Alex Honnold loin du sol... et loin de sa dernière protection durant l'une des récentes ascensions du Nose, sur El Capitan, en préparation au record de vitesse établi mercredi en compagnie de Tommy Caldwell.

Deux extra-terrestres survolent la «grosse roche»

BLOGUE / L'exploit sportif du mois, et certainement de l'année si vous vous intéressez à l'escalade, c'est actuellement qu'il se déroule. Ou presque. Après avoir repris le record de vitesse pour l'ascension de la légendaire voie du Nose (près de 1000 mètres de haut), à Yosemite en Californie, les deux méga-vedettes de la grimpe Tommy Caldwell et Alex Honnold visent maintenant à passer sous la barre des deux heures pour gravir le géant qu'est El Capitan.

Question de mettre en perspective l'exploit, la nouvelle marque établie par Caldwell et Honnold mercredi est de 2:10:15. Le record précédent réalisé par Brad Gobright et Jim Reynolds l'automne dernier était de 2:19:44. Je vous avais d'ailleurs récemment parlé d'un fabuleux court-métrage qui relatait l'ascension de Gobright et Reynolds.

Preuve que rien n'est laissé au hasard dans cette quête de vitesse, de plus en plus les secondes comptent. C'est fou d'y penser car pour le commun des mortels, qui auraient néanmoins la forme et la technique nécessaires pour ce genre de défi, l'ascension du Nose prend en moyenne... de trois à quatre jours!

Combien de temps pour la première ascension en 1958? Quarante-sept jours! Le Nose en moins d'une journée? C'est arrivée presque deux décennies plus tard, en 1975 (17:45). Sous les trois heures, en 2002 (2:48:55)!

Pour un record de vitesse, le style importe peu — en artif où l'on peut se hisser sur les protections ou encore en escalade libre —, du moment que les grimpeurs progressent vers le haut, c'est bon. Mais seulement des athlètes du niveau de Caldwell et Honnold peuvent rêver de pareil sprint sur la «grosse roche» qu'est El Capitan.

Une autre journée au «bureau», si l'on peut dire, pour les deux partenaires...

Tommy Caldwell a établi sur El Capitan la voie longue la plus difficile en 2015, avec son désormais mythique Dawn Wall.

Quant à Alex Honnold, il demeure à ce jour le seul à avoir gravi El Cap en solo intégral, sans aucune protection. Il a également détenu le record de vitesse sur le Nose avec comme partenaire Hans Florine (2:23:46), de 2012 à l'automne dernier.

Bref, le géant de granit est le terrain de jeu de prédilection des deux américains, grimpeurs professionnels à plein temps. Partenaires fréquents sur de gros projets, c'est la première fois que les talentueux Caldwell et Honnold combinent leurs habiletés au nom de la vitesse pure.

Néanmoins, pour arriver à aller aussi vite, ils doivent prendre des risques... calculés. S'ils cherchent un maximum de sécurité en paroi (!!), Caldwell a tout de même admis avoir fait une chute d'une trentaine de mètres à l'entraînement.

Après plusieurs ascensions du Nose récemment, Caldwell et Honnold auraient seulement poussé la machine au moment d'établir le record. Une belle ascension, mais qui ne serait pas encore «parfaite» d'après le tandem.

Et loin de se satisfaire du record, ce que le duo cherche maintenant est de passer sous les deux heures. Rien de moins.

«Détenir le record est cool, mais il y a quelque chose d'élémentaire à vouloir passer sous la barrière des deux heures. Un peu comme briser la marque des deux heures pour le marathon. Je crois que si l'on peut le faire, je m'en foutrais pas mal par la suite de savoir qui a le record», a expliqué Honnold au magazine Climbing.

Après un peu de repos, les deux amis doivent retourner dans l'univers vertical d'El Capitan prochainement pour un autre essai en format sprint contre-la-montre.

Et possiblement un autre record de vitesse qui ajoutera un chapitre de plus à la légende Caldwell-Honnold.

Près de 1000 mètres de vide à dompter. Dix minutes 16 secondes à retrancher...

______________________________

Vous voulez réagir? Visitez et aimez la page Facebook Le Soleil - Plein air ci-dessous pour rester en contact!