammes en janvier 2019. L’endroit était demeuré fermé depuis. Mais même si l’établissement est à l’intérieur de l’hôtel centenaire, il conservera une certaine indépendance. D’ailleurs, son entrée principale sera située au coin des rues des Jardins et Sainte-Anne.

Restaurants

Pizzeria d'Youville devient Cochon Dingue

Il y aura un sixième Cochon Dingue à Québec. Le groupe Restos Plaisirs a acquis le restaurant Pizzeria d’Youville à quelques pas de la porte Saint-Jean.

«Nous cherchions depuis longtemps à nous établir sur la rue Saint-Jean, une des artères les plus animées de Québec au cœur de nombreuses activités culturelles et événementielles de la ville», souligne Pierre Moreau, président-directeur général de Restos Plaisirs.

Les propriétaires de Pizzeria d’Youville, Stamatios Grigorakakis et Antonio Sarailis, ont décidé de prendre leur retraite après un partenariat d’affaires de plus de 45 ans. «Nous avons eu plusieurs offres. Nous avons préféré celle de Restos Plaisirs, car nous avions confiance en cette entreprise et en sa capacité à maintenir une offre de restauration de qualité adaptée à la clientèle de la rue Saint-Jean», mentionnent les deux associés.

Pizzeria d’Youville cessera ses opérations à la fin du mois de décembre. Le nouveau Cochon Dingue devrait ouvrir ses portes au printemps 2020 après un investissement d’environ 2 millions $. 

Restaurants

Des desserts du Quarante 7 signés Gaël Vidricaire [PHOTOS]

Les desserts du Quarante 7 sont désormais saupoudrés d’un soupçon de prestige. En effet, la chef pâtissière de l’année au Québec, Gaël Vidricaire, signe maintenant une partie de la carte sucrée du restaurant du quartier Montcalm.

(Note : si vous êtes pressés de voir les desserts, c'est au bas de la page que ça se passe…)

Les copropriétaires de la bannière jadis nommée 47e Parallèle, Joseph Sarrazin, Yvan Ouellet et Harold Slater, ont souvent collaboré avec elle à l’occasion de Bordeaux fête le vin. L’approche pour enrôler une recrue de sa trempe s’est donc faite aisément.

«On a une belle dynamique et beaucoup de plaisir à travailler ensemble. Quand on m’a demandé si j’étais intéressée à faire des desserts pour eux dans une collaboration à long terme, la réponse a été spontanément oui, sans hésitation, raconte Mme Vidricaire. Nos commerces sont proches physiquement, dans le même quartier, et nos clientèles sont assez voisines, alors ça me paraissait assez facile et évident comme réponse.»

Cette collaboration représente un bon compromis pour tous, assure-t-on, en plus de tomber à point pour le restaurant. «J’ai perdu ma pâtissière début septembre et le manque de main-d’œuvre se fait sentir, donc tant qu’à trouver et former quelqu’un, on a plutôt décidé de parler à Gaël, avec qui on collabore depuis longtemps. Elle a accepté de faire des desserts pour nous et voilà, tout est parti!» explique M. Sarrazin, chef copropriétaire.

À LIRE AUSSI :
Gaël Vidricaire, chef pâtissière de l’année au Québec
Une pétillante pâtissière
Nouveau nom, nouveau décor pour le 47e Parallèle
Coup d’éclat pour (re)séduire la clientèle

Ces mets ne se retrouveront toutefois pas sur les tablettes de la pâtisserie de Mme Vidricaire, située au 200, rue Crémazie Ouest, à Québec (à l’angle de l’avenue Bourlamarque). Le menu a été conçu spécifiquement pour le resto, quoique les clients pourront trouver chez elle des produits «sous le même thème».

«Ce sont deux types de pâtisseries différentes, celle de restaurant et celle de boutique, au niveau de la confection et du service, indique-t-elle. On a développé une gamme qui répond aux besoins de la restauration, mais en ligne avec la construction des desserts, l’agencement des parfums et la présentation des textures qui rejoignent l’essence de ce que nous sommes.»

Quatre desserts au menu

Passons donc aux choses importantes : le menu, baptisé «les desserts de Gaël». Mme Vidricaire propose quatre nouveaux plats parmi la carte automnale du restaurant.

D’abord, le Miss América : une crème au fromage frais avec caramel coulant à l’érable au cœur, dentelle de crêpe maison, zeste de citron, glace à la fève de tonka. «C’est vraiment bonheur!» décrit la chef.

Restaurants

Sardines: plats frais et chaleur humaine

CRITIQUE / Comme son aînée la Buvette Scott, le tout récent Sardines gâte nos papilles, mais nous fait surtout l’honneur de nous recevoir avec égards et chaleur.

Que faut-il pour qu’un repas au restaurant soit réussi sur toute la ligne? Selon moi, trois éléments: bonne bouffe, ambiance agréable, service sympathique et informé. Les adresses qui accomplissent ce tour du chapeau? Elles sont rares. Principalement en raison du troisième critère. Il n’y a pas grand-chose qui me déplaît plus, quand je sors manger dans un endroit «à la mode», que d’être reçue par un serveur (voire un coproprio) qui me donne l’impression qu’il me fait presque une faveur de m’accueillir, moi qui n’appartiens pas à la catégorie de clients jeunes et cool qu’il espère voir affluer.

Ce genre d’irritant ne risque pas d’arriver chez Sardines, sympathique petit établissement tenu par la même équipe que la Buvette Scott, bonifiée de deux nouveaux joueurs. À ces deux adresses du quartier Saint-Jean-Baptiste, une constante : on se sent reçu comme chez un ami. Même que si c’est Dave, l’un des cinq associés, qui vous accueille, il le fera avec une vigoureuse poignée de main, en vous appelant par votre petit nom, s’il vous a déjà vu quelques fois.

Cet enthousiasme authentique me ravit. L’équipe paraît contente qu’on l’ait choisie, et nous le rend bien. Souriants, avenants, ses membres prennent le temps de discuter, s’informent de nos goûts, y vont de suggestions pertinentes et détaillées. Dans ces circonstances, la nourriture pourrait être ordinaire que ça ne gâcherait presque pas l’expérience.

Sauf que, sur ce plan aussi, la gang de Sardines excelle, au fil d’une carte courte (six plats petit format), mais bien garnie en réussites. En prime, on peut commander des huîtres, des olives, des fromages, des charcuteries ainsi que des sardines en conserve (du commerce, pour l’instant, mais un projet maison est sur les rails).

Bonheurs de saison

Assis sur la banquette moutarde qui apporte du punch à la déco style méditerranéen recyclé de ce joli local d’environ 25 places, David et moi passons un moment comme je les aime, dans une ambiance relax, aiguillés avec ferveur par Samuel (lui aussi un associé) dans les options liquides. Il y a ici de bien bonnes bières, et des surprises, comme cet inusité robinet tchèque qui génère une mousse onctueuse. Servie en version mlíko (qui signifie «lait»), la lager Bingo Pivo (Les Grands Bois, Saint-Casimir) revêt une forme inédite, légère et délicieuse, proche du milk shake.

Restaurants

Destination… gastronomie!

Lorsque vous planifiez un voyage, est-ce que l’expérience culinaire fait partie de vos priorités?

C’est, semble-t-il, le cas pour bon nombre de Québécois! En effet, selon un récent sondage mené pour OpenTable et Kayak, plus du quart des Québécois (27%) font des recherches de restaurants dans un autre pays avant de réserver leur vol, et 20% ont réservé des vacances pour pouvoir aller à un restaurant qu’ils aimeraient essayer. 

Ce sondage, effectué en août auprès d’adultes canadiens, dresse un portrait pour l’ensemble du pays et par province, et permet de nous comparer à nos voisins du sud. Les Canadiens sont 38% plus susceptibles que les Américains de réserver un voyage basé sur l’offre culinaire, selon les données recueillies*.

Signalons aussi que les Canadiens ont le palais aventureux: 74% d’entre eux affirment qu’ils préféreraient essayer quelque chose de nouveau et de local plutôt qu’un repas familier afin de découvrir la culture d’une ville. C’est le cas également pour 75% des Québécois, mais c’est dans les provinces maritimes que les gens sont les plus ouverts au dépaysement dans l’assiette en voyage: 82% à Terre-Neuve-et-Labrador et 79% au Nouveau-Brunswick.

Alimentation

Un parfum du Maghreb sur Cartier

Les cuisines de la Méditerranée et du Maghreb ont tout pour plaire. Avec leurs plats riches et réconfortants ainsi que leurs épices envoûtantes, elles sont appréciées partout sur la planète. Et l’avenue Cartier ne fait plus exception: Mansour Délices du monde, une épicerie avec comptoir de restauration, y a ouvert ses portes il y a quelque temps.

Sur les tablettes de l’épicerie, tous les ingrédients classiques de cette région du globe: huiles d’olive, épices, couscous, falafels, etc.

Au comptoir, le propriétaire Abdellah Bouchakour (chef du défunt resto marocain Chez Amira sur Saint-Jean) propose chichetaouks, shawarmas, falafels, galettes libanaises et… de la pizza!

Adresse: 969, avenue Cartier, à Québec (à deux pas du Métro Cartier).


À LIRE AUSSI : Vous voulez en savoir plus sur l'alimentation? Lisez toutes nos nouvelles sur le sujet ici!

Restaurants

Musso & Frank: le restaurant des stars à Hollywood fête son centenaire

LOS ANGELES — De Charlie Chaplin à Quentin Tarantino, la plupart des stars d’Hollywood ont fréquenté le restaurant Musso & Frank à Los Angeles, établissement qui a lui aussi fini par entrer dans la légende du cinéma et a fêté vendredi son centenaire.

Le restaurant se targue de traiter clients inconnus et vedettes aussi bien les uns que les autres, mais il avoue avoir fait une exception quand Tarantino est venu demander une faveur. Pour son dernier film, Il était une fois à Hollywood, le réalisateur voulait privatiser l’établissement cinq jours durant, le temps de filmer Leonardo DiCaprio, Brad Pitt et Al Pacino en train de déguster whisky sour et Bloody Mary accoudés à son bar mythique.

«Nous n’avions jamais fermé le restaurant pour quelque film que ce soit. Mais lorsque Quentin est venu nous voir et nous a dit ce qu’il envisageait, on voulait vraiment en faire partie», a expliqué Mark Echeverria, propriétaire du restaurant qui a célébré vendredi son 100e anniversaire.

«On aime Quentin à la vie, à la mort. Il vient depuis un bon bout de temps», dit-il.

Musso & Frank, situé sur le célèbre Hollywood Boulevard, est l’un des nombreux lieux historiques qui ponctuent le film de Tarantino, ode à son enfance dans le Los Angeles des années 60.

Restaurants

Le Moine Échanson annonce sa fermeture

Précurseur à Québec, le «bistro à vin» Le Moine Échanson profite de sa journée anniversaire pour annoncer sa fermeture après 13 ans d’activités sur la rue Saint-Jean. L’établissement accueillera la clientèle pour la dernière fois le 7 octobre.

Le propriétaire du Moine Échanson, le sommelier Bertrand Mesotten, a fait l’annonce de la fermeture sur la page Facebook du restaurant, vendredi. «Après en avoir longuement discuté avec l’équipe, nous avons décidé que la meilleure solution est de cesser les activités du Moine Échanson», écrit M. Mesotten, précisant qu’il s’agit d’une «décision d’affaires» et non d’une faillite. 

«Au fil des ans, le Moine Échanson a été précurseur dans bien des domaines. Il a entre autres contribué à la découverte des vins naturels et a été l'un des premiers au Québec à tracer le chemin du mouvement de la bistronomie.

«De plus, nous avons été novateurs, en intégrant une compagnie d'importations de vins à un concept de restauration. Il aura par ailleurs été un lieu important pour faire avancer le dossier du vin pour emporter.

«C’est donc la tête haute et avec le sentiment du devoir accompli, que nous fermerons nos portes le lundi 7 octobre», indique M. Mesotten, ajoutant qu’il se consacrera dorénavant aux Importations du Moine, «qui sont plus dynamiques que jamais», tout en souhaitant passer davantage de temps avec sa famille et «laisser germer d’autres projets». 

Restaurants

Du rosé pour la lutte contre le cancer du sein

Octobre, c’est le mois de la sensibilisation au cancer du sein. Si plusieurs arborent le ruban rose pour l’occasion, les propriétaires du restaurant Petits Creux Corsica Origina, sur l’avenue Cartier, ont plutôt choisi de mettre de l’avant leurs vins rosés.

Durant tout le mois d’octobre, pour chaque bouteille de vin rosé vendue au restaurant, un montant de 5 $ sera remis à la Fondation du CHU de Québec spécifiquement pour la lutte contre le cancer du sein, qui est le type de cancer le plus répandu chez les femmes au pays et touche une Canadienne sur huit, selon la Société canadienne du cancer. 

Une belle façon de contribuer à la cause et de découvrir l’un des quatre rosés provenant de Corse chez Petits Creux. 

Pour info : www.petitscreux.corsica

Le Mag

Nouveau Joker Pub Ludique à Lévis : de la bière et des jeux!

Le slogan du Joker Pub Ludique de Lévis est clair : boire, manger et jouer! Ce bistro-pub de 140 places avec terrasse et, bien sûr, des jeux de société à la tonne procède en fin de semaine à son ouverture officielle dans ses locaux situés près des ponts.

La recette est éprouvée : un repas chaud, une bière fraîche et 700 jeux de société à essayer entre amis. La majorité des jeux sont en français; plusieurs sont québécois, indique Éric Cossette, copropriétaire de cette troisième succursale après Drummondville et Longueuil.

«On a senti qu’il y avait un besoin à Lévis pour ce genre d’endroit», dit-il.

Des soirées thématiques sont organisées : quiz, karaoké, 5 à 7, humour, etc. Dans l’assiette : burgers, nachos, pizzas, guédilles au homard, etc. Sans oublier la sélection de bières, de vins et de cocktails.

Adresse : 1190B, rue de Courchevel, à Saint-Romuald (à quelques pas du Costco et du Cochon Dingue).

Info : @JokerPubLevis sur Facebook

Restaurants

La finaliste des «Chefs!» Andrée-Ann Lachance dans la cuisine du Bistro B

Que les fins gourmets se préparent : la chef Andrée-Ann Lachance — connue notamment pour sa participation à la finale de l’émission «Les Chefs!» de 2018 — prendra les commandes de la cuisine du soir au Bistro B, en début de semaine.

Celle qui fêtera dans quelques jours son 30e anniversaire a joint les rangs du restaurant de l’avenue Cartier au printemps, après avoir passé quelques années comme chef d’équipe au Ciel! Bistro-Bar tournant. Elle a joint sa nouvelle équipe au début de mois de mai, et œuvrait depuis aux fourneaux le midi.

Restaurants

Bistro La Goulette: l’invitation au voyage

CRITIQUE / Pour s’envoler au bord de la Méditerranée, portés par une brise épicée, on met le cap sur le Bistro La Goulette!

Parmi les nombreuses cuisines du monde, je dois avouer un faible pour celles de l’Inde et du Maghreb. Vous comprendrez que je suis une fan d’épices, surtout quand elles sont si soigneusement agencées qu’elles apportent une profondeur insoupçonnée à un plat. En plus, quoi de plus réconfortant qu’un mets qui embaume le cumin, la coriandre et la cannelle? Quand le blues automnal s’installe, servez-moi un tajine et je serai guérie.

C’est justement par un jeudi soir frisquet qu’Annie, Bénédicte et moi nous attablons au Bistro La Goulette, établi dans Montcalm depuis 2017, après neuf ans dans Limoilou. La déco est plus chic que dans l’ancien local, avec sa tapisserie noire et blanche richement ornementée et ses murs sarcelle qui font rêver de mer et d’embruns. Je trépigne en songeant au tajine qui m’attend, même si je passe près de me laisser séduire par la pastilla au poulet, amandes et cannelle, dont je me suis régalée le printemps dernier. Des keftas? Des brochettes? Ou cet intrigant couseïla, un couscous aux fruits de mer façon paëlla? Je résiste aux tentations et m’en tiens à ma première idée. Seule déception: le serveur m’apprend que le tajine à la cuisse de pintade que je désirais n’est pas disponible. Je me rabattrai donc sur le traditionnel poulet.

Thérapie aromatique

Avant le moment tant attendu, une entrée en matière variée nous met en appétit – en plus de nos pilsners Beirut, dont la fraîcheur houblonnée stimule les papilles. L’«ardoise libanaise» combine diverses entrées froides, parmi lesquelles se démarquent le falafel parfumé de basilic, le houmous onctueux, le baba ganoush à la surprenante saveur fumée (les aubergines passent sur le gril avant d’être réduites en purée), et la salade, très fraîche, de concombre et fenouil. Le tout est servi avec des triangles de pitas et de petits pains ronds. En prime, nous nous partageons un brick à l’œuf. Classique de la cuisine tunisienne, ce chausson est constitué d’une pâte frite – forcément un peu grasse – contenant du thon, de la mozzarella fondue, des câpres, des olives vertes, du persil et un œuf bien coulant. De beaux contrastes de textures.

Restaurants

Halte moderne à Saint-Roch-des-Aulnaies

La Halte de la Seigneurie de Saint-Roch-des-Aulnaies a ouvert ses portes cet été et accueille une nouvelle bannière spécialisée dans la poutine, le restaurant Le Fromageur.

En plus du comptoir et de la boutique, qui met en valeur les produits du terroir, un bar laitier est en installation. L’ambiance moderne se veut «très familiale et dynamique», indique Véronique Savard, directrice d’atelier chez Steve Girard designer.

La firme de Québec a développé l’image complète du Fromageur, dont le décor est fait de bois, de textures rappelant le béton et d’un jaune comme couleur accent. Le bar laitier, très clair, adopte plutôt une thématique crème.

Le promoteur David Duperron et Raphaël Tremblay, de la Fromagerie Port-Joli, sont partenaires dans ce projet situé à la sortie 430 de l’autoroute 20, à Saint-Roch-des-Aulnaies.

Restaurants

Du thon rouge de l’Atlantique sur nos tables

Démocratiser le thon rouge au Canada. C’est la mission que s’est donnée le chef Patrick Dubé, qui pêche lui-même le thon qu’il sert à ses clients pour une quatrième année.

Plus qu’un amateur de pêche, le chef Dubé a à cœur de servir des produits «de chez-nous», et le thon rouge de l’Atlantique en fait partie, plaide-t-il. «C’est un produit de notre terroir. Si nous [les restaurateurs], on ne l’achète pas, il sera pêché et vendu quand même et s’en ira ailleurs, comme à Boston, au New Hampshire et même au Japon», signale-t-il. 

Patrick Dubé rappelle que, contrairement à d’autres endroits dans le monde où l’espèce est menacée, les stocks de thon dans l’Atlantique Nord sont en hausse depuis plusieurs années. «Le jour où les stocks sont en baisse, je n’irai plus en pêcher», affirme-t-il.

À LIRE AUSSI : Un thon de 940 livres pêché par le chef du Gîte du Mont-Albert

À LIRE AUSSI : Le thon, de la mer à l'assiette

Restaurants

Un souper pour Anthony et sa famille

Pour donner un gros coup de pouce à une amie de longue date, le chef Patrick Dubé a eu l’idée d’organiser un souper-bénéfice où lui-même, le chef Stéphane Modat (Champlain) et le chef pâtissier Éric Lessard (Saint-Amour) concocteront un menu gastronomique cinq services.

C’est qu’il y a deux ans et demi, la vie d’Annie Tanguay et de son conjoint prenait tout un tournant! Ayant déjà une fille, le couple a accueilli des triplés, dont l’un, Anthony, est trisomique. 

«La chambre hyperbare lui fait beaucoup de bien, mais ça coûte très cher. J’ai décidé d’aider pour que la famille puisse en acheter une», explique M. Dubé, qui dit ne pas avoir eu de difficulté à convaincre les autres chefs. 

Le souper aura lieu le 18 octobre au Resto-Bar Alpin, à Sainte-Brigitte-de-Laval. Animation, musique et encan silencieux sont aussi au menu. Prix : 100 $ par personne. 

Pour réserver, contacter Annie Tanguay au 418 922-2664 ou ninitweety@hotmail.com, ou encore appeler au Resto-Bar Alpin au 418 825-3108.

Régal

Goûter la Martinique à Québec

Pour une troisième année, la ville de Québec prend part au festival Martinique Gourmande, qui ensoleillera notre automne jusqu’au 29 septembre.

Près d’une quinzaine d’établissements de la capitale participent à l’événement ayant pour thème Passion, saveurs créoles et grands rhums: Ateliers & Saveurs, Bistango, District Saint-Joseph, Tapas & Liège, Chez Tao, Café du Monde, Shaker Cuisine & Mixologie (Lévis), Scarpetta, Graffiti, Maelstrom, La Fenouillère, Chez Jules et Les Sales Gosses.

Chaque restaurant propose un menu aux saveurs martiniquaises créé spécialement pour le festival. Des cocktails inspirés de la «fleur des Caraïbes» et concoctés à base de rhum du pays sont aussi servis.

Martinique Gourmande se tient également pour une 12e année à Montréal.

Pour info : martiniquegourmande.ca

Restaurants

Un bar à bagels ou à beignes?

Imaginez un bar à bagels et un barista pour votre réunion de bureau. Encore mieux, un bar à beignes pour le shower de bébé! Ce service de traiteur spécialisé est le «projet secret» qu’a finalement dévoilé Bagel Maguire Café.

«On a observé que l’offre de traiteur-déjeuners est un créneau où on ne trouve pas grand-chose à Québec, alors on a décidé d’explorer cette idée parfaite pour la clientèle de bureau, les fêtes, etc.» explique Elyzabeth Roy, coordonnatrice marketing pour le commerce installé sur l’avenue Maguire depuis 1988.

Le menu : sandwichs, bagels frais et chauds, beignes, cafés de spécialité. Le service : personnalisé selon les besoins des clients, avec ou sans barista ou chef, livraison, clé en main.

Commande : Sophie Genois au 418 527-2303

Info : bagelmaguirecafe.com/service-traiteur

Restaurants

Le Cosmos Grande Allée célèbre ses 25 ans

Le grand frère des restaurants Cosmos souffle 25 bougies!

C’est le 19 septembre 1994 que le resto au décor éclaté et au menu varié a ouvert ses portes au 575, Grande Allée Est, dans le complexe du Maurice.

Jeudi prochain, exactement un quart de siècle après son ouverture, le Cosmos convie le public et les anciens membres du personnel à célébrer, dès 17h, alors que la Grande Allée vibrera au son des platines de Mr Smith — celui qui signe l’ambiance musicale des quatre restos depuis les débuts. Bar à huîtres et BBQ extérieur seront aussi installés, et des bouchées seront offertes gracieusement.

À noter aussi que, tout le mois de septembre, le resto de la Grande Allée offre un rabais de 25 % sur l’ensemble de ses menus à la carte pour son 25e anniversaire. Pour info : lecosmos.com

Restaurants

Patrice Demers signe une collection de Noël pour Ladurée

La prestigieuse maison française Ladurée, célèbre pour ses macarons, a annoncé il y a quelques jours une collaboration avec le chef pâtissier montréalais Patrice Demers, qui a «puisé son inspiration dans ses souvenirs d’enfance» pour créer la bûche signature «Atoca».

Comme son nom l’indique, les canneberges sont au cœur de cette bûche, alors que le sirop d’érable «vient équilibrer leur acidité», indique M. Demers, qui tient la boutique Patrice Pâtissier dans la métropole.

Biscuit fait de farine de sarrasin, chantilly et mousse crémeuse au chocolat composent également ce dessert, offert en décembre dans les boutiques Ladurée (à Vancouver et Toronto au Canada).

La mythique maison parisienne a également utilisé des ingrédients chers au chef pour concevoir ses macarons: noix de pécan et sirop d’érable, camerise, thé du Labrador enrobé de chocolat noir. Pour info: laduree.fr

Restaurants

Madame Chose s’installe aux Galeries de la Capitale [VIDÉO]

Ça y est, on en sait un peu plus sur le nouveau locataire qui s’installera dans l’espace de l’ancien Simons aux Galeries de la Capitale. Il faudrait plutôt dire la locataire, car c’est sous l’égide de Madame Chose que sera aménagé le nouveau restaurant du Groupe Restos Plaisirs (GRP).

On savait déjà que les propriétaires des Cochon Dingue, Paris Grill et Café du Monde préparaient un concept éclaté dans un grand espace au bout des Galeries Gourmande, le nouveau marché alimentaire qui doit ouvrir ses portes cet automne dans le centre commercial de Lebourgneuf. Le concepteur Olivier Dufour a dévoilé jeudi le nom du restaurant et l’idée générale développée pour ce nouvel établissement.

«Madame Chose, elle a parcouru le monde, elle a connu toutes les époques, elle a été de tous les grands événements de l’histoire, elle a survécu à tous ses maris, et de chacun d’eux elle est restée amoureuse. Madame Chose, c’est une vieille dame pétillante, exubérante, c’est une épicurienne folle passionnée par tous les plaisirs de la vie. Libre, créative, elle sculpte son univers à sa façon, créant autour d’elle un écrin de beauté, de saveurs et d’amour», a décrit Olivier Dufour, dans une envolée aux accents fantaisistes.

175 places

Dans le plus concret, Martin Roy, directeur marketing associé chez GRP, nous a appris que les différentes zones du restaurant de 175 places seront articulées comme autant de lieux du domaine de Madame Chose. Un bar, l’Orée, sera aménagé sous la coupole au centre des galeries gourmandes. On pourra y consommer cocktails et mocktails, et attendre au besoin qu’une place se libère dans le restaurant. L’entrée elle-même du restaurant sera aménagée en forme de «sentier immersif» pour faire entrer les convives dans le monde du personnage. 

La partie centrale du restaurant a été désignée comme la clairière, «là où il fait toujours soleil», alors qu’une partie plus intime sera désignée comme le jardin, où l’on devrait manger entouré d’une végétation luxuriante. La section bar à l’intérieur du restaurant, l’Étang, sera animée plus tard en soirée, et deviendra une vitrine pour les produits québécois, nous a-t-on dit. 

Quant à la cuisine elle-même, le chef Patrick Dubé a dit être encore en création. «Madame Chose, c’est mon patron, il faut toujours que je négocie avec elle», a-t-il dit, avec une pointe d’humour. «Ça va être spectaculaire, c’est une cuisine qui va être moderne. On va travailler beaucoup sur les légumes, leur texture. Avec toutes les allergies et les modes, on n’a pas le choix de s’adapter, alors on va faire autant du végétarien, du végétalien, du cétogène, on va faire une cuisine moderne, cuisson sous vide à la juste température, on va travailler avec toute la modernité de ce que la restauration a à apporter au Québec.» L’accent sera aussi mis sur les produits locaux, bios et écoresponsables, avec des plats offerts en différents formats pour favoriser le partage et la découverte. 

En entrevue, Pierre Moreau, pdg du Groupe Restos Plaisirs, a mentionné que l’offre resterait abordable et accessible pour la clientèle familiale qui fréquente les Galeries de la Capitale. Il a comparé les prix à ceux que l’on retrouve au Paris Grill et au Café du Monde. 

L’aménagement du restaurant, en collaboration avec la firme LemayMichaud, est chiffré à 3,5 millions $. L’ouverture est toujours prévue pour décembre. «On devrait être en mesure d’offrir un beau cadeau de Noël aux gens de Québec», a-t-il lancé. 

Le Mag

Une touche de «Downton Abbey» au Château Frontenac [VIDÉO]

Le Château Frontenac se mettra bientôt à l’heure de Downton Abbey pour le thé de l’après-midi.

Le vendredi 20 septembre (dès 14h30), l’hôtel soulignera à sa façon la sortie du film Downton Abbey — qui prolonge le récit de la célèbre série britannique du même nom — avec quelques clins d’œil aux années 20. 

D'abord, deux voitures d’époque seront garées près de la porte d’entrée principale. L’afternoon tea sera servi au restaurant Place Dufferin, accompagné de scones nappés de crème Devonshire et de confiture ainsi que de traditionnelles sandwichs au concombre, entre autres. 

Pour l’occasion, la chanteuse Mademoiselle Fizz pigera dans le répertoire musical jazz du début du 20e siècle. Et le resto voisin, Le Sam, lancera un cocktail à base de thé. 

Les convives qui rêvent de se costumer en aristocrates sont les bienvenus, évidemment.

À LIRE AUSSI :
- Première de «Downton Abbey» au grand écran
- Avant la sortie du film, la fièvre «Downton Abbey» s’empare de Highclere castle

Le long-métrage du réalisateur américain Michael Engler doit sortir le vendredi 20 septembre au Québec. Il reprendra en l'an 1927, soit un an après la grève générale qui opposa le monde ouvrier britannique au patronat et au gouvernement. Les producteurs promettent encore plus de glamour et de faste que la série, avec des rivalités et des romances à tous les étages.

NOTE : On apprend que l'événement affiche déjà complet, moins de 48 heures après la publication de cet article.

Info : fairmont.fr/frontenac-quebec ou 418 692-3861

Avec l'Agence France-Presse

Restaurants

Un second Nina pizza napolitaine en 2020

Le four à bois de Nina pizza napolitaine fera des flammèches jusque sur la rue Saint-Jean. La pizzéria installée dans Saint-Roch depuis six ans ouvrira une deuxième adresse dans le quartier Saint-Jean-Baptiste, à Québec.

Le secteur aura donc l’occasion de découvrir ses pizzas typiques de la région de Naples, en Italie, faites à partir de produits simples et, surtout, cuites au four à bois (on ira dans le «un peu plus haut de gamme» cette fois en préférant le four Acunto au Stefano Ferrara).

«On est toujours à pleine capacité dans Saint-Roch. Alors c’était le temps de saisir cette opportunité, explique la copropriétaire Pénélope Lachapelle. Saint-Jean-Baptiste est un quartier que plusieurs d’entre nous [toutes les copropriétaires] aimons beaucoup. On est des fans du quartier! Démographiquement, ça ressemble à ce qu’on trouve comme clientèle en basse-ville, avec les touristes et les travailleurs.»

Le bail vient d’être signé. On a pris possession des lieux et on s’acharne déjà au ménage. Pas de date d’ouverture annoncée, sinon qu’on vise le «début 2020» pour ce commerce qui comptera une cinquantaine de places, comme son prédécesseur.

À LIRE AUSSI :
Sa Majesté Nina!
Une merveille de 2500 kilos

Au menu, la même recette qui semble avoir fait son effet. Le décor sera minimaliste; pas question d’y mettre trop d’argent, «parce que l’âme d’un restaurant n’est pas là», indique Mme Lachapelle. Mais on aménagera un espace distinct pour les commandes à emporter.

Trois nouvelles associées

En plus des deux propriétaires originales (Lucie Nadeau et Mme Lachepelle), trois nouvelles associées sautent dans l’aventure, chacune avec des responsabilités clairement définies : Véronique Schinck (la chef depuis 2013), Kassandra Mainville et Myriam Demers-Néron. Toutes travaillaient déjà pour l’entreprise.

«Au lieu de chercher des franchisés, on a décidé d’offrir cette occasion d’affaires à l’interne, afin de donner la chance à nos excellentes employées de participer avec nous», tient fièrement à ajouter Mme Lachapelle.

À surveiller…

Future adresse : 764, rue Saint-Jean (dans les anciens locaux de la boulangerie Le Panetier Baluchon).

Info : ninapizzanapolitaine.ca ou @NinaPizzaNapolitaine sur Facebook

Régal

Arsenal 100% végétal

CRITIQUE / Petit nouveau dans le Vieux-Port, le Don démontre que la cuisine végétalienne peut être réjouissante, gorgée de saveurs et exécutée avec finesse. Il se pourrait même, si vous êtes du genre distrait, que vous ressortiez de là sans vous être rendu compte que vous n’avez mangé aucun produit d’origine animale.

Tartare de betteraves, soupe thaïe, risotto, dumplings, mijoté façon bourguignon, cari coco, bibimbap : le menu du Don (prononcez «donne», à l’italienne) a de quoi donner l’eau à la bouche, qu’on soit carnivore ou pas. Les flexitariens que nous sommes, David et moi, le décortiquons avec entrain en ce tranquille jeudi soir, impatients de découvrir ce qu’Anne-Marie Grenier, anciennement à la tête du bar santé Véganeville du Gym Profil, mitonne dans ce resto ayant remplacé le feu Brigantin.

Malheureusement, la carte ne nous en apprendra pas beaucoup sur les plats. Si la version anglaise détaille quelques ingrédients, la française se contente de brefs intitulés du genre «sauté Don». Il faudra donc poser des questions. Peut-être cette décision vise-t-elle à ne pas souligner le côté 100 % végétalien (ou végane, si on fait fi des recommandations de l’OLF) de l’endroit? Personnellement, je préfère en avoir plus à me mettre sous la dent en matière de préliminaires.

Parce que j’adore goûter à mille choses, l’assiette d’antipasto pour deux s’impose comme une évidence. Si cette entrée est aussi consistante que sa cousine du Bello, dont certains associés sont derrière le Don, il se pourrait que nous n’ayons plus faim pour autre chose. On verra bien.

Vaste panoplie

Après deux ou trois gorgées de pinot gris choisi dans une carte plutôt courte, je constate, en la voyant arriver, que ladite assiette n’est pas aussi gargantuesque. Quand même, elle contient pratiquement toutes les entrées, en plus de deux raviolis pigés du côté des plats principaux. Ceux-ci sont d’une qualité irréprochable : abritant un fin «ricotta» d’amandes et épinards, ils sont nappés d’une sauce au vin blanc, et leur pâte est cuite à la perfection. Notre deuxième coup de cœur : les «donplings», dont la farce, à base de protéines végétales texturées et de sauce chili, déborde de goût. En plus, ils ont été poêlés juste ce qu’il faut.

Restaurants

Un Coco Frutti à Lévis, un autre bientôt à Québec

Coco Frutti, une chaîne de restos de déjeuners et de dîners, a de grandes ambitions pour la région de Québec.

L’enseigne a ouvert un premier restaurant à Lévis en juillet (44, route du Président-Kennedy, Promenades de Lévis). Un second doit apparaître d’ici la fin de septembre à Beauport (2790-2830, avenue Saint-David, Carrefour Saint-David). Plusieurs autres emplacements sont à l’étude.

«Québec offre d’excellentes opportunités pour nous et nous sentons que l’accueil y est chaleureux. Notre marque doit rester près des gens, ce qui nous amène à ouvrir plusieurs succursales dans les villes où nous nous installons», dit Yvan Robitaille, vice-président Coco Frutti. 

D’ici la fin de l’année, l’entreprise espère compter plus de 25 franchises au Québec et en Ontario. 

De 5h30 à 15h. Menu et info : cocofrutti.com

Régal

La folie des burgers de retour

Du 1er au 7 septembre, c’est le retour de la Semaine du burger (avec fromage!) à Québec. On indique que plus de 45 restaurants de la capitale prendront part à ce désormais classique Burger Week — qui a francisé son nom cette année — en proposant une création originale à 12 $, dont 1 $ par burger vendu sera remis à Leucan.

La 8e présentation de la Semaine du burger (avec fromage!) se tient également dans la Chaudière-Appalaches et plusieurs autres régions du Québec, ainsi que dans les grandes villes d’un bout à l’autre du pays et même à Haïti.

Burgers décadents ou moins cochons, qu’ils soient au bœuf, au poulet, aux fruits de mer, végé, végane ou sans gluten, on trouve de tout en jetant un œil aux propositions des restaurants sur le site leburgerweek.com.

C’est aussi là que le public est invité à voter pour ses préférés (notamment le plus beau, le plus santé et le plus créatif).

Restaurants

Une Pizzéria napolitaine NO.900 dans le Vieux-Port

Pizzéria napolitaine NO.900 aura une troisième succursale à Québec en octobre (la 24e pour la bannière), cette fois dans le Vieux-Port. Elle s’installe dans le local laissé vacant par le défunt restaurant SSS, sur la rue Saint-Paul.

Charles-Antoine Giroux, «développeur» de la chaîne pour la région de Québec, parle d’une refonte complète des lieux qui pourront accueillir une soixantaine de places, excluant la terrasse. 

En attendant l’ouverture de cette nouvelle adresse de pizza «artisanale et cuite dans un four napolitain», le camion-restaurant du Groupe NO.900 sera dans le secteur pour célébrer la Nuit des galeries, le 21 septembre. 

Après avoir jeté son dévolu sur Maguire, Limoilou et le Vieux-Port, pour leur vie de quartier et leurs attraits touristiques, Charles-Antoine Giroux a des vues sur Lebourgneuf et Lévis. Il envisage une ouverture au printemps. 

Info: no900.com