Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Pointillisme nouveau genre

Raphaëlle Plante
Raphaëlle Plante
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Règle générale, le papier bulle sert à protéger les objets délicats, dont les oeuvres d’art qu’on déplace d’un lieu d’exposition à un autre… Mais si le papier bulle devenait lui-même une oeuvre d’art? 

L’artiste new-yorkais Bradley Hart, originaire de Toronto, a eu cette idée originale d’utiliser ce matériau d’emballage comme canevas pour reproduire des portraits, des paysages et même des tableaux de grands maîtres.

Interprétation des <em>Nymphéas</em> de Claude Monet, 2014

Sa technique? Injecter dans chaque bulle, à l’aide de seringues, de la peinture acrylique à partir d’une palette de 116 couleurs. Un travail de longue haleine… puisqu’il faut d’abord remplir entre 1500 et 2500 seringues de peinture! 

L’artiste procède ensuite à une injection chirurgicale dans chaque bulle. L’excédent de peinture crée des coulisses à l’arrière : une fois séché, cet excédent est délicatement retiré et devient une deuxième oeuvre, comme un négatif de la première. 

Pour en voir davantage : bradleyhart.ca et @bradleyhartnyc sur Instagram (on y retrouve plusieurs vidéos présentant la démarche de l’artiste et sa technique).