Le Santa Surf d’Élisabeth Lemieux

Joyeux Noël et bonne année, des quatre coins du globe

Le Mag vous a présenté le récit de plusieurs Québécois expatriés cette année, partis pour le travail, par amour, pour aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte. Comment se passe leur temps des Fêtes? Des montagnes suisses au désert de Dubaï, en voici un aperçu.

1) Famille, hockey et plaisir

«Ce sera un temps des Fêtes assez chargé pour nous! On reçoit la belle-famille et la famille de mon jumeau, Louis, le 24 décembre au soir à la maison, à Fribourg, pour la nuit de Noël. Et le 25 décembre au matin, départ pour Davos dans les Grisons, car le club que j’entraîne, le HC Ambri-Piotta, participe à la 92e Coupe Spengler, du 26 au 31 décembre. C’est l’un des plus vieux tournois de hockey professionnel au monde et une expérience extraordinaire pour nous, entraîneurs, joueurs et aussi pour les familles. Car durant le tournoi, les conjoints et enfants peuvent profiter pleinement de la vie en station. Il y a plein d’activités prévues pour eux : luge, ski alpin, planche à neige, patinage et hockey extérieur. Pour nous, expatriés, c’est aussi une chance de rester en contact avec nos amis et la famille au Canada, car nos matchs sont retransmis sur les chaînes RDS et TSN. J’en profite pour souhaiter un joyeux temps des Fêtes aux parents et aux amis au Québec!»
— René Matte, de Val-Bélair, expatrié en Suisse, comme son jumeau Louis

Vue de la Vaillant Arena, où a lieu le tournoi de hockey sur glace de la Coupe Spengler, en Suisse.

2) Explosion de joie au Nicaragua

«Noël au Nicaragua, pour moi, c’est le bruit constant des feux d’artifice et des pétards. Eh oui! Dès le début décembre, des marchés impromptus apparaissent dans tout le pays. Si le 24 décembre, le concert est impressionnant, c’est une tradition du jour de l’An que je préfère : chaque famille fabrique un viejo, c’est-à-dire une poupée de vieil homme remplie de pétards qui symbolise l’année qui se termine. Toute la soirée, on déambule dans les rues pour aller voir les viejos des voisins et à minuit, on met le feu à ces poupées pour souhaiter la bienvenue au Nouvel An qui commence dans une explosion de joie et d’insouciance.»
— Rachel Vincent, originaire de Sherbrooke, expatriée au Nicaragua depuis 2013

Un viejo, une poupée de vieil homme remplie de pétards

3) Courir les branches de pin dans le désert

«J’ai tout de suite aperçu le sapin artificiel déposé par un vieil homme en qamis blanc, un vêtement long traditionnel. Pas question de voir cette belle verdure — même artificielle! — prendre le chemin du dépotoir. L’homme a paru déstabilisé, mais enchanté, de voir toute l’excitation qui brillait dans mes yeux quand je lui ai expliqué que ces branches de pin deviendraient un superbe décor de Noël canadien pour embellir ma demeure. J’avais mes patins à roulettes aux pieds et ma fille de 3 ans dans la poussette. Il m’a offert son aide pour remplir de branches le dessous de ma poussette. Nous avons discuté de nos religions respectives et avons échangé nos meilleurs vœux pour la nouvelle année. Je suis fière d’habiter Dubaï, une ville multiculturelle qui prône les valeurs de tolérance, de respect et d’ouverture. Mais fidèle à mes racines, c’est au Québec que je regarderai tomber la neige le soir de Noël. Les deux pieds dans le sable, non merci!»
— Shirley Prévost, des Laurentides, expatriée aux Émirats arabes unis depuis 2017

Shirley Prévost, devant la plus haute tour du monde, le Burj Khalifa.

4) Noël à Jérusalem

«C’est mon deuxième Noël en Israël, et comme je suis bien installée cette année, on va célébrer en grand. J’ai même fait un sapin! Le 24 décembre, toute la famille de Doron, mon mari, viendra pour un souper chez nous. À l’exception de Doron, ils ont tous grandi en Europe et Noël est une tradition qu’ils connaissent et aiment bien. Le jour même de Noël, on prendra une journée de congé et on ira à Jérusalem, une ville où on peut, comme à Nazareth, sentir l’ambiance des Fêtes. Je vous souhaite un joyeux Noël à tous!»
— Anaïs Marcoux Podrabinok, de Cap-Rouge, expatriée en Israël depuis octobre 2018

Eddy devant le sapin en Israël

5) Réveillon interculturel avec les Vadeboncoeur

«Après plus de 15 ans à Vancouver, dont presque 10 avec des enfants, nous avons réussi à instaurer une sorte de tradition familiale durant le temps des Fêtes! On se regroupe tous les quatre, avec ma conjointe Annie, nos filles Chloé et Eva, le 25 au matin autour de l’arbre de Noël pour ouvrir les cadeaux. Nous passons la journée en famille à cuisiner, à jouer à des jeux et à fêter. Mais le réveillon de la veille, le 24 décembre, est une tout autre histoire! Nous avons déjà organisé des soirées avec nos amis québécois qui habitent près de Vancouver. Il y a deux ans, nous avons été invités par un groupe d’amis à un réveillon typiquement libanais. Cette année, nous festoierons avec nos amis péruviens. Mais le temps des Fêtes en sol québécois nous manque et on revient parfois pour célébrer avec nos familles à Mont-réal et à Québec, même s’il faut braver le temps glacial du Québec!»
— Guillaume Vadeboncoeur, de Québec, expatrié à Vancouver depuis 2004

Noël chez les Vadeboncoeur

6) Les Fêtes... en pleines vacances d’été

«Ici, dans l’hémisphère sud, en plus de nous préparer pour le temps des Fêtes, nous devons planifier les vacances d’été.  J’ai toujours eu de la difficulté à me mettre dans l’ambiance de Noël, dans la chaleur et en allant à la plage. Manger de gros repas chauds, l’été, n’est pas toujours évident! Au début décembre, le petit lutin tannant vient faire ses 100 coups et nos gars font des pièges chaque soir pour essayer de l’attraper. Nous décorons un pin dans la maison. Nous irons faire du camping durant les vacances d’été et profiterons de la mer. Joyeux Noël et bonne année 2020 à vous tous, chers expatriés, et au Québec!»
— Mélanie Duplain, de Saint-Raymond de Portneuf, expatriée en Nouvelle-Zélande depuis 2006

«Les plages de notre région sont bordées de pohutukawas pour la période des Fêtes.»

7) Des cadeaux de Québec... à la Saint-Valentin 

«Les Néerlandais célèbrent davantage la Saint-Nicolas (Sinterklaas, le 5 décembre), mais cette fête ne m’a jamais vraiment interpellée. Noël gagne heureusement en popularité depuis que j’habite ici. Bien que Noël ait perdu son caractère familial pour moi, une nouvelle tradition est née, composée de jeux de société, de bonne bouffe et de moments festifs entre amis. Pour me faire vivre un peu mes Noëls d’antan, ma mère m’a envoyé pendant des années un colis rempli de petits cadeaux tous emballés, que je me faisais un plaisir de déballer en sa compagnie sur Skype, pour ainsi partager ce moment ensemble. Par contre, ce colis envoyé par voie maritime durant la période de Noël arrivait vers la Saint-Valentin, à Amsterdam! Ma joie ne souffrait aucunement de ce délai. Alors à tous, joyeux Noël ou, comme ils disent ici, Vrolijk Kerstdagen!»
— Julie Couture, de Québec, expatriée à Amsterdam, aux Pays-Bas, depuis une dizaine d’années

Le colis-cadeau voyageur de Julie Couture

8) Bain de neige carnavalesque

«Nous passons Noël à la montagne, en Suisse. Pour l’occasion, ma famille désire manger une fondue. Le hic, c’est que le fromage, je n’en supporte ni le goût ni l’odeur. Ne voulant pas brimer l’envie des miens, je décide de partir en solitaire faire de la raquette nocturne. Le 25 décembre, je m’aventure en forêt où des tourbillons de flocons me servent d’éclairage naturel. De retour au chalet, je m’offre un bain de neige, comme au Carnaval de Québec, sous le regard curieux de la famille. Mon neveu demande à mon fils : “Elle fait quoi, ta mère?” Et lui de répondre : “Ah, t’inquiètes, elle est Québécoise!”
— Marie-Claude Gignac, de Sillery, expatriée en Suisse depuis bientôt 12 ans

Bain de neige pour Marie-Claude Gignac

9) Surfer en père Noël

«Chaque année, lorsque le mois de décembre arrive en Australie, l’été s’installe. Un paysage totalement différent des Noëls blancs que nous avons à Québec et dont la magie me manque. Ici, les crevettes sur le barbecue et les salades fraîches sont au rendez-vous. La plupart des gens se réunissent en famille pour un souper de dinde traditionnel au réveillon ou un lunch en plein air la journée de Noël. Ma tradition préférée est celle du “Santa Surf”, où petits et grands se réunissent à la plage, déguisés en pères Noël, pour un surf de groupe.»
— Élisabeth Lemieux, de Saint-Étienne-de-Lauzon, expatriée en Australie depuis 2015

+

ÉCRIVEZ-NOUS!
Vous avez envie de nous raconter votre vie à l’extérieur du Québec? Écrivez-nous à lemag@lesoleil.com, nous pourrions vous fournir notre questionnaire.