Le belvédère du Lac-aux-Chevaux, l'un des trois endroits dans le parc national de la Mauricie où se trouve les emblématiques chaises rouges de Parcs Canada, symboles de points vue qui valent de détour.

Rando et canot en cadeau!

Pas besoin d'être Séraphin pour savoir apprécier un «deal» quand il passe. En cette année des 150 ans de la Confédération, Parcs Canada vous accueille sur son bras et c'est à vous d'en profiter.
Parcs nationaux, aires marines nationales de conservation et lieux historiques nationaux, tout ce qui est sous la gestion de Parcs Canada est en effet accessible gratuitement pour 2017 à travers le pays. Une entrée sans frais qui sert ainsi de petit cadeau de bienvenue et qui saura certainement donner le goût aux visiteurs d'ici et d'ailleurs de filer en nature.
À tout le moins, c'est l'effet que l'initiative a eu sur moi récemment. En faisant le tour des parcs nationaux canadiens, j'ai constaté que des trois au Québec, celui de la Mauricie, un peu au nord de Trois-Rivières, à proximité de Shawinigan, manquait toujours à mon palmarès.
Comme si le fait qu'il soit si près des grands centres - à moins de deux heures de Québec - me l'avait fait oublier, tandis que je visitais pourtant au fil des ans Forillon en Gaspésie et Mingan sur la Côte-Nord.
Territoire aux très nombreux lacs et rivières, le parc national de la Mauricie possède une solide réputation comme destination pour les canoteurs et autres amateurs de sports nautiques. Il faut voir les artisans qui s'affichent en direction du parc et qui fabriquent canots ou avirons pour comprendre la place de l'activité dans la région.
Mais c'est aussi un endroit fort agréable où y faire de la randonnée. C'était d'ailleurs l'objectif de notre trop courte virée dans le coin.
Effet de la gratuité à l'entrée dans les parcs nationaux canadiens, l'attente est certainement réduite aux différents guichets d'accès. Encore plus si vous avez déjà commandé par la poste votre vignette du 150e et qu'elle est accrochée au miroir de votre véhicule.
Les préposés n'ont donc pas à s'occuper des paiements. Un précieux temps qu'ils peuvent utiliser pour s'assurer que les visiteurs ont bien planifié leur excursion et qu'ils profiteront à plein de leur passage.
Peut-être n'était-ce au fond que le début de la saison touristique, mais la patience et la gentillesse des employés du parc étaient particulièrement au rendez-vous à notre visite. Un plaisir qui va bien au-delà des quelques dollars sauvés! 
Loin d'être un terrain sans relief, le parc de la Mauricie présente des parcours vallonnés pour la randonnée, qui donnent de jolis points de vue sur une région parsemée de plans d'eau. Pour une première visite, le sentier du Lac-Solitaire à proximité de l'entrée de Saint-Jean-des-Piles est une parfaite introduction en la matière.
Les familles apprécieront la qualité du sentier d'un peu moins de six kilomètres qui mène aux différents points de vue autour du lac du même nom. Rien de trop difficile, juste assez pour donner l'impression d'avoir bien mérité les panoramas qui s'offrent à nous.
En particulier celui du belvédère du Lac-aux-Chevaux, où sont situées deux des fameuses chaises rouges de Parcs Canada, symboles de paysages d'exception.
Et pour ceux qui en voudraient davantage, la possibilité d'allonger les sorties en combinant des boucles est un réel avantage. Surtout en compagnie de princesses de six et huit ans qui finissent parfois par se fatiguer plus rapidement que prévu!
Quant aux sportifs, ils pourront s'en donner à coeur joie en découvrant les sentiers au pas de course ou encore rouler à vélo à travers le parc sur la route asphaltée d'une soixantaine de kilomètres. Ce que plusieurs faisaient d'ailleurs à notre passage. Là encore, le relief saura mettre juste assez de piquant.
Le sentier Les Falaises offre aux randonneurs un parcours vallonné avec des vues aériennes sur la région.
Gonflées par les crues record du printemps qui ont lourdement touché la Mauricie, les rivières du parc étaient splendides à la fin mai.
Au jour deux de notre escapade, dans le secteur de l'entrée de Saint-Mathieu-du-Parc, le sentier Les Cascades s'est ainsi dévoilé rapidement. Car bien avant de voir l'impressionnant ruisseau qui longe le tracé pédestre, il se faisait entendre bruyamment. Un spectacle rafraîchissant qu'il est possible d'apprécier très aisément - presque trop! -, tandis que pratiquement la moitié de la boucle en question est asphaltée pour la rendre accessible aux poussettes, notamment.
Rien pour gâcher le plaisir des randonneurs qui peuvent s'éloigner rapidement vers la suite plus sauvage du parcours, avant d'enchaîner avec le sentier Les Falaises pour une aventure d'environ six kilomètres.
L'autre bout complètement du parc de la Mauricie, mais encore une fois des vallons dociles qui nous mènent à contempler la région sous toutes ses coutures. Ce coup-ci, c'est le lac Wapizagonke, long de plus de neuf kilomètres, qui anime le paysage dans les détours du sentier.
Tout en bas, des canoteurs partent à l'aventure de leur côté.
On devine du coup tout ce qu'il reste à explorer.
***
Défi kayak Desgagnés: le fleuve accessible à tous
Le troisième Défi kayak Desgagnés Montréal-Québec se tiendra cet été du 10 au 13 août.
L'instigateur du Défi kayak Desgagnés n'en démord pas. Il tient à faire de sa randonnée caritative de plus de 250 km entre Montréal et Québec l'ultime façon de découvrir le Saint-Laurent en toute sécurité. Que vous ayez fait du kayak de mer ou non auparavant. «Je veux briser la perception que tu dois être un hot en kayak pour le faire», résume Mathieu Fortier, qui a lancé l'initiative pour financer l'organisme Jeunes musiciens du monde. 
«On permet à des non-kayakistes d'aller à la rencontre du fleuve en format tout inclus», rappelle le grand manitou, qui prépare le 3e Défi kayak, qui aura lieu cette année du 10 au 13 août. Jusqu'ici, environ 70 pagayeurs ont confirmé leur présence. Une inscription un peu au ralenti admet le pagayeur et musicien, qui croit cependant que l'arrivée du beau temps replacera les choses. 
Si le Défi arrive à grands pas, il n'est pas encore trop tard pour embarquer dans la flottille en tandem ou en solo, en format complet ou à relais. Selon Fortier, l'aventure de groupe est accessible à tous dans la mesure où l'on fait la préparation minimale. D'ailleurs, il estime qu'environ 50 % des participants chaque année sont des néophytes. 
Afin de faciliter la logistique et diminuer la longue journée numéro un, une quinzaine de kilomètres ont été retranchés cet été, grâce à un départ plus à l'est. La collecte de fonds pour participer est encore fixée à 2000 $ cette année. 
Tous les détails à defikayak.org