Le last word
Le last word

La recette de Monsieur Cocktail: avoir le dernier mot

Patrice Plante
Patrice Plante
Collaboration spéciale
Parfois, la première neige nous rappelle que la vie est un cycle. Ce fut mon cas lundi dernier, à mon réveil. Je préparais mon café d’une main, tenant Simone dans l’autre. Le trompettiste jazz italien Paolo Fresu trompetait justement dans mes oreilles (hé oui, vous devez savoir qu’après la passion pour les cocktails vient souvent la passion pour le jazz) et cette neige à travers la fenêtre m’a plongé dans mes souvenirs, jusqu’à mes débuts derrière le bar.

Bien que j’aie abandonné ma carrière au gouvernement pour me lancer derrière le bar de l’Atelier à 30 ans, le cocktail faisait déjà partie de mon ADN sans le savoir : ma nostalgie des vieilles choses, mon amour des nœuds papillon, des complets et du tweed, la verrerie fine, les cigares, les conversations animées des saloons où personne ne s’ennuyait de leur notification par téléphone.

En fin de semaine, permettez-moi de vous ramener aux années 30 grâce à un cocktail. Aux murmures émanant des speakeasys illégaux durant la prohibition américaine, plus spécifiquement au Detroit Athletic Club où serait née l’une des plus grandes harmonies de cocktails de tous les temps : le last word.

D’une simplicité désarmante, il vous amènera toutefois à mettre la main sur des ingrédients précis pour le réaliser. Ce ne sera pas facile, mais c’est le prix à payer pour une aussi délicieuse gorgée d’histoire.

Last word

INGRÉDIENTS

  • 0,75 oz de gin (genièvre, herbacé ou épicé)
  • 0,75 oz de liqueur Luxardo Maraschino
  • 0,75 oz de chartreuse verte
  • 0,75 oz de jus de lime frais
  • Cerise marasquin (pour décorer)

PRÉPARATION

  • Dans un shaker, ajouter les ingrédients et mélanger avec de la glace.
  • Filtrer au tamis fin dans une coupe refroidie.
  • Décorer d’une cerise marasquin.

Santé!

Le last word