Quand la photo prend l’eau…

Chaque semaine, Le Mag prend plaisir à partager l’un des superbes clichés aériens de Pierre Lahoud, l’historien «volant» qui photographie le Québec du haut des airs depuis quatre décennies. Aujourd’hui, l’inondation du lac Saint-Pierre, sur le fleuve Saint-Laurent, près de Maskinongé.

«Chaque année dans ma démarche de mémoire, je photographie les inondations auxquelles le Québec fait face depuis longtemps. Chaque fois, je trouve que ce qui se passe particulièrement au lac Saint-Pierre est une catastrophe monumentale. C’est probablement le résultat d’une foule de facteurs, dont notamment le réchauffement de la planète. On a maintenant des inondations chaque printemps; c’est assez remarquable, raconte M. Lahoud.»

«Je vois dans cette image une sorte de cri de désespoir de la planète entière. Comment pouvons-nous, en tant qu’humains, changer le cours des choses pour éviter de telles horreurs? C’est le drame de cette photo. Elle est belle esthétiquement, malgré le drame qu’elle représente. Je me sens un peu déchiré quand je vois ce genre d’images. Ça nous rappelle que nos gestionnaires ont aussi des devoirs par rapport à ça. J’ai survolé les inondations de 2011 sur le Richelieu et je trouve inadmissible qu’on donne encore des permis de construction en zones inondables. Je ne la comprends toujours pas, celle-là.»

Propos recueillis par Francis Higgins

Info: pierrelahoud.com

+

À VOIR AUSSI : 
 La grandeur démesurée de l’eau
 La beauté toxique des algues vertes
Un décor de géants
 Dans les méandres du territoire
A-t-on trouvé de l’eau sur Mars?
La rivière «dorée» du Nord-du-Québec