Le Mag

La Tanière tiendra une épicerie-café chez Monsieur Jean

Fort de la réouverture récente de son restaurant La Tanière3, le Groupe La Tanière ajoute une nouvelle offre de service : une épicerie-café chez Monsieur Jean, un projet hôtelier de 49 suites qui doit ouvrir à Québec à la fin du mois d’avril 2019.

Comme son «grand frère», le petit commerce fera la part belle aux produits «distinctifs et exclusivement boréaux», marque de commerce de La Tanière

«Notre objectif est de créer la surprise et de faire découvrir ce que le Québec a de mieux à offrir», a indiqué par communiqué Frédéric Laplante, le chef propriétaire du groupe. 

Monsieur Jean – L’Hôte particulier (c’est son nom complet) est situé au 2, rue Pierre-Olivier Chauveau, dans le Vieux-Québec.

Le Mag

L’ancien proprio de Toast! et SSS débarque au Bistango

Il ne faisait aucun doute que l’ancien copropriétaire des défunts Toast! et SSS allait vite refaire surface dans l’univers de la restauration de Québec. C’est finalement au Bistango que Stéphane D’Anjou a choisi de refaire son nid à titre de maître d’hôtel.

«Je visais à travailler pour une grande institution. J’ai été sollicité par de belles maisons dans les dernières semaines. On m’a offert des occasions sur un plateau d’argent. Le choix n’a pas été facile. Mais il n’y a pas que l’argent dans la vie. Être heureux dans son travail, ça n’a pas de prix», raconte au Soleil M. D’Anjou qui, à 54 ans, compte plus de trois décennies dans l’industrie de l’hôtellerie et de la restauration.

Restaurants

Des déjeuners livrés à la maison

Dans les années 50, on rêvait d’un futur fait de voitures volantes, de robots-serviteurs et… de déjeuners livrés à la maison. Voilà que deux succursales Cora (Beauport et Sainte-Foy) proposent depuis peu cette utopie de se faire livrer une «assiette du bûcheron». 

Par l’entremise de l’application Skipthedishes, on a accès à presque tout le menu du restaurant. Pas tout, puisqu’il faut se limiter aux plats «qui voyagent bien», contrairement à certaines crêpes garnies de fruits et de crème. 

«C’est une nouvelle tendance chez les clients plus jeunes qui veulent un bon repas sans avoir à se déplacer», indique Geneviève Duquette, directrice du marketing pour la chaîne. Cinq autres restos devraient offrir le service dans les prochaines semaines. Info : skipthedishes.com ou dans l’appli. 

Restaurants

Un troisième Bols et Poké, sur le boulevard Laurier

Trois en trois ans. Les cinq associés du fast-food santé Bols et Poké ouvriront un troisième resto-comptoir, cette fois sur le boulevard Laurier.

Au printemps 2017, ils lançaient sur la rue Saint-Jean cette bannière de bols colorés de poisson mariné, avocat, kale et autres cubes santé, plats en vogue d’origine hawaïenne. Un petit frère est né l’année suivante sur la rue Saint-Joseph, dans le quartier Saint-Roch. 

«Si la tendance se maintient, on devrait en avoir quelques-uns en cinq ans», lance la copropriétaire Catherine Bergeron-Duchesne. «On se fie à la demande.»

La nouvelle succursale devrait ouvrir à la mi-mai dans l’édifice Le Delta, au 2875 boulevard Laurier, à Québec. 

La conception de l’espace de 30 à 40 places a été confiée à Boon Architecture. Catherine Bergeron-Duchesne signera le design, en collaboration avec cette firme. 

Restaurants

Un phoenix dans Saint-Roch

L’adresse autrefois occupée par Le Boudoir, et brièvement par L’air du temps, renaît de ses cendres : place au Phoenix du Parvis, qui a ouvert ses portes mardi soir. L’endroit a été entièrement réaménagé par les nouveaux propriétaires de l’établissement, le couple Alain Tremblay et Nancy Lacharité, qui possèdent également le Rideau Rouge sur l’avenue Cartier.

Le nouveau menu sera aux «saveurs du monde», explique Alain Tremblay, des mets haïtiens, africains, espagnols, axés sur les grillades et les fruits de mer, sans oublier la saucisse «recette maison». Le Phoenix du Parvis se fait également un point d’honneur d’intégrer dans ses assiettes les produits des producteurs locaux. Enfin, la musique sera à l’honneur sur les deux scènes de l’établissement, avec des soupers spectacles à tous les soirs, et des chansonniers et des groupes musicaux les fins de semaine. 

Surveillez la page Facebook, une grande fête d’ouverture se prépare.  

Phoenix du Parvis, 441, rue du Parvis, Québec. 418 646-7888

facebook.com/phoenixduparvis

Restaurants

Le duo Boulay-Marchand crée Les Botanistes, un resto à même la jardinerie Floralies Jouvence

Le duo de chefs Jean-Luc Boulay et Arnaud Marchand se lance dans un nouveau projet dans la capitale. Le restaurant Les Botanistes, à même le centre jardin Floralies Jouvence, misera avant tout sur les légumes et les multiples façons de les apprêter.

«On espère ouvrir début mai, mais la date exacte reste encore à confirmer», signale Arnaud Marchand, chef au bistro boréal Chez Boulay depuis son ouverture en 2012. C’est d’ailleurs après avoir rencontré Jean-Luc Boulay lors de son passage à l’émission Les Chefs! en 2010 que M. Marchand s’est associé avec son mentor dans ce projet. 

Pour Les Botanistes, le duo devient trio, alors que le chef Pierre Joubaud sera à la barre des cuisines. «Il a travaillé une dizaine d’années au restaurant Toqué! avec Normand Laprise à Montréal avant de s’établir à Québec. C’est un amoureux des légumes», signale M. Boulay, qui oeuvre au Saint-Amour, où il est chef-propriétaire.

Le chef Boulay connaît depuis longtemps le fondateur des Floralies Jouvence, Paul Daoust, qui a également ouvert le marché public de Sainte-Foy. «On a une belle complicité. J’habite près [du centre jardin] et j’y vais souvent. Il me parlait du restaurant qu’il voulait ouvrir et souhaitait que j’embarque dans le projet», raconte M. Boulay. Mais à 64 ans et avec déjà bien des engagements, le chef s’est plutôt tourné vers Arnaud Marchand pour aller de l’avant. 

Ce dernier élabore le menu avec le chef Joubaud. «Il n’y aura pas une signature boréale comme Chez Boulay. Ce sont vraiment les légumes qui seront les vedettes dans l’assiette, qui vont nous emmener ailleurs», explique Arnaud Marchand. 

Ce qui ne veut pas dire qu’on a affaire à un menu végétarien pour autant. «L’idée générale de ce qu’on fait, c’est l’inverse d’un steakhouse : au lieu de choisir la viande et de l’accompagner de légumes, on choisit plutôt le légume, qu’on pourra accompagner d’une protéine animale si on le souhaite. C’est vraiment le légume qui sera travaillé, pour en montrer toutes les possibilités. On utilisera tous les modes de cuisson qu’on retrouve dans le monde, par exemple le sous-vide, en tempura, déshydraté, braisé… on a même fait venir un four à pizza qui va servir uniquement pour les légumes», révèle le chef Marchand.

Murs végétaux

Quant au restaurant lui-même, qui comptera près d’une centaine de places à l’intérieur ainsi qu’une terrasse, Jean-Luc Boulay s’attend à tout un effet «wow». «Paul Daoust a investi énormément d’argent, il veut en faire le plus beau resto au Canada! Il y aura des murs végétaux, beaucoup de verdure, une cuisine centrale ouverte», confie le chef. 

Et avec un approvisionnement direct au marché de Sainte-Foy pour les légumes, les pousses, les fleurs, les herbes, le menu devrait changer «très souvent». Les Botanistes sera ouvert les midis et certains soirs, indique M. Boulay, mais l’horaire exact est à confirmer.

Le centre jardin Floralies Jouvence est situé au 2020, avenue Jules-Verne (sortie Jean-Gauvin).

Restaurants

Changement de garde aux fourneaux de l’Auberge des Glacis

L’Auberge des Glacis, à l’Islet, annonce un vent de changement pour ses 30 ans: Olivier Raffestin passe le flambeau à la relève après une vingtaine d’années derrière les fourneaux de l’établissement, dont 13 ans au poste de chef. C’est son ancien second Dave Carlos-Bélanger, qui a fait ses premières armes dans les cuisines de l’Auberge avant d’aller travailler dans des restaurants de la capitale, qui rentre au bercail pour lui succéder. Le nouveau chef entrera officiellement en poste le 20 juin, après avoir préparé le menu d’été avec son mentor. La propriétaire de l’Auberge, Nancy Lemieux, indique que «la transition se fera tout en douceur puisqu’Olivier Raffestin restera dans les alentours pour donner un coup de pouce et, surtout, dévoiler tous ses secrets, notamment les recettes de ses fameuses rillettes et terrines… sans oublier ses célèbres quenelles lyonnaises». 

Pour info: aubergedesglacis.com  

Restaurants

Un cocktail du Ciel! en l’honneur d’Alex Harvey

À croire que remporter deux médailles d’argent en ski de fond dans la même fin de semaine ne suffit pas. Voici que l’athlète chouchou de Québec Alex Harvey se voit salué d’une manière à laquelle il ne s’attendait sûrement pas : un cocktail en son honneur.

C’est Sébastien Roy, un barman du bistro-bar tournant Ciel! (le resto au sommet de l’hôtel Concorde, sur la Grande Allée), qui a concocté cette boisson originale. L'occasion était belle, juste à temps pour les finales de la Coupe du monde de ski de fond, sur les plaines d’Abraham, du 22 au 24 mars 2019.

Restaurants

Lauriers de la gastronomie: Stéphane Modat en nomination pour le chef de l’année

Le chef du restaurant Champlain du Château Frontenac, Stéphane Modat, est en nomination dans la catégorie chef de l’année à l’occasion de la 2e édition du Gala Les Lauriers, qui récompense les professionnels de l’industrie québécoise de la gastronomie.

Dans la catégorie du restaurant de l’année, le seul établissement de la capitale en nomination est le restaurant italien Battuto, projet du chef Guillaume St-Pierre, qui était également finaliste l’an dernier. Les Faux Bergers, à Baie-Saint-Paul, de même que Côté Est, à Kamouraska, se retrouvent aussi dans cette catégorie. Les sept autres établissements en nomination sont situés dans la métropole : Candide, Elena, Hoogan et Beaufort, Le Mousso, Manitoba, Monarque et Mon Lapin.

Aux côtés de Stéphane Modat dans la catégorie du chef de l’année, mentionnons Émile Tremblay à la barre des Faux Bergers, de même que Pierre-Olivier Ferry, chef aux Jardins de Métis. Les autres chefs en lice pour succéder à la lauréate Colombe St-Pierre (Chez St-Pierre, au Bic) sont à Montréal : Emma Cardarelli (Elena), John Winter Russell (Candide), Marc-André Jetté (Hoogan et Beaufort), Marie-Fleur St-Pierre (Mesón), Olivier Perret (Renoir), Simon Mathys (Manitoba) et Vincent Dion Lavallée (La Cabane d’à côté, à Mirabel).

Le Battuto, situé en basse ville de Québec, brille dans deux autres catégories, alors que Paul Croteau est en nomination pour le chef pâtissier de l’année et que Pascal Bussières est finaliste pour le prix du service en salle. Rolande Leclerc, du restaurant Initiale, est également en lice pour ce prix.

Dans la catégorie du mixologue ou bartender de l’année, Julien Vézina de la taverne japonaise Honō Izakaya, dans le quartier Saint-Roch, a été retenu par le jury. 

Le chef Daniel Vézina, fondateur et copropriétaire du réputé Laurie Raphaël, se hisse parmi les préférés du public. Il est sélectionné comme l’une des 10 personnalités qui ont marqué la scène gastronomique québécoise, aux côtés de Chuck Hughes, Josée di Stasio, Ricardo, Jonathan Garnier, Louis-François Marcotte, Martin Juneau, Martin Picard, Normand Laprise et Stefano Faita. Le public pourra se prononcer pour son favori en votant sur le site lauriers.ca entre le 30 mars et le 20 avril.

Dans les autres catégories, signalons la nomination du Foodcamp de Québec pour l’événement gastronomique de l’année, et du camion-restaurant El Gordito pour le food truck de l’année.

Gagnants connus le 29 avril

Pas moins de 95 finalistes dans 16 catégories ont été dévoilés mardi. Les Prix Lauriers seront remis aux gagnants lors du grand gala, le 29 avril, à Montréal. 

Les lauréats sont désignés par un vote de quelque 3000 professionnels de l’industrie, issus de tous les métiers de la gastronomie québécoise et de toutes les régions de la province. Ce vote est jumelé, à parts égales, à celui d’un jury composé de pairs qui se sont retirés de la course : les chefs Stelio Perombelon et Colombe St-Pierre, l’apiculteur Anicet Desrochers, les nutritionnistes Hélène Laurendeau et Julie Aubé, le producteur Jean-Martin Fortier, le pâtissier Patrice Demers et le mixologue Patrice Plante.

Pour voir l'ensemble des finalistes, cliquez ici.

LIRE AUSSI

Colombe St-Pierre cheffe de l’année au premier Gala des Lauriers

Le combat de la cheffe St-Pierre

Restaurants

Le Phoque Fest de retour

Après une première édition qui a attiré de nombreux curieux le printemps dernier, le Phoque Fest est de retour, du 21 au 31 mars, dans plus d’une vingtaine de restaurants de Québec, de Montréal et des Îles-de-la-Madeleine. Chaque établissement proposera un plat mettant en valeur la viande de loup-marin, accompagné d’un accord de cocktail, de bière ou de vin, pour un prix variant de 12 $ (format entrée) à 36 $. 

Dans la capitale, les participants sont: Louise Taverne et Bar à vin, Le Moine Échanson, Chez Boulay, Ma Maison, Le Renard et la Chouette, Le Pied Bleu, L’intimiste et le Corsaire Pub (ces deux derniers à Lévis). Il est recommandé de réserver directement auprès des restaurants participants. 

Pour info: phoquefest.ca