Plein air

Casques kupol: la tête protégée grâce à l'impression 3D

BLOGUE / Désormais un accessoire incontournable des cyclistes, le casque protecteur évolue de saison en saison. Mais force est d'admettre qu'il n'y a pas eu de grande révolution jusqu'ici. Prête à revoir complètement les façons de faire, la petite entreprise québécoise kupol pourrait bien bousculer les Giro, Bell et Kask de ce monde grâce à l'usage de l'impression 3D.

En effet, l'entreprise prévoit commercialiser le printemps prochain le tout premier casque réalisé par impression 3D. 

Grâce à une campagne sur Kickstarter, kupol prend les précommandes actuellement.

Plein air

Le randonneur... sans jambes

BLOGUE / Incapable de suivre ses deux frères et son père en randonnée quand il était plus jeune, l'Américain Sid Smith devait se contenter de les voir partir. Des aventures impensables pour l'handicapé qu'il était, touché gravement aux pieds à cause d'une maladie génétique. Des années et une double amputation plus tard, il rattrape le temps perdu, un pas à la fois.

Dans le court documentaire 3 Sons & A King de V6 Media et diffusé par Petzl, Smith réalise enfin son rêve de gravir en compagnie de son paternel le sommet de l'Utah, le pic Kings (4123 m). Pour ajouter à l'expérience, son fils de 9 neuf ans est également du voyage.

Désormais équipé de prothèses sophistiquées, Sid Smith est capable de faire de la randonnée, même si c'est une nouvelle activité pour lui.

Un trajet de 21 km jusqu'au sommet, pour un gain en dénivelé de 1250 m.

Plein air

«Bikepacking»: le vélo comme sac à dos

Tous les cyclistes vous le diront, le vélo c’est la liberté. Mais ce sentiment peut facilement s’envoler dès qu’on ajoute vivres et bagages pour voyager. La solution? Se tourner vers l’approche «sac à dos» du cyclisme. Bienvenue dans l’univers du «bikepacking».

À partir du cyclotourisme traditionnel où les voyageurs enfourchent de robustes bécanes avec supports multiples pour y accrocher de volumineuses sacoches, une nouvelle génération de cyclistes en quête d’aventures a simplifié les choses. Question d’aller plus vite. Question d’aller plus loin.

Bien plus qu’un mot-clic populaire sur les réseaux sociaux où les vélos équipés pour le voyage sont aussi variés que spectaculaires, le #bikepacking est cette façon renouvelée d’utiliser des montures régulières pour le cyclotourisme. Notamment sur Instagram, bicyclettes haut de gamme et de performance, autant de route que de montagne, s’affichent ainsi pour inspirer et faire rêver.

Tout ça rendu possible par de nouveaux types de sacs de cadre, de selle et de guidon qui ne nécessitent aucun équipement supplémentaire pour les utiliser. Du coup, même les cadres exotiques et performants en carbone ou autres matériaux sont utilisables.

Une influence tirée directement des grandes courses longues distances en autonomie comme la World Cycle Race, la Trans Am Bike Race, la Transcontinental Race ou encore le Tour Divide. Des épreuves où l’endurance, la vitesse et l’aventure se conjuguent pendant des jours, des semaines, voir parfois des mois à travers un pays, un continent ou même le monde. De nouvelles frontières en cyclotourisme de performance.

Des courses-aventures uniques qui gagnent en prestige et en popularité auprès du grand public. Et les manufacturiers l’ont compris. Car ce qui est bon pour faire le tour du monde l’est certainement aussi pour faire ces escapades de quelques jours en autonomie avec le vélo que vous avez déjà.

Ce qui fait que d’une production très spécialisée jusqu’à récemment, les sacs de bikepacking ont maintenant la cote chez plusieurs manufacturiers, qui rivalisent d’ingéniosité et qui sont de plus en plus nombreux à en fabriquer. Résultat, il est possible de transformer assez simplement le plus vif des étalons de course en une machine à voyager.

Seul compromis, il faut être prêt à se limiter dans ce qu’on apporte. Le confort sera peut-être un peu plus rudimentaire au campement et l’approvisionnement en nourriture se fera sur la route plus régulièrement, mais le plaisir de rouler sans être un mulet surchargé compensera amplement.

Plein air

Un livre illustré pour donner le goût aux enfants de grimper

BLOGUE / Grimpeur de longue date, Olivier Roberge a voulu transmettre sa grande passion à son fils. Question de lui faire découvrir le sport en douceur et de nourrir son imaginaire, il a eu l'idée de lui trouver des histoires d'escalade. Bibliothèques, librairies... pareil livre destiné aux enfants n'existait pas. Qu'à cela ne tienne, le scénariste de métier s'est attaqué au défi. Ainsi est né le livre «Les aventures verticales de Tom et Katie».

En collaboration avec l'artiste multidisciplinaire Sandrine Bulté, qui a réalisé les illustrations, Olivier Roberge propose ainsi une série de courtes d'histoires qui visent à amener les enfants à s'intéresser à la montagne.

Les aventures verticales de Tom et Katie entraîneront les petits dans l'univers de quatre disciplines différentes de la grimpe: l'escalade intérieure, l'escalade sportive, l'escalade de bloc et l'escalade traditionnelle.