Ôoooo Caaaanadaaaaa

En une semaine, on passe du bleu au rouge. Bleu pour le fleurdelisé et la fête nationale des Québécois, le 24 juin. Rouge pour l’unifolié et la fête du Canada, le 1er juillet. Demain, on commémore la date de naissance du pays, la Confédération canadienne qui remonte à 1867, il y a 151 ans.

Mais avant, faisons un petit retour dans le temps. Tu sais que les Amérindiens ont été les premiers habitants de notre territoire? Puis il y a 500 ans, ces terres pleines de forêts, de rivières et de lacs ont attiré les explorateurs européens. Les Français et les Anglais se sont succédés pour y établir des colonies et exploiter les richesses.

La Grande-Bretagne avait aussi des colonies plus au Sud, qui se sont rebellées pour obtenir l’indépendance et former les États-Unis en 1776.

Presque 100 ans plus tard, le Canada voit le jour à son tour. As-tu déjà entendu l’expression l’union fait la force? C’est l’idée qui a germé parmi les colonies de l’Amérique du Nord britannique : s’allier en un seul pays pour faciliter le commerce, mieux gérer les problèmes politiques et se protéger contre les États-Unis. 

À l’époque, le Canada comptait seulement quatre provinces : le Québec, l’Ontario, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse. Les six autres provinces et trois territoires se sont ajoutés petit à petit, pour devenir un pays a mari usque ad mare, la devise nationale qui veut dire «d’un océan à l’autre». 

Fédéralisme

Le 1er juillet vers 11h40, le 2e Bataillon du Royal 22e Régiment offrira une cérémonie protocolaire de lever du drapeau à la terrasse Dufferin.

Tu connais Justin Trudeau et Philippe Couillard? L’un est premier ministre du Canada et l’autre, du Québec. C’est que notre pays fonctionne selon un système politique appelé le fédéralisme. Il y a un gouvernement fédéral et des gouvernements provinciaux. Chacun a ses spécialités et ses devoirs. Le but? Unir les provinces et les territoires, tout en laissant à chacun une certaine autonomie. Une partie de la population québécoise n’est pas d’accord avec cette façon de gouverner. Le mouvement souverainiste et ses militants souhaitent la séparation du Québec du reste du Canada, pour que le Québec devienne un pays et forme une nation francophone et indépendante.  

1000 parts de gâteau devant le Château

Le Château Frontenac perpétue la tradition d’offrir au public son gâteau du 1er juillet. Ici en 2013.

À Québec, les festivités du 1er juillet comprennent une séance de yoga en plein air, des visites de sites historiques gratuites, un spectacle d’Arthur l’Aventurier, des feux d’artifice en soirée... Pour les gourmands, un immense gâteau de 1000 portions sera servi gratuitement à la population et aux touristes à 13h, sur la terrasse Dufferin. Cette surprise sucrée sortira des cuisines du Fairmont Le Château Frontenac, qui perpétue cette tradition pour la fête du Canada.

L’hymne national 

Le Ô Canada, écrit par sir Adolphe-Basile Routhier et mis en musique par Calixa Lavallée, est chanté pour la première fois... le 24 juin 1880, lors d’une célébration de la Saint-Jean-Baptiste à Québec. Un peu mêlant, tout ça! Le Ô Canada, un peu modifié et traduit en anglais au fil des ans, est devenu l’hymne national du pays le 1er juillet 1980.

L’Unifolié

Le drapeau du Canada

Le drapeau du Canada, surnommé l’Unifolié, a été adopté en 1965. Un Québécois originaire de la Mauricie, Jacques Saint-Cyr, a dessiné sa feuille d’érable. Le 1er juillet vers 11h40, le 2e Bataillon du Royal 22e Régiment offrira une cérémonie protocolaire de lever du drapeau à la terrasse Dufferin, à Québec.

Sources : feteducanadaquebec.com, primaire.recitus.qc.ca, Bibliothèque et Archives Canada, Encyclopédie Canadienne, Fairmont Le Château Frontenac

*

C'EST PLATE... QU'EST-CE QU'ON FAIT?

On lit des histoires numériques

Le plaisir de lire ne fait pas relâche cet été. Et une nouvelle application, Miniminus, te permet de découvrir des auteurs et des illustrateurs jeunesse des quatre coins du monde, en six langues. Le catalogue sera enrichi de nouvelles histoires exclusives tous les mois, des récits pour les 3 à 8 ans. Sans musique, voix ou bruits, tu pourras te concentrer pour découvrir Des mots d’amour pour Nathan ou Les bottes rouges de Pépino. L’abonnement de 3 $ par mois donne accès à tout le catalogue. Info : miniminus.com

*