Lieu de résidence à temps partiel, ce manoir du XVIIIe siècle dans le sud de la Pologne, dans un petit village qui se nomme Siedlec

Claude Grégoire, entre un manoir polonais et un appartement allemand

Ils viennent du Québec, mais sont partis vivre aux quatre coins du monde. Pour le travail, par amour, pour aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte. Le Mag vous les présente et vous décrit leur quotidien. Tranches de vie.

NOM : Claude Grégoire

ÂGE : 65 ans

Profession : «La liste est longue! Je n’ai jamais eu un seul emploi depuis presque 30 ans. Je travaille dans le domaine de la mode comme personal shopper, je suis professeur de cuisine et designer d’intérieur. Avec mon mari, j’ai une compagnie d’architecture du paysage, pour laquelle je m’occupe des relations publiques. Je suis également photographe. Je prépare une exposition de photos prises en Chine et j’ai un contrat pour photographier une ferme dans le nord de la Pologne, avec ses occupants et les plats qui y sont cuisinés.»

Trajectoire

«Le 27 décembre 2002, rue Sainte-Catherine, à Montréal, j’ai rencontré un Polonais en vacances. Ce fut le coup foudre! Et le début de ma vie entre Montréal et Varsovie. Deux ans plus tard, nous avons décidé de partir pour Hong Kong, puis pour Beijing. Après nos six années en Asie, nous nous sommes établis en Pologne, puis nous avons pris un appartement à Berlin il y a quatre ans. Mon mari, Mirek, vit entre la Pologne, l’Allemagne et la Russie, où il travaille régulièrement. Je vis aujourd’hui à Berlin les trois quarts de mon temps et en Pologne le quart restant.» 

Les jardins bordant la Alte National galerie, sur l’île aux 
musées à Berlin.
En toile de fond, la tour de télévision Fernsehturm, dressée au centre de Berlin.

Raison

«L’amour, vous l’aurez compris.»

Le plus dur à apprivoiser... 

«Apprendre un peu de mandarin, puis le polonais et maintenant l’allemand. Je parle aussi anglais et italien, par pur plaisir. Mais le plus difficile lorsqu’on arrive dans un nouveau pays reste la paperasse, les documents à remplir. Autrement, j’ai toujours rêvé de vivre ailleurs pour découvrir d’autres pays, avec des coutumes un peu différentes et une cuisine typique.»

Aujourd’hui, je vis comme un Berlinois ou un Polonais, parce que…

«Je ne dirais pas que je vis comme un Berlinois ou comme un Polonais. À travers mes rencontres et de nouvelles amitiés, j’ai plutôt le plaisir de découvrir comment ils sont, comment les approcher et leur parler. Au Québec, nous sommes beaucoup plus familiers dès le premier contact, ce qui n’est pas le cas en Allemagne ou en Pologne.»

Je mange...

«À la maison en Pologne, il m’arrive de manger des pierogi, vraiment meilleurs dans leur pays d’origine, et de boire ma vodka préférée, Chopin, fabriquée par un ami. À Berlin, je ne peux pas résister au Wiener schnitzel [escalope à la viennoise], à la bonne bière et aux gâteaux à la pâte d’amande. Après avoir vécu six ans en Asie, j’ai du mal à me passer de cette merveilleuse cuisine, donc je visite souvent les restaurants chinois d’un pays ou de l’autre. Mais quand arrive le temps des Fêtes, il y a toujours de la tourtière sur la table.»

Un bortsch, potage de betterave polonais, avec des kolduny
Fournée berlinoise

J’habite...

«Entre notre manoir du XVIIIe siècle dans le sud de la Pologne, dans un petit village qui se nomme Siedlec, et notre appartement à Berlin.»

Claude Grégoire et son chien Émilio au manoir, en Pologne.

Je m’ennuie…

«Pas du climat, c’est sûr! Mais des amis et de la famille... et des meilleurs bagels au monde, ceux de Montréal!»

Je reste branché au Québec en…

«De nos jours, avec YouTube, je peux retrouver presque tout ce qui se passe au Québec. Pour la famille et les amis, l’application WhatsApp est ma meilleure alliée.»

Un bon coup de ma ville d’adoption que je rapporterais au Québec…

«Je rapporterais volontiers le système routier et le système de transport en commun de Berlin. Très, très efficace!»

Un aperçu du système de transport en commun de Berlin

*

Écrivez-nous

Vous avez envie de nous raconter votre vie à l’extérieur du Québec? Écrivez-nous à lemag@lesoleil.com, nous pourrions vous fournir notre questionnaire.