Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Qu’est-ce qu’on mange en camping?

Raphaëlle Plante
Raphaëlle Plante
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Roulottes et véhicules récréatifs sortent de leur hibernation. Si les nuits sont encore trop frisquettes au goût de bien des campeurs, c’est néanmoins l’occasion de préparer son équipement… et même de penser à ce qu’on va manger à l’aventure!

Le Mag s’est entretenu avec Manon Lapierre, passionnée de bouffe et de camping, qui a lancé mardi l’ouvrage En feu! Plein d’idées pour enfin bien manger en camping. Les Éditions Cardinal ont même devancé la parution, prévue initialement le 11 mai, en réponse à l’engouement des amateurs de plein air.

La genèse

Plus qu’un livre de recettes, En feu! est plutôt un guide comprenant une bonne partie théorique parsemée des conseils de Manon Lapierre, qui y ajoute sa couleur. Celle qui a été directrice des communications pour une grande entreprise pendant plus d’une décennie se consacre depuis 2017 à sa chaîne YouTube La petite bette, où elle partage avec enthousiasme ses idées gourmandes pour une cuisine familiale. 

Le projet de livre est venu avant la pandémie. «C’est une histoire plutôt cocasse : j’étais en discussion avec Cardinal pour faire un livre sur le pain. Je fais beaucoup de pains sur La petite bette et une de nos vidéos les plus populaires était sur le pain maison — avant même la pandémie! Mais une fille à la maison d’édition qui me connaît bien a lancé l’idée : “T’as jamais pensé faire un livre sur la cuisine en camping?” Elle a campé cette idée-là…» raconte Manon Lapierre. 

Manon Lapierre s’adresse aux amateurs de camping, mais aussi à ceux qui font du bateau, qui ont un chalet, qui pratiquent la chasse et la pêche... et à tous ceux qui font un feu de camp.

Il faut dire que celle qui est aujourd’hui maman d’ados de 14 ans — des jumeaux fille et garçon — est une amatrice de camping depuis sa tendre enfance. Elle en garde ses plus beaux souvenirs, alors qu’elle partait à l’aventure avec sa horde de cousins. Son conjoint et elle ont recommencé à camper lorsque leurs enfants avaient huit ans, adoptant alors le confort d’une roulotte ou d’un VR.

«J’ai commencé à regarder ce qui existait sur la cuisine de camping et j’ai réalisé qu’au Québec, c’était vraiment très mince. Il y a de bons livres d’Angleterre, des États-Unis, en anglais, mais presque rien en français. Et j’avais de la misère à trouver quelque chose que moi j’aurais aimé utiliser en camping», explique la pétillante cuisinière.

Elle a donc commencé par écrire la partie théorique en rassemblant tout ce qui peut être utile pour le glamping : les outils et sources de cuisson, l’organisation du kit de cuisine, les produits à privilégier, comment remplir efficacement la glacière et faire du bon café — ce dernier point, Manon Lapierre ne le prend pas à la légère! «Il y a tellement d’informations… Oui, on peut tout trouver sur Internet, mais il était temps que quelqu’un l’écrive et le rassemble!»

On peut déjà commencer à organiser son kit de cuisine et à faire le plein d’épices, de condiments et d’aliments non périssables.

Les outils

La campeuse le confesse : elle n’est pas la meilleure référence pour ceux qui veulent voyager léger! Mais elle cible tout de même certains incontournables pour les pleinairistes qui ont davantage de contraintes de poids et d’espace. 

L’inséparable : «Avoir au moins une poêle en fonte. Oui, c’est lourd, mais je l’utilise énormément. C’est le seul outil que tu peux mettre autant dans le feu que sur une surface de cuisson au gaz, à induction. Alors qu’une poêle antiadhésive cheap que la plupart des gens ont, tu ne peux pas mettre ça sur le feu, elle va se déformer», signale Manon Lapierre. Elle prône d’ailleurs l’utilisation du feu de camp comme source de cuisson, bien au-delà des guimauves!

Poêle et casserole en fonte, l’outil incontournable pour la cuisson en camping

La révélation : la torche. «Je me suis inspirée de la cheffe Colombe St-Pierre, quand j’ai participé au Foodcamp à Québec, il y a deux ans, je crois. J’ai été flabergastée de la voir cuisiner à la torche! En camping, tu as toujours la partie bonbonne, suffit d’ajouter la torche. Ça ne prend pas de place et ça permet de faire gratiner des nachos, de la lasagne ou de la pizza. Je propose aussi une recette de poisson saisi à la torche.»

Un des outils «révélation» de Manon Lapierre : la torche. Ici, la recette de poisson aburi à la torche.

Le truc facile : cuisiner au thermos. Oui, vous avez bien lu. Ce récipient ne sert pas qu’à garder la nourriture chaude, il peut aussi être utilisé pour la cuisson lente. «Une soupe aux nouilles devient des nouilles à la soupe! La soupe aux lentilles aussi, c’est délicieux. Des gens qui vont faire de la rando ou du vélo par temps froid, ça permet de manger quelque chose de nourrissant et de réconfortant. C’est une idée que j’ai tirée de la cuisine en bateau, j’ai testé les recettes encore et encore!» 

Dans son livre, Manon Lapierre a d’ailleurs choisi de diviser ses recettes de plats principaux pour les soirées chaudes ou fraîches. «J’imagine que je ne suis pas la seule qui n’a pas envie de manger les mêmes affaires quand il fait 30 et quand il fait 12 degrés!»

Les recettes

Comme son dada c’est la cuisine, c’est tout naturel pour Manon Lapierre de proposer des recettes pour le camping — près de 80. «Elles ne sont pas super compliquées, c’est pour les gens qui ont envie de bien manger sans avoir à trimballer 22 ingrédients. Les recettes comprennent des étapes à réaliser à la maison avant de partir et d’autres une fois à l’aventure», indique-t-elle, soulignant qu’il vaut mieux vérifier pour sa planification ce qu’il y a à proximité du camping — des producteurs locaux, une épicerie, même un resto qu’on voudra essayer?

Ses recettes favorites? Si elle a bien des coups de cœur, Manon Lapierre pointe les idées suivantes, «qui ont suscité le plus de réactions quand je les ai faites, et qui sont faciles aussi».

› Guimauves au ciel : De style «carrés Rice Krispies», avec crème fouettée. «Je montre comment faire une crème fouettée avec un pot Mason et un caillou, j’ai travaillé longtemps pour ça!»

Guimauves au ciel

Corned beef hash & eggs : «J’aime beaucoup cette espèce de fricassée de bœuf salé avec des œufs frits que je sers au déjeuner. C’est un plat de diner américain, les Québécois ne connaissent pas tant ça. Le bœuf en “canne”, on dirait qu’on a vraiment un préjugé, mais ça a sa place. Quand on a fait les photos pour le livre, on a mangé tout ce qu’on a cuisiné et l’équipe avait des réserves… mais quand les gens ont goûté, ils ont capoté!»

<em>Corned beef hash & eggs</em>

› Pommes de terre ridées à la peau salée : «J’ai beaucoup de recettes avec des pommes de terre : ça se garde bien et c’est économique. Celle-là fait tellement un bon tapas, à tremper ou napper de sauce.»

Pommes de terre ridées à la peau salée

› Raclette de feu de camp : «Dans la catégorie gourmandise! Pour les photos, j’avais fait précuire mes petites pommes de terre Gabrielle et je les trempais directement dans la demi-meule de raclette. J’étais tellement excitée par le concept!»

Raclette de feu de camp

On constate en feuilletant l’ouvrage que Manon Lapierre apprécie les mets d’inspiration mexicaine et espagnole. «J’ai beaucoup voyagé au Mexique, c’est une cuisine que j’affectionne et qui est quand même populaire. On retrouve pas mal tous les produits au Québec maintenant, mentionne-t-elle. La cuisine espagnole vient de mon beau-père, qui a été élevé dans les Baléares. Nos repas chez lui ont toujours été autour de cette cuisine.» 

Cassoulexpress, pancakes de cowboy, ceviche de truite et pizza dans la poêle donnent aussi un aperçu de la diversité des mets que la campeuse gourmande se plait à cuisiner.

<em>En feu! Plein d’idées pour enfin bien manger en camping</em>,  Manon Lapierre, Éditions Cardinal, 352 pages, 34,95 $