Pousses en ville à l’assaut des restos

S’il n’en tient qu’à Marie-Noëlle Gauthier Bergeron et à Martin Vézina, on trouvera de plus en plus de micropousses dans les assiettes des restaurants de Québec. Ce couple de profs de cégep devenus entrepreneurs vend ses produits dans quelques sandwicheries, mais veut élargir sa distribution en 2020.

Établie depuis l’été dans d’une pièce de leur maison de la basse-ville, leur fermette urbaine «artisanale» — baptisée Pousses en ville — produit tournesol, pois, betterave, rapini, coriandre, chou-rave rouge, kale, trèfle, moutarde, radis, etc. Des germinations parfois vendues dans des kiosques éphémères à la boulangerie Des pains sur la planche et à la boutique NousRire. 

Mais on vise de rejoindre plus de clients, de restaurateurs et, à terme, d’épiceries. 

«On a tendance à penser que les micropousses ne sont qu’un truc décoratif, mais elles ont beaucoup à offrir en termes de goût et de qualité nutritionnelle. Chaque graine contient tous les nutriments, vitamines et minéraux du futur légume», dit Mme Gauthier Bergeron. 

Prix : 4 $ pour de 40 à 75 grammes.

Info : @poussesenville sur Facebook

Betterave
Amaranthe


*Vous ouvrez un commerce, lancez un produit ou organisez un nouvel événement? Vous avez des idées ou des suggestions pour Le Mag? On veut le savoir! Écrivez-nous maintenant à lemag@lesoleil.com.