Partie de Vienne à sept, l'équipe du Red Bull Der Lange Weg ont complété à cinq l'imposante traversée, après l'abandon de deux participantes après des blessures.

L'incroyable traversée des Alpes du Red Bull Der Lange Weg

BLOGUE / Au départ, l'idée était de voir ce que pouvait faire un groupe de skieurs-alpinistes de premier plan avec des équipements et l'entraînement modernes, face à un record vieux de 1971. Une traversée des Alpes à ski et à pied, de Vienne à Nice, complétée à l'époque en 41 jours.

Sur la ligne de départ le 17 mars dernier, Bernhard Hug, David Wallmann, Philipp Reiter, Janelle Smiley, Mark Smiley, Tamara Lunger et Núria Picas. Un groupe d'athlètes internationaux, prêts à s'attaquer ensemble au record détenu par les Autrichiens Robert Kittl, Klaus Hoi, Hansjörg Farbmacher et Hans Mariacher.

Au programme, du ski en montagne (environ 70% du temps) autant à la montée qu'à la descente, sinon des passages à pied quand la glisse était impossible.

Une «petite» balade de 1721 km et de 90 000 mètres de dénivelé positif à travers les Alpes que cinq des aventuriers auront réalisé en 36 jours. Lunger et Picas seront malheureusement contraintes à l'abandon en cours de route, après des blessures.

Il faut dire que la traversée était pour le moins exigeante. Car au-delà des difficultés techniques d'une pareille aventure en montagne, il y avait cet incroyable rythme à soutenir, jour après jour.

Il faut s'attarder aux données compilées par Reiter grâce à sa montre GPS pour comprendre pourquoi le record a tenu aussi longtemps.

En moyenne, les skieurs-alpinistes étaient en action 12 heures par jour, à avancer sans ménagement. Et cela, sans compter le temps de préparation pour la journée, l'alimentation et la logistique. Bref, malgré la présence d'une équipe de soutien, les sportifs d'endurance ont vécu de longues heures d'aventure...

La journée la plus imposante au niveau de l'ascension? Celle de 4797 mètres de denivelé positif. Également celle qui remporte la palme pour la plus grande distance avec 74,11 km. «Définitivement le jour le plus long de l'aventure», résume Reiter, sur le site de son commanditaire Suunto.

Quant à savoir si l'équipe de 2018 a fait mieux que celle de 1971, impossible à dire. Certes, les aventuriers modernes ont fait Vienne-Nice en moins de temps, mais ils auront dû éviter quelques sommets de l'itinéraire original. 

La météo est à blâmer pour cela. Notamment au Mont-Blanc, où l'équipe de Reiter et cie ont dû tourner les talons à 100 mètres du sommet.

Mais comparable ou non, cette aventure de la montagne à la mer reste fabuleuse et exceptionnelle. Surtout que les athlètes de 2018, bien de leur temps, l'ont abondamment documenté sur les réseaux sociaux.

À votre tour de voyager!

______________________________

Vous voulez réagir? Visitez et aimez la page Facebook Le Soleil - Plein air ci-dessous pour rester en contact!