Anthony Bourdain lors d'une visite à Toronto, il y a deux ans

Mort d'Anthony Bourdain: des restaurateurs de Québec sous le choc

Le suicide d’Anthony Bourdain, ce chef américain devenu mondialement connu grâce à son émission de télévision culinaire «Parts Unknown», a causé vendredi une onde de choc partout sur la planète. Même à Québec, des restaurateurs émus se souviennent de son passage dans la capitale, en 2013. Portrait d'un homme qui a marqué son milieu, qui est parti «trop vite», dans le mystère et l'incompréhension.

Lors du tournage de son émission dans les villes de Montréal et de Québec, l’as de la gastronomie s’était notamment arrêté à l’Affaire est Ketchup, sur la rue Saint-Joseph. Joint par Le Soleil, l’un des serveurs et propriétaires de l’établissement, Olivier Lescelleur St-Cyr, a parlé d’un homme «extrêmement intègre».

«Il était extrêmement facile d’approche et hyper ouvert. Quand il est débarqué ici, on avait des attentes nécessairement, puisque ça restait un personnage tellement important. Mais on a vite réalisé à son arrivée que ce qu’il y avait dans son show, c’était exactement ce que tu voyais dans la vie: un chic type, une bonne personne.» Sans façade, le chef cuisiner représentait «tout ce qu’il y avait de plus vrai» dans l’industrie, aux yeux de l’homme d’affaires.

LIRE AUSSI: Le chef américain Anthony Bourdain s’est suicidé

Même son de cloche du côté du Continental, sur la rue Saint-Louis dans le Vieux-Québec, qui avait également reçu M. Bourdain à l’époque. Son copropriétaire, Mathieu Pettigrew, affirme qu’il conservera toujours l’image de «quelqu’un qui était simple, authentique et très apprécié, partout où il passait».

«Ça avait été tout un honneur de le recevoir, lance-t-il. Encore aujourd’hui, les gens nous en parlent. À chaque semaine, cinq ans après, on a des clients qui viennent manger parce qu’ils ont vu son émission. Il touchait énormément de gens, et ça se voit.»

En 2013, l’engouement était tel, selon lui, que quatre clients américains sur dix venaient au Continental après avoir vu son émission. «Ça nous a vraiment fait connaître à l’international, ça a été pour nous la plus belle publicité et la plus belle renommée dans le monde. On ne pourra jamais assez le remercier pour ça.»

Surprise et tristesse 

Ce matin, quand il a appris la nouvelle par des amis et des collègues qui l’envahissaient de messages, Olivier Lescelleur St-Cyr n’en revenait tout simplement pas. 

«C’est tellement triste, et surtout, on se demande tous exactement ce qui s’est passé, et pourquoi, explique-t-il. On parle d’une grande perte pour le milieu de la restauration. Cet homme-là a tellement été un vulgarisateur incroyable et surtout quelqu’un qui a apporté au milieu dans plusieurs régions autour de la planète.»

Dans le cas de Mathieu Pettigrew, le choc était tout aussi énorme, autant pour lui que pour son équipe, dont plusieurs membres toujours actifs, avaient eux aussi rencontré Anthony Bourdain il y a maintenant cinq ans. 

«À l’interne, toute l’équipe a été profondément attristée et choquée, poursuit-il. C’est très surprenant pour nous, surtout dans les circonstances dans lequel il a été trouvé. Quand on parle de suicide, pour nous, c’était pas quelqu’un qui dégageait ça. Il aimait rire, manger, profiter de la vie et voyager. On ne pensait pas du tout à suicide en pensant à Anthony Bourdain.»

En fin d’entretien, le co-propriétaire de l’Affaire est Ketchup s’est même remémoré un moment marquant avec le chef américain. «Il était débarqué au resto en s’asseyant au bar et en disant "bon, qu’est-ce qu’on mange, qu’est-ce qu’on boit?" Puis, à la fin, il disait même "écoutez les boys, normalement je reste plus longtemps, mais je m’excuse, ça fait trois jours de tournage, je suis brûlé raide". Il était toujours très humain.»

Lors de son passage au Continental, M. Bourdain avait fait preuve d’une grande générosité, ajoute Mathieu Pettigrew. «Il disait que notre cocktail de crevettes, il était comme Jésus l’aurait mangé dans son temps», se souvient-il. Vous voyez le genre. C’est quelqu’un qui a non seulement démocratisé la restauration, mais qui en a aussi fait un milieu sans aucune prétention et qui disait vraiment ce qu’il croyait.»

Avis aux intéressés, le réseau américain CNN rediffusera l’épisode à Montréal et à Québec de «Parts Unknown» ce samedi 9 juin, dès 23h, en l'honneur d'Anthony Bourdain.

Vous ou vos proches avez besoin d’aide? N’hésitez pas à joindre l’Association québécoise de prévention du suicide au 1 866 APPELLE (277-3553).

+

CE QU'ILS ONT DIT...

«Tu peux aller souper au meilleur restaurant dans le monde et cette soirée-la, tu t’engueules avec ta blonde, eh bien ce ne sera pas bon ce que tu vas manger. La restauration, c’est toute une expérience, et ce que lui représentait, c’était exactement ça.» — Olivier Lescelleur St-Cyr

«On a discuté un peu avec lui, mais en même temps, on ne voulait tellement pas le déranger. Il venait ici pour profiter de son moment, ça se voyait. Il voulait vraiment essayer la nourriture du Continental. C’était quelqu’un de tout simple, qui n’était vraiment pas prétentieux.» — Mathieu Pettigrew

«C’était toute une soirée à la base qu’on s'était organisés pour pouvoir le recevoir. On se disait de faire comme si c’était une soirée normale, mais quand tu mets trois caméramans, trois gars de son, ce n'est pas vrai qu’on peut travailler normalement dans ce temps-là (rires). Ça avait vraiment été une belle soirée. Il dégageait beaucoup d’empathie.» — Olivier Lescelleur St-Cyr