Quoi de neuf

Le Nénuphar, un «bar caché» dans Limoilou

D’ici quelques semaines, les indices se seront accumulés pour trouver le «bar caché» Le Nénuphar, qui doit ouvrir ses portes dans le quartier Limoilou à la fin avril — l’ouverture officielle aura lieu à la rentrée. Le concept est en fait un «speakeasy» moderne, soit un établissement inspiré des bars clandestins de l’époque de la prohibition de l’alcool aux États-Unis, dans les années 1920. Le bar, dont l’ambiance rappellera celle des années folles à Paris, sera ouvert du jeudi au samedi de 17h à 3h dès la première semaine de mai et pourra accueillir une quarantaine de clients, indique le responsable du projet, Isaac Larose. Le Nénuphar offrira des vins naturels, des absinthes et cocktails classiques et de la nourriture sera offerte, en format bouchées, ajoute M. Larose. Le bar sera situé derrière un établissement déjà existant dans Limoilou, mais ni le nom ni l’adresse ne seront visibles, pour conserver le côté «clandestin» de l’endroit. D’ici l’ouverture, on nous invite à surveiller les pages Facebook (­facebook.com/nenupharbar) et Instagram (­instagram.com/nenuphar_bar) du Nénuphar, où plus de détails seront progressivement dévoilés.  Raphaëlle Plante (collaboration spéciale)

***

Du nouveau au 47e Parallèle!

Le 4 avril, le restaurant 47e Parallèle a dévoilé son nouveau menu printemps-été, créé en collaboration avec l’Association québécoise de l’industrie de la pêche, à l’occasion de ses 22 printemps. C’est donc dire que les produits de la mer sont à l’honneur avec des plats thématiques élaborés par le chef et copropriétaire Joseph Sarrazin, dont voici un aperçu : tartare de veau et homard à l’huile d’estragon et béarnaise (notre coup de cœur!); ballotine de crabe tourteau aux herbes fraîches et blinis de crabe des neiges en salade; pavé de flétan servi avec sa marinière de moules -fumées, buccins et palourdes; ris de veau poêlé et queue de homard au confit au beurre de basilic. Les propriétaires du 47e Parallèle ont également révélé que l’établissement voisin du Grand Théâtre subira une importante métamorphose au début de l’année 2019. Les détails à suivre… Pour infos : le47.com. Raphaëlle Plante (collaboration spéciale)

***

D comme dans dessins et danse

La Maison pour la danse de Québec participe au Festival de la BD francophone de Québec. Le dimanche 8 avril, trois événements se dérouleront dans ses nouveaux locaux au 336, rue du Roi. À 10h, les gens du public, munis de leurs crayons, sont invités à réaliser des croquis de danseurs professionnels en buvant un café lors de l’activité Traits de danse. À 13h30, petits et grands pourront s’endormir dans la pénombre aux sons des dessins en direct de l’illustrateur Paul Bordeleau et de la musique de Frédéric Brunet, pendant la Sieste dessinée. Ce jour-là marque enfin le lancement de l’exposition de Julie Rocheleau, dont les œuvres colorées sont autant de regards différents sur la danse. Elle s’étirera jusqu’au 30 avril. Alexandra Perron

***

Goûter la cuisine ouest-africaine

T&B’s Restaurant, spécialisé dans la cuisine ouest-africaine, vient tout juste d’ouvrir ses portes dans le quartier Saint-Roch. Situé au 705, boulevard Charest Est (coin du Pont), l’établissement de restauration rapide propose de déguster poulet et poisson au four, attiéké (couscous de manioc), alloco (bananes plantain frites) et bissap (jus de fleur d’hibiscus), entre autres. Le nom du restaurant fait référence aux initiales des propriétaires, Tanobla Badou et Bouba Tone, respectivement originaires de la Côte d’Ivoire et du Burkina Faso. Pour info : facebook.com/tnbs.-restaurant  Raphaëlle Plante (collaboration spéciale)

***

Une cravate pour l’OSQ

La Maison Simons unit mode et musique en lançant une cravate signature, sertie du O à éclisses de l’Orchestre symphonique de Québec (OSQ). En vente en ligne ou dans les trois magasins Simons de la région, Place Ste-Foy, Galeries de la Capitale et Vieux-Québec, cette cravate classique de couleur noire se détaille 59 $. Le montant total des ventes sera remis à l’OSQ, qui offre 130 concerts par année avec sa soixantaine de musiciens, devant plus de 100 000 spectateurs.  Alexandra Perron