Richard Simons passe plus de 100 jours par année à parcourir le monde pour assister aux défilés, rencontrer des designers, visiter des fabricants de toutes sortes, etc.

Parlons mode avec Richard Simons

À moins de revenir d’un long voyage, tout le monde à Québec sait que le nouveau Simons des Galeries de la Capitale a ouvert ses portes le 15 mars dernier.

Un magasin révolutionnaire au point de vue énergétique, le premier à consommation nette zéro au Canada, où on peut même recharger sa voiture électrique pendant qu’on fait ses achats. Ceci étant dit, qu’en est-il de la mode et de la qualité du magasinage dans cette succursale revampée? Pour tout savoir, Le Soleil a eu la chance de passer une heure et demie à visiter le nouveau magasin en compagnie du plus discret des deux propriétaires de l’entreprise familiale, Richard Simons. 

Il est vrai que, médiatiquement parlant, Richard Simons, acheteur et vice-président achats, est beaucoup moins connu que son frère Peter, président de la célèbre Maison qui portent leur nom. Mais sachez que monsieur Richard a une connaissance très poussée du merveilleux monde de la mode, qui n’a d’égale que la grande humilité qu’il dégage quand on discute du sujet avec lui.

La configuration plus cartésienne de l’endroit favorise entres autres les présentations par thème (de couleurs, de motifs, ou de matières).

Richard Simons passe plus de 100 jours par année à parcourir le monde pour assister aux défilés, rencontrer des designers, visiter des fabricants de toutes sortes, et on en passe. Vie de rêve, dites-vous? Pendant la récente Semaine de la mode à Paris, M. Simons a enfilé au moins 10 rendez-vous quotidiennement lors de son passage d’une douzaine de jours dans la capitale française. Avouez que c’est moins glamour vu comme ça.

«La mode, c’est un monde fascinant, où la créativité n’a pas de fin. On peut penser que c’est superficiel, mais c’est un domaine où il y a beaucoup de gens très intelligents», estime l’acheteur d’expérience, spécialisé dans la mode féminine. «C’est une forme d’art, s’habiller. On le fait pour le plaisir, mais aussi pour s’exprimer. Et les femmes ne veulent pas seulement “s’habiller”, elles veulent être différentes et créer leur style; nous, on est là pour elles, pour les aider, et répondre à leurs besoins.»

Et si l’aspect écologique et durable est important pour le développement physique des magasins, il l’est aussi pour le vêtement lui-même. «C’est un peu fini de s’habiller pour une seule saison. Maintenant, on préfère les pièces-clés de meilleure qualité, qui vont durer et rester belles longtemps», soutient Richard Simons, très fier de souligner du même coup le travail de la centaine de personnes de l’équipe de design de La Maison Simons (dont 50 designers pour les marques maison), qui veut toujours «créer mieux et plus efficacement».

simons.ca

***

Les salons d'essayage sont beaucoup plus vastes. Ici, la salle de la section Twik.

Objectif: magasiner!

Parlons maintenant des avantages, pour la magasineuse, du nouvel espace des Galeries de la Capitale. D’abord, on voit 60 % de la marchandise simplement en marchant dans les (larges) allées, précise Richard Simons. Les salons d’essayage sont nettement plus grands, accueillants, et mieux éclairés (comme tout le magasin, d’ailleurs), et il y a toujours de la place pour s’asseoir pas loin (accompagnateurs, prenez des notes).

La configuration un peu plus «cartésienne» de l’endroit (par rapport à l’ancien magasin) permet de s’y retrouver plus facilement, et favorise les présentations par thème (de couleurs, de motifs, ou de matières), explique M. Simons. Aussi, on a ajouté de l’espace pour recevoir de nouvelles collections, comme Self-Portrait, M Missoni, Red Valentino, ou Victoria, Victoria Beckham (une gamme plus accessible de madame Posh Spice), sans oublier les designers québécois et canadiens (Denis Gagnon, Elisa C-Rossow, etc.).

La nouvelle section aérée de chaussures de Simons.

Chaussures

Enfin, un mot sur un produit qui a maintenant la place qu’il mérite… les chaussures! «C’est notre nouveau bébé», avoue Richard Simons au sujet du développement accru du volet chaussures (homme et femme) chez Simons. Dans cette nouvelle section aérée, lesdites chaussures sont bien visibles et accessibles, et on peut y passer un long moment (assise!) à essayer plusieurs modèles. Alléluia. 

***

L’oeil sur les tendances

Au cours de notre visite, Richard Simons nous a souligné quelques tendances mode de cette année. En voici quelques-unes.

Robe florale asymétrique de marque Self-Portrait (595 $)

Le jaune 

«Oui le lilas, le mauve, mais le jaune est définitivement une couleur phare actuellement. J’en ai vu beaucoup à la Semaine de la mode à Paris.»

*

Combi-pantalon de marque Yeezy (515 $)

Le street wear

«Ce n’est pas nouveau, mais c’est encore plus fort. Et la grande influence actuellement dans ce domaine, c’est Kanye West avec sa marque Yeezy.»

*

Pantalon en vinyle de marque Icône (49,95 $)

Le vinyle ou le PVC

«Il y en a partout à Paris!»

*

Une pièce de marque MinkPink (129 $)

Le une-pièce

«Dans tous les styles.»

*

Blouson de marque Carven (1125 $)

Les vêtements amples

«Après 10 ans de moulant, on va vers le plus ample.»

*

Le V profond

«Pour le porter en toutes occasions, on l’agence en superposition, avec un t-shirt, une camisole, ou un col roulé.»

*

À venir cet automne

«Le style western, avec Calvin Klein notamment, et le velours côtelé.»