Victoria Beckham est venue furtivement saluer le public à la fin du défilé, vêtue d’un chemisier en soie blanc et d’un pantalon noir taille haute.
Victoria Beckham est venue furtivement saluer le public à la fin du défilé, vêtue d’un chemisier en soie blanc et d’un pantalon noir taille haute.

Victoria Beckham fait sa «douce révolution» à la Fashion Week de Londres

LONDRES — Victoria Beckham a opéré ce qu’elle qualifie de «douce révolution» à la Fashion Week de Londres dimanche, avec une collection sophistiquée, mais portable.

«J’ai voulu explorer comment rendre hommage à la tradition tout en défiant les conventions. Être subversif, mais aussi sophistiqué», explique Victoria Beckham dans ses notes de collection. Ce jeu avec les codes, «c’est ce que j’appelle ma douce révolution».

«Le sentiment dominant est que nous ne devons pas suivre de règles. Nous pouvons suivre nos instincts», poursuit-elle.

Robes fluides noires portées avec des bottes à plateforme que n’auraient pas renié ses anciennes comparses des Spice Girls, jupe-culotte à petits carreaux égayée par un pull jaune, robe pull col roulé avec des losanges découpés dans les manches : pour sa collection automne/hiver 2020/21, la créatrice explique avoir «réfléchi à la tension entre le raffinement et la rébellion».

«J’ai été inspirée par différentes idées de femmes — différents caractères, différents moments et différentes attitudes —, mais sans restrictions», dit-elle dans ses notes de collection.

Les mannequins ont défilé sur un sol réfléchissant dans la magnifique Maison des banquets, située dans le quartier de Whitehall. Au-dessus d’eux, d’imposants lustres et un plafond peint par Rubens installé en 1636.

La créatrice est venue furtivement saluer le public à la fin du défilé, vêtue d’un chemisier en soie blanc et d’un pantalon noir taille haute.

Sa famille était au premier rang pour la soutenir, son mari l’ancien footballeur international David Beckham portant sa fille Harper sur les genoux, entouré par ses fils Romeo et Cruz et la grande prêtresse de la mode Anna Wintour. Seul leur fils aîné, Brooklyn, était absent.

Après des années à New York, l’ex-Spice Girl était revenue dans son pays natal en 2018 pour fêter les dix ans de sa marque avec un défilé organisé pour la première fois dans la capitale britannique.

Elle s’est depuis lancée dans les cosmétiques avec Victoria Beckham beauty.

Pour cette gamme de produits de beauté, l’ex-»Posh Spice» s’est associée à Sarah Creal, ancienne cadre d’Estée Lauder, qu’elle avait rencontrée en 2016 à l’occasion d’une collection de maquillage lancée avec Estée Lauder.